mercredi 18 septembre 2019 22:53:02

Réinsertion des détenus : 2.118 condamnés bénéficient de l'application de la peine d'intérêt général

2.118 condamnés à des peines privatives de liberté ont bénéficié de l'application de la peine d'intérêt général à travers l'ensemble du territoire national a indiqué, hier à Alger, le directeur général de l'administration pénitentiaire et de réinsertion, M. Mokhtar Felioune

PUBLIE LE : 05-06-2011 | 18:47

2.118 condamnés à des peines privatives de liberté ont bénéficié de l'application de la peine d'intérêt général à travers l'ensemble du territoire national a indiqué, hier à Alger, le directeur général de l'administration pénitentiaire et de réinsertion, M. Mokhtar Felioune.           
"Dans le cadre de la mise en œuvre des différents systèmes de réinsertion, 2.118 condamnés à des peines ne dépassant pas un an ont bénéficié de l'application de la peine d'intérêt général à travers tout le territoire national, depuis l'entrée en vigueur de ce genre de peines, en vertu de la loi amendant le code pénal adopté par le Parlement fin janvier 2009", a-t-il précisé.           
Rappelant les conditions permettant au détenu de bénéficier de la peine d'intérêt général en tant que peine de substitution, M. Felioune a expliqué que celui-ci "ne doit pas avoir d'antécédents judiciaires, être âgé de 16 ans, la peine prévue ne doit pas dépasser 3 ans d'emprisonnement et la peine prononcée un an d'emprisonnement. Il doit accepter la peine de substitution avant son prononcé définitif".           
Cette peine de substitution, a ajouté M. Felioune, garantit le non-recours abusif aux moyens de contrainte dont les effets néfastes affectent les différents aspects de la vie du condamné, précisant que le condamné à la peine de substitution jouit de sa liberté.           
Le travail d'intérêt général, a-t-il dit, est défini par le juge d'application  des peines au niveau d'une infrastructure publique qui peut être une APC, une association caritative ou une administration publique.           
Le condamné aux travaux d'intérêt général poursuit son travail dans son poste initial, continue de vivre au sein de sa famille et mène une vie normale, celle d'avant la prononciation de la peine.           
Le juge d'application des peines, a noté M. Felioune, peut interrompre l'exécution de la peine d'intérêt général pour des raisons de santé, familiales ou sociales. En cas de manquement par le condamné à ses obligations, le juge d'application des peines est en droit d'appliquer à son encontre la  peine d'emprisonnement initiale.           
Concernant la mise en œuvre des systèmes de réinsertion entre début février 2005 jusqu'à la fin du premier semestre en cours, 13.878 détenus ont  bénéficié de la liberté conditionnelle, 2.561 de la semi-liberté et 25.310 de l'autorisation de sortie.           
Au total, 5.430 détenus ont bénéficié des différents programmes de réinsertion après leur mise en liberté, et ce en collaboration avec les différentes autres instances.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions