dimanche 23 septembre 2018 20:08:58

Djillali Boudjemaâ, comédien : un jeu tout en sobriété

Dans le film Jusqu’à la fin des temps, de Yasmine Chouikh, il crève l’écran. Il donne de la crédibilité à son personnage de fossoyeur qui n’a pour vie que le cimetière et les enterrements.

PUBLIE LE : 11-09-2018 | 0:00
D.R

Dans le film Jusqu’à la fin des temps, de Yasmine Chouikh, il crève l’écran. Il donne de la crédibilité à son personnage de fossoyeur qui n’a pour vie que le cimetière et les enterrements.

Il ne rêve pas. Il porte en lui la douleur du monde. Il commence à entrevoir une issue de sortie de tunnel avec l’arrivée d’une femme, admirablement campée par la comédienne Djamila Arrès, venue se recueillir sur la tombe de sa sœur, une femme batture qui a quitté son domicile conjugal pour s’installer à Sidi Boulakbour. Lui, c’est Djillali Boudjemaâ, l’homme au visage émacié et au corps frêle. Il a la gueule d’un pêcheur au sortir d’un été particulièrement caniculaire. Il aurait pu être pêcheur pour de vrai Djillali Boudjemaâ, mais il a préféré être comédien de théâtre et devenir membre fondateur de la troupe El Moudja avec Sirat Boumedienne.
Djillali Boudjemaa forme avec Djamila Arres le couple du film « Jusqu’à la fin des temps ». Pour la première fois de sa vie, le fossoyeur a le cœur qui brûle pour le personnage joué par Djamila Arrès, et cela donne une histoire d’amour dans un cimetière. Inédit et tout en tendresse. Amour entre personnes âgées qui ont des promenades, qui se tiennent par la main et qui vivent des tendres moments de cet amour contrarié par le refus de la femme. Déçu, l’homme quittera définitivement Sidi Boulakbour jusqu’à la fin des temps.
Djillali Boudjemaâ est né le 22 janvier 1950 à Mazagran, dans la wilaya de Mostaganem. Il a une passion pour le théâtre depuis son jeune âge, et en 1969, il fait ses débuts dans sa carrière artistique. Cela ne l’a as empêché de toucher au cinéma et de camper des rôles d’abord dans des courts-métrages puis dans un film de Mohamed Chouikh, « L’Embouchure » en 1973. Le hasard de l’histoire a voulu que ce soient les Chouikh, père et fille, qui le distribue dans leur film. Il nous avoue que depuis cette expérience au cinéma, il est revenu à son premier amour, le théâtre, en tant que dramaturge. Il nous dira que c’est Yasmine Chouikh qui le fera revenir au cinéma pour lui confier le rôle principal. Pour lui, l’avenir du cinéma algérien, c’est cette nouvelle génération de cinéastes dont fait partie Yasmine Chouikh. Djillali Boudjemaâ a toujours le sourire aux lèvres au cinéma, à la place Gydon où lors des débats, il sourit à la vie, tout heureux de retrouver les sensations de la sphère artistique. Lors des Rencontres cinématographiques de Béjaia, en spectateur avisé, il n’a raté aucun film et aucun débat mais timide qu’il est, il se contente de voir et d’écouter les avis des autres.
                                      Abdelkrim Tazaroute
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions