mercredi 14 novembre 2018 21:41:42

Sonatrach : Signature de 2 conventions et 5 contrats avec des entreprises nationales

La part du contenu local dans les achats de pièces de rechange reste très faible

PUBLIE LE : 11-09-2018 | 0:00
D.R

  Le groupe Sonatrach a signé dimanche à Alger deux conventions-cadre et cinq contrats avec des entreprises nationales publiques et privées dans le cadre de son encouragement de l'intégration nationale dans les industries pétrolières et gazières.
 Ces conventions-cadre et contrats, d'un montant global de l'ordre de 36 milliards de DA, ont été signés en marge des Journées d’information de Sonatrach sur «les opportunités d’investissement pour les entreprises algériennes», en présence du P-dg du groupe, Abdelmoumen Ould Kaddour.
La première convention-cadre a été signée avec le groupe IMETAL pour la réalisation de prestations au profit des structures de Sonatrach et de ses filiales.  La seconde convention-cadre a été signée, quant à elle, avec Algérie Télécom Satellite (ATS) pour assurer à Sonatrach le service de location et les abonnements au système de géolocalisation et de gestion du parc roulant du groupe et de ses filiales.
Pour ce qui est des contrats, le premier a été signé avec la société ALFAPIPE, qui fournira des tubes d'un diamètre de 48 degrés et d'une longueur de 203 km, au projet extension du Système de transport par canalisation GPDF (Pedro Durant Farrel).
Le deuxième contrat, signé avec le Groupement COSIDER-ENAC, porte sur la construction de gazoduc d'un diamètre de 48 pouces et d'une longueur de 197 km, relatif au tronçon El Aricha à Beni Saf du projet de l'extension du système de transport par canalisation GPDF.  Le troisième contrat a été signé avec ENIE pour la fourniture de panneaux solaires pour les puits ordoviciens, faisant partie du projet de développement du champ ordovicien Ohanet. Le quatrième contrat a été signé avec KAHRIF et consiste à l'électrification des champs ouest de Touat, par la réalisation d'une ligne électrique aérienne 30 KV (60 km) et d'un réseau de ligne électrique 30 KV (110 km), faisant partie du projet de développement des champs gaziers Touat Oil.  S'agissant du cinquième et dernier contrat, Sonatrach l'a signé avec l'entreprise ENR pour la réalisation de l'opération de démantèlement (installation et génie civil) des cinq unités du complexe CP1K/Skikda et la récupération des déchets ferreux et non ferreux, ainsi que la remise en état du site.
 
La part du contenu local dans les achats de pièces de rechange reste très faible

La part du contenu local dans les achats de pièces de rechange de Sonatrach «reste très faible», a indiqué dimanche à Alger, le directeur division maintenance -TRC auprès de Sonatrach, M. Abdelkader Oulhadj. «La moyenne des achats de pièces de rechange de Sonatrach sur le triennat 2015-2017 a été estimé à 390 millions de dollars par an.  Malgré que plus de 50% de ces achats est réalisé en dinar, la part du contenu local reste très faible avec 5% seulement», a précisé M. Oulhadj lors d’une conférence portant sur «la sous-traitance industrielle : le marché de Sonatrach, un enjeu incontournable», organisée dans le cadre des Journées d’information de Sonatrach sur les opportunités d’investissement pour les entreprises algériennes.
Quant à la valeur de consommation de Sonatrach de pièces de rechange, elle a été estimée à 415 millions de dollars pour l’exercice de 2017, a fait savoir ce responsable. Selon les activités, 30 à 70% des services de maintenance et de travaux neufs sont sous-traités, cette sous-traitance étant confiée à plus de 80% à des sociétés locales, a ajouté le représentant du Sonatrach. M. Oulhadj a également souligné que les équipements de production de Sonatrach étant caractérisés par une grande variété de constructeurs et de modèles, le marché de pièces de rechange y afférent serait plutôt compatible avec la fabrication de petite série.
 « Le créneau relatif à la fabrication locale de raccords et d’incorporables de réparation de canalisations étant déjà identifié comme potentiel, il pourrait constituer un premier projet à étudier et éventuellement concrétiser à court terme», a-t-il ajouté. Pour réussir le défi d’augmenter de manière significative le contenu local des achats de ses pièces de rechange, Sonatrach devrait créer une structure spécialisée dédiée pour conduire le projet, a suggéré ce responsable.
 La taille et les ressources à allouer à cette structure seront en fonction de l’identité de la partie responsable de l’élaboration du dossier de fabrication et de contrôle, a-t-il expliqué. Ainsi, selon M. Oulhadj, «si c’est Sonatrach qui est la partie responsable de l’élaboration du dossier de fabrication et de contrôle, il faudrait mettre en place un centre de rétroconception et si c’est le fabricant qui est la partie responsable, une coopération entière de Sonatrach est exigée».
Pour sa part, le président de la Bourse algérienne de la sous-traitance et du partenariat (BASP), M. Kamel Agsous, a présenté un état des lieux de la sous-traitance industrielle en Algérie. Dans ce cadre, il a souligné que l’industrie représentait 6% du produit intérieur brut (PIB), avec 10.000 entreprises industrielles, dont 95% sont des PME voire des TPE, dont la majorité active dans le secteur privé. «1.000 entreprises travaillent dans le secteur de la sous-traitance industrielle soit 10% de l’activité industrielle totale», a-t-il avancé.
Concernant les domaines d’activité de la sous-traitance, celle-ci est présente principalement dans les secteurs suivants: mécanique (décolletage, usinage de précision, etc.), sidérurgie-métallurgie (fonderie, aciérie...), électrique-électronique, plasturgie, caoutchouc, composite, verre, aluminium, bois, fournitures, ainsi que les services liés à l’industrie, formation, ingénierie et autres.
Pour ce qui est des grands donneurs d’ordres, ils sont : les groupes industriels publics, relevant du ministère de l’Industrie et des Mines (AGM - SNVI - GICA ), le secteur de l’Energie (Sonatrach et Sonelgaz) et les secteurs émergents (automobile, ferroviaire, aéronautique), ainsi que les secteurs nouveaux liés au développement durable (énergies renouvelable et le recyclage). «Le développement de la sous-traitance industrielle est lié à la maturité des différentes filières, constituant le secteur industriel. En Algérie, elle doit être principalement tirée à court terme par les secteurs dits classiques (énergie, mécanique, etc.)», selon M. Agsous. Pour le conférencier, la sous-traitance est un élément clé de la compétitivité du secteur industriel au niveau de l’entreprise et de la nation.  Il a souligné dans ce cadre que le niveau d’intégration induit par le développement de la sous-traitance va permettre aux PME l’accumulation technologique nécessaire à l’optimisation des chaînes de valeur et la transformation du secteur industriel, en phase avec les évolutions technologiques mondiales.
«Cette réflexion sur un horizon de 5 à 10 ans autour de l’industrie du futur est une condition majeure de son intégration dans la nouvelle division internationale du travail dominée aujourd’hui par l’économie de la connaissance», a-t-il conclu.

-------------//////////////////

Le taux d’intégration au cœur des débats

Le deuxième jour des journées d’information de Sonatrach sur « les opportunités d’investissement pour les entreprises algériennes»  a été marqué, hier, par l’organisation de quatre tables rondes.
La première, sous le thème «Comment contribuer à maximiser le contenu local dans les projets de développement de Sonatrach», a constitué une opportunité idoine pour les panélistes d’éclairer sur les voies et moyens de relever le défi qui consiste à porter le taux d’intégration nationale à 55%, prévu dans la Stratégie de la compagnie à l’horizon 2030 (SH2030).
A ce propos, Réda Defous, directeur central marchés et logistique (DCMLG) auprès de Sonatrach, a insisté sur la nécessité de la collaboration de tout le monde pour atteindre ce niveau d’intégration. Il dira dans ce sens que le dispositif actuel accorde une place privilégiée à l’entreprise nationale compétitive et performante. M. Defous n’a pas manqué d’assurer, à cet effet, que Sonatrach s’engage à accompagner davantage les entreprises, avant de préciser ensuite qu’ils sont prêts à diagnostiquer tous les problèmes rencontrés par les operateurs dans les différents marchés, notamment celui des services et de l'engineering. De son côté, le vice-président Stratégie, Planification et Economie auprès de ce groupe public des hydrocarbures, Farid Ghezali, a souligné que 55% d’intégration ce n’est pas seulement l’objectif de Sonatrach, il doit être aussi l’objectif de tous les partenaires locaux. Pour sa part, le conseiller du P-dg de Sonatrach, Hammoudi Bouhaddouda, a exprimé sa satisfaction quant aux compétences des entreprises nationales, tout en mettant l’accent sur la nécessité d’accorder une importance particulière à la formation.
Les opérateurs économiques ont insisté sur la nécessité d’instaurer un dialogue entre Sonatrach et ses partenaires locaux afin de réussir ce programme. Ce dialogue, ont-ils ajouté « doit se focaliser notamment sur le contenu du cahier des charges dans ses volets technique et responsabilités du fournisseur, les certifications demandées». Il y a lieu de noter que les autres tables rondes ont été organisées sous différents thèmes, à savoir : la deuxième sur «la contribution à l’impulsion d’une ingénierie nationale en mesure d’assurer, à terme, le management et l’exécution des projets de développement de Sonatrach», la troisième sur «la contribution à la promotion des capacités d’intervention locales et veiller aux impératifs d’efficacité et de performance des entreprises algériennes dans la construction d’infrastructures, d’ouvrages de canalisations d’hydrocarbures». Quant à la quatrième, celle-ci est organisée sous le thème «Comment envisager l’émergence d’une sous-traitance industrielle, fondée sur une intégration intersectorielle à l’activité économique du secteur des hydrocarbures».
    Makhlouf Ait Ziane
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions