mercredi 14 novembre 2018 15:26:34

Traité de paix Nippo-Russe : La main tendue du Kremlin

Riches en minerais et en poissons, garantes de l'accès de la flotte russe à l'océan Pacifique, quatre îles de l'archipel des Kouriles sont toujours au cœur d'un différend territorial entre Moscou et Tokyo, 70 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

PUBLIE LE : 13-09-2018 | 0:00
D.R

Riches en minerais et en poissons, garantes de l'accès de la flotte russe à l'océan Pacifique, quatre îles de l'archipel des Kouriles sont toujours au cœur d'un différend territorial entre Moscou et Tokyo, 70 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mercredi, Vladimir Poutine a créé la surprise en proposant au Japon de tourner cette page de l'histoire en signant, "sans condition préalable", un traité de paix entre les deux pays. Ces quatre îles sont les plus méridionales, et donc les plus proches du Japon, d'une longue chaîne de petites îles volcaniques, l'archipel des Kouriles, qui s'égrènent en arc entre la presqu'île russe du Kamtchatka au nord et la grande île japonaise de Hokkaido au sud. Appelées "Kouriles du Sud" par la Russie et "Territoires du Nord" par le Japon, ces îles — Itouroup (Etorofu en japonais), Kounachir (Kunashiri), Shikotan et Habomai — font actuellement partie de la région russe de Sakhaline (Extrême-Orient). Le président russe a fait cette proposition sur la scène d'un forum économique à Vladivostok, dans l'Extrême orient russe, où le Premier ministre Shinzo Abe venait de lancer un appel en faveur de la signature d'un tel traité, sujet majeur de discussions ces dernières années entre Moscou et Tokyo. Vladimir Poutine, qui s'était montré jusqu'alors très prudent sur ce sujet qui empoisonne des relations par ailleurs en plein développement, a expliqué que "l'idée lui (était) venue à l'esprit". "Cela fait 70 ans que nous cherchons à régler nos différends.
Cela fait 70 ans que nous menons des négociations (...). Shinzo a dit ‘’Changeons d'approche!’’. Et en effet: allons-y ! Signons un traité de paix, pas maintenant mais  d'ici la fin de l'année. Sans condition préalable", a déclaré Vladimir Poutine. "Et ensuite, sur la base de cet accord de paix, comme des amis, nous continuerons à résoudre tous les sujets de discorde. Il me semble que cela rendrait plus simple de résoudre tous les problèmes que nous ne pouvons régler depuis 70 ans", a-t-il avancé. Il avait déclaré encore lundi qu'il serait "naïf de penser qu'on peut résoudre en une heure" le différend entre les deux pays, se disant simplement "prêt à chercher des solutions qui conviendraient à la fois à la Russie et au Japon". Le porte-parole du gouvernement japonais, Yoshihide Suga, a réagi assez froidement à la proposition de Vladimir Poutine, refusant de "commenter ses intentions" et rappelant "le principe simple" selon lequel Tokyo ne signera un traité qu'"après le règlement du problème de l'attribution" des îles disputées.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions