samedi 22 septembre 2018 17:02:08

Commission de visionnage : « Le film fait la promotion de certains activistes sur Internet, condamnés par la justice »

La commission de visionnage des films cinématographiques a émis un «avis défavorable» au documentaire Fragments de rêves, de Bahia Bencheikh El Fegoun, car son contenu «fait la promotion de certains activistes sur Internet, condamnés par la justice»

PUBLIE LE : 10-09-2018 | 0:00
D.R

La commission de visionnage des films cinématographiques a émis un «avis défavorable» au documentaire Fragments de rêves, de Bahia Bencheikh El Fegoun, car son contenu «fait la promotion de certains activistes sur Internet, condamnés par la justice», a indiqué hier un communiqué de cette instance qui dépend du ministère de la Culture.
La commission, présidée par Mourad Chouihi, également président du Centre nationale du cinéma et de l'audiovisuel (Cnca), a émis un «avis défavorable pour le film Fragments de rêves, programmé, mais non projeté aux 16es Rencontres cinématographiques de Béjaïa (Rcb), en raison de son contenu contraire au décret exécutif 13-277 du 29 juillet 2013, fixant la composition, les missions et le fonctionnement de la commission de visionnage des films», a détaillé la commission qui a visionné 30 films qui lui sont remis par les organisateurs.
L'article 6 du décret stipule que «les films cinématographiques qui portent atteinte aux religions, à la guerre de Libération nationale, ses symboles et son histoire, qui glorifient le colonialisme, qui incitent à la haine, à la violence et au racisme, et qui portent atteinte à l'ordre public ou à l'unité nationale et aux bonnes mœurs» ne peuvent obtenir un avis favorable de la commission, rappelle-t-on.
Le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, avait indiqué samedi que l'interdiction de projection de Fragments de rêve  aux 16es RCB n'était pas une «censure». M. Mihoubi a appelé, à ce titre, les organisateurs à poursuivre leur action dans le «respect des lois», rappelant que la projection de films algériens dans des pays étrangers obéit également à des règles.
Les organisateurs des 16es Rcb avaient annoncé, jeudi, l'arrêt de cette manifestation cinématographique, annuelle pour protester contre l’«interdiction» de la projection du film par la commission de visionnage.
D'une durée de 75 mn, le film passe en revue l'action du mouvement associatif et de la société civile. Une vingtaine de films (courts et longs métrages) étaient au programme de l’édition 2018 des Rcb (1 - 6 septembre), un rendez-vous cinématographique annuel organisé depuis 2003 par l’association Project’heurts.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions