mardi 18 septembre 2018 23:15:08

Dans la lucarne : dans l’expectative

La présente saison 2018/2019 n’a pas débuté de la même manière pour tout le monde.

PUBLIE LE : 12-09-2018 | 0:00
D.R

La présente saison 2018/2019 n’a pas débuté de la même manière pour tout le monde. Certains sont en train de rigoler à «pleines dents» alors que les autres, c’est un peu la grande tristesse qui les a enveloppés. Tout cela est lié généralement à quelques facteurs qui ont tendance à revenir à chaque nouvelle saison. C’est vrai que malgré le fait qu’on essaye de bien faire avec un bon recrutement, selon eux, et aussi avec des efforts sur le plan financier,  cela reste encore «poussif». Néanmoins, dès l’ouverture du nouvel exercice, ils se rendent compte qu’ils sont loin du compte. Il faut dire que les vieilles habitudes ont la vie dure. C'est-à-dire qu’on est rattrapé par la réalité de la compétition, par les années qui passent et qui ressemblent pour eux. Il est évident que les clubs qui basent leurs ressources financières sur des rentrées non régulières, peuvent désenchanter assez rapidement. Et là, personne ne peut le nier ou le remettre en cause. On le constate déjà après ces quelques journées du championnat national de Ligue1 où des clubs sont en train de montrer déjà leur insuffisance. Parmi eux, il y a le DRB Tadjenanet. Ce club de l’Est algérien a «sauvé sa peau» de la relégation in-extremis presque sur le fil. Cette fois aussi, il est dans une situation intenable du fait qu’il est sur une série de quatre défaites d’affiliée, dont deux à domicile. Il y a longtemps que ce club, qui a rejoint l’élite il y a quelques années, n’a pas été confronté à une telle situation. De plus, ce club est entraîné par un technicien tunisien. Ce dernier a déjà fait trois clubs qui sont la JSK, l’USMH et le DRBT. A priori, il n’a encore rien montré, puisque le club n’a commencé à gagner que dans les ultimes instants de l’exercice écoulé. Cette saison, on peut dire qu’il s’agit d’un début «catastrophique» avec zéro point au compteur. Ce qui devient plus difficiles à redresser cet important handicap. Du coup, le président du club du DRBT, qui s’immisce un peu trop dans le côté technique, avait déjà eu à «bouffer» énormément d’entraîneurs. On peut dire que ceux qui viennent ne font pas «long feu», hormis Bougherara, mais celui-ci avait fini, lui aussi, à partir malgré lui. Il n’a pas voulu cautionner la mainmise du président dans le côté technique. Indirectement, il a une responsabilité dans le choix de la composante qui jouera. Celui qui n’accepte pas cette situation est aussitôt limogé. Par ricochet, ce club qui avait séduit par sa façon de jouer est en train de rentrer dans les rangs et devenir un club quelconque. C’est très dommage d’en arriver à cette situation. Il faut dire que les entraîneurs sollicités ne répondent pas facilement du fait qu’ils craignent des immixtions directes dans leurs prérogatives. D’autres clubs, pour des ennuis financiers, mais aussi en raison de l’influence de l’entourage du club n’ont pas eu, eux aussi, la réussite voulue, du moins en ce début du présent exercice. Ces clubs vivent des moments difficiles. Il est, par conséquent, temps de récupérer le retard avant que les choses ne se compliquent lors des prochaines journées de notre championnat national. Il est certain qu’avec la poursuite des rencontres, les équipes vont voir leur rythme connaître une certaine hausse. Ce qui rend les sorties des uns et des autres plus ardues qu’on y pense. C’est-à-dire que celui qui ne profite pas en ce moment, où des clubs ne sont pas au point, ratera ainsi l’occasion d’améliorer son classement général. Ce serait alors pour les uns et les autres une absence de discernement assez préjudiciable.
                 Hamid Gharbi

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions