lundi 12 novembre 2018 19:52:01

Livres d’occasion : Une solution idoine pour les familles

La rentrée scolaire flambe les budgets des parents d'élèves sclérosés par toutes les charges financières induites par ce grand événement.

PUBLIE LE : 12-09-2018 | 0:00
D.R

La rentrée scolaire flambe les budgets des parents d'élèves sclérosés par toutes les charges financières  induites par ce grand événement. 

L'ardoise de ce début de l'année scolaire, comme les autres s'annonce trop chargée par la longue liste des  fournitures, des supports pédagogiques, et des ouvrages parascolaires. En d'autres mots, qui s'y frotte, s'y pique. Aussi, pour minimiser les dépenses, de nombreuses familles optent pour l’achat de livres usagés ou encore l'échange et le prêt de ces derniers. Les amis, les voisins, la famille viennent, très souvent, à la rescousse des parents d'élèves, contraints à trouver la parade, à ce problème épineux qui comme, à chaque année, vient étriller les portefeuilles, en souffrance. En fait, le procédé «Rien ne se perd, tout se récupère» est entré dans nos mœurs, par la grande porte, et s’élargit aux supports didactiques utilisés et auxquels on donne une seconde vie, après une première et même plusieurs utilisations. Le livre scolaire usagé renaît de ses cendres pour faire le bonheur des chefs de familles de la classe moyenne, à charge de plusieurs enfants scolarisés et pour lesquels la rentrée équivaut à une rude épreuve et même un test décisif où le droit à l’erreur n’est pas permis.
Aujourd’hui, la vente de manuels est devenue de plus en plus courante, un peu partout, attirant beaucoup de parents qui tiennent à allier bonne gestion de leurs ressources financières à une rentrée scolaire sans la moindre faille.
De nos jours et à l’heure du net, les sites à vocation commerciale ou encore les réseaux sociaux empruntent les chemins du savoir, proposant  échanges et ventes de manuels entre les internautes. La nécessité, dit-on, est mère de l’invention et avec toutes les dépenses du mois sacré du ramadhan, suivies de celles de l’Aïd El Adha, se creuser les méninges pour boucler la fin du mois, sans pour autant que l’austérité n’influe sur la scolarité des bambins devient incontournable pour les parents.  En tout cas, les livres d’occasion restent l’antidote qui sauve beaucoup de familles dont le revenu est faible, plus particulièrement. Amel, femme au foyer ayant quatre enfants scolarisés, est formelle sur cette question. «Ma voisine a des enfants qui ont presque le même  âge que les miens et on fait chaque année l’échange et ceci nous permet de faire face aux dépenses de la rentrée », dira- t- elle. Même avis, pour Faïza, elle aussi, ayant plusieurs enfants inscrits, dans divers paliers et qui recourt, aux livres usagés, vendus sur les trottoirs. «Ils sont plus ou moins abordables», soulignera-t-elle.
Les ouvrages scolaires, en fait,  sont une véritable bouée de sauvetage, mais à condition qu’ils soient en bon état. Car parfois, il n’est pas exclu de tomber sur la mauvaise surprise celle des pages manquantes.
Samia D.             
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions