mercredi 21 novembre 2018 16:02:25

Convention sur l'interdiction des armes chimiques : session de formation au Cercle national de l’Armée

Le ministère de la Défense nationale (MDN) a lancé hier, au Cercle national de l'Armée à Béni-Messous (Alger), une session de formation des formateurs sur les aspects techniques des systèmes de transformation de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques (CIAC), et ce dans le cadre de la coopération technique avec l'Organisation de l’Interdiction des armes chimiques (OIAC).

PUBLIE LE : 12-09-2018 | 0:00
D.R

Le ministère de la Défense nationale (MDN) a lancé hier, au Cercle national de l'Armée à Béni-Messous (Alger), une session de formation des formateurs sur les aspects techniques des systèmes de transformation de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques (CIAC), et ce dans le cadre de la coopération technique avec l'Organisation de l’Interdiction des armes chimiques (OIAC).  La cérémonie d'ouverture de cette session de formation, qui s’est poursuivi aujourd’hui, a été présidée au nom du général de corps d’Armée, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), par le général-major Gueroui Djamel, chargé de mission auprès du MDN, et a vu la présence de généraux-majors et de généraux des différents services et directions du MDN ainsi que le directeur général des Douanes algériennes, Bahamid Farouk, le directeur général adjoint de l'OIAC, M. Hamid Ali Raou et des représentants des pays membres de l'Organisation. Dans une allocution prononcée à cette occasion, le général-major Gueroui a affirmé que «cette réunion est une aubaine pour réitérer l'attachement aux principes et positions de l'Algérie concernant le désarmement chimique», soulignant, à ce propos, que «l'Algérie soutient et applique toutes les dispositions de la CIAC». Appelant à l'importance «d'accorder davantage d'intérêt au continent africain et à la région du Sahel, au vu des nombreux et croissants défis que rencontre la région», et la nécessité de consentir «des efforts supplémentaires pour renforcer le contrôle sur la circulation des produits chimiques à travers les frontières et éviter leur utilisation par des criminels», le général-major Gueroui a affirmé que les cours dispensés lors de cette session «permettront de cerner les besoins nécessaires et d'échanger les expertises».  
Pour sa part, le directeur général des relations multilatérales au ministère des Affaires étrangères, Rachid Belledhane, a indiqué que cette session, organisée par l'Algérie en coordination avec l'OIAC, «s'inscrit dans le cadre du développement des capacités des Etats africains en matière de mise en œuvre de la CIAC. Précisant que le secteur des Douanes est «concerné par cette session au vu de son rôle important dans le contrôle de la circulation des produits chimiques», le même responsable a souligné que cette formation «reflète l'engagement de l'Algérie à mettre en œuvre les clauses de la CIAC et son rôle de leader en la matière au double plan régional et africain». Il a mis l'accent également sur «la disposition constante de l'Algérie à s'acquitter des missions de sensibilisation, de formation et d'assistance et à renforcer les capacités au niveau régional concernant la mise en œuvre des clauses de cette Convention», avant de rappeler le danger que constitue la circulation des produits chimiques, ce qui exige, a-t-il dit, «une coopération intense». De son côté, le directeur général adjoint de l'OIAC a salué «les efforts déployés par l'Algérie» en matière de mise en œuvre des clauses de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques, soulignant l'importance de la coopération avec les services des douanes pour la mise en œuvre des clauses de ladite convention. Cette formation «garantira des efforts collectifs durables pour la réalisation des objectifs de la Convention et contribuera à l'élimination du commerce illicite des produits chimiques», a ajouté le même responsable. Le Directeur général des Douanes a exprimé, pour sa part, «ses remerciements» au ministère de la Défense nationale et à l'OIAC pour «l'organisation de cette session de formation au profit des formateurs en douanes sur les systèmes de transformation des armes chimiques dangereuses, à l'importation et à l’exportation». Rappelant la responsabilité de la «direction des Douanes dans le contrôle du commerce international, notamment des marchandises et produits chimiques dangereux pouvant être destinées à la fabrication d'armes chimiques», M. Bahamid a affirmé que ses services «s'attelleront à intégrer cette formation dans les programmes de formation des cadres et agents des douanes dans le but d'assurer un contrôle efficace». Cette session de formation est animée, selon le communiqué du MDN, par des experts nationaux et étrangers dans le but de «débattre de toutes les questions relatives à la formation des formateurs relevant des organismes chargés des aspects techniques des systèmes de transformation des matières chimiques, et échanger les expertises et les meilleures applications dans ce domaine». L'objet de cette session «revêt une grande importance et vise à faire connaître la méthode suivie par les autorités qualifiées dans le traitement des informations relatives aux matières chimiques figurant dans les tableaux de la Convention». Elle a également pour objectif «d’identifier le rôle et les responsabilités des services douaniers dans la mise en application des systèmes de transformation des matières chimiques dans le cadre de la CIAC au niveau des ports et des zones libres, à travers la levée des obstacles et des problèmes qui pourraient être enregistrés lors des différentes opérations de transformation de ces matières».
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions