lundi 24 septembre 2018 21:21:51

Troubles à Bassora : Réunion au sommet à Baghdad

Attaque contre le consulat iranien

PUBLIE LE : 09-09-2018 | 0:00
D.R

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a dénoncé hier un «sabotage politique» à Bassora, ville pétrolière où 12 personnes sont mortes cette semaine dans des manifestations émaillées de violences, pour dénoncer l’incurie des politiques face au marasme social. Convoqué devant le Parlement pour une réunion de crise avec plusieurs de ses ministres, M. Abadi a appelé à faire la distinction entre ce qu’il a dénoncé comme «la dimension politique» du mouvement et «la question des services publics». Les Irakiens qui pâtissent depuis des années de pénuries d’eau et d’électricité réclament à l’Etat d’enfin d’assurer leur approvisionnement, d’autant que les recettes pétrolières atteignent des records (7,7 milliards de dollars en août). Devant 172 députés sur les 329 élus en mai, les ministres chargés des forces de l’ordre ont eux assuré avoir procédé à un grand ménage parmi leurs troupes, sous le feu des critiques des défenseurs des droits de l’Homme pour leur action lors des manifestations à Bassora. Vingt-sept personnes sont mortes depuis le début des troubles en juillet dont 12 manifestants tués uniquement cette semaine. Signe des tensions entre Baghdad et cette région côtière, M. Abadi et le gouverneur de Bassora, Asaad Al-Eidani, présent au Parlement, se sont invectivés. Le second, pourtant co-listier de M. Abadi aux législatives, a reproché au chef de gouvernement de ne pas saisir l’ampleur de la crise, tandis que ce dernier lui rétorquait que sa place était plutôt à Bassora qu’à Baghdad. Alors que la ville pétrolière a connu une nouvelle nuit de feu et de sang vendredi, le gouvernement a annoncé avoir de nouveau débloqué des fonds. Il n’a donné aucun détail sur ces sommes ni quand elles seraient envoyées, alors que les manifestants affirment n’avoir jamais vu arriver les premiers milliards de dollars d’urgence annoncés en juillet.

---------------//////////////////

Attaque contre le consulat iranien

Le ministère iranien des Affaires étrangères a fermement condamné vendredi l’attaque commise contre son consulat dans la ville de Bassorah, dans le sud de l’Irak. Les assaillants ont «brutalement» mis le feu au consulat, causant d’importants dégâts, a indiqué Bahram Qasemi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, dans un communiqué. Cependant, aucun membre du personnel n’a été blessé, a-t-il fait savoir, ajoutant que le consulat avait pris des mesures préventives après avoir reçu des menaces la veille. Le porte-parole a demandé au gouvernement irakien de prendre la responsabilité de protéger les missions diplomatiques iraniennes et l’a exhorté à identifier et à punir les éléments à l’origine du «crime grave». Des manifestants ont incendié le consulat iranien à Bassorah dans le contexte des protestations de masse contre la corruption et le manque de services de base. Le ministère irakien des Affaires étrangères a regretté vivement cette attaque. L’attaque «est inacceptable et n’est pas conforme à l’hospitalité du pays pour les missions (diplomatiques)», a déclaré le porte-parole du ministère, Ahmed Mahjoub, dans un communiqué. «Cibler la mission diplomatique porte atteinte aux intérêts de l’Irak et à ses relations avec d’autres pays et n’a rien à voir avec les slogans des manifestants et leur demande pour les services et de l’eau», a ajouté M. Mahjoub.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions