mercredi 08 juillet 2020 15:58:17

Une semaine après son déclenchement : La Poste toujours en grève

Une semaine après le déclenchement de leur mouvement de protestation, les travailleurs de la Poste ne décolèrent toujours pas. Malgré les promesses faites par le ministère de la tutelle, ils campent sur leurs positions de poursuivre le mouvement jusqu’à satisfaction des revendications exprimées.

PUBLIE LE : 03-06-2011 | 18:59
D.R

Une semaine après le déclenchement de leur mouvement de protestation, les travailleurs de la Poste ne décolèrent toujours pas. Malgré les promesses faites par le ministère de la tutelle, ils campent sur leurs positions de poursuivre le mouvement jusqu’à satisfaction des revendications exprimées. Alors qu’au niveau de bon nombre de bureaux postaux algérois les préposés aux guichets ont complètement désertés les lieux jeudi en laissant sur la porte une pancarte «Poste en grève», au niveau du plus grand bureau du pays, La Grande Poste, les employés ont préféré se rassembler devant cet imposant édifice en laissant les accès aux guichets «désertés» ouverts. Au niveau du centre de paiement des chèques postaux (CCP) de ce même grand bureau, les postiers ont tenté dans la matinée du jeudi d’assurer un service minimum, mais les nombreux clients qui se sont rués sur le guichet ouvert en tenant, chacun à sa manière, dans une grande anarchie, d’effectuer un retrait, ont été dissuadés par les préposés au guichet. Dans l’après-midi, ce centre a fermé ses portes au grand dam des dizaines de personnes venus retirer leurs salaires. Le mouvement de protestation coïncide, en effet, avec la fin du mois, période durant laquelle s’effectuent les virements des salaires des employés de plusieurs entreprises et institutions publiques. Les postiers, touchés, tout de même, par le désarroi de l’importante marée humaine qui attendait pour effectuer un éventuel retrait, conseillaient aux gens de se diriger vers les distributeurs automatiques et d’utiliser leurs cartes magnétiques. Quant à la question de regagner leurs postes, comme ne cessaient de leur proposer certains citoyens fortement pénalisés par le débrayage, ce n’est, semble-t-il pas encore à l’ordre du jour . En effet, au moment où la direction d’Algérie poste affirme que certains bureaux ont repris du service après la rencontre ayant regroupé le ministre avec les représentants du syndicat, les travailleurs de la poste rencontrés jeudi, sont eux  peu convaincus des promesses faites par la tutelle de poursuivre les négociations sur certaines revendications jusqu’au 24 juin. Ils sont même déterminés à maintenir la pression jusqu’à satisfaction de toutes les revendications portant notamment sur  une revalorisation des salaires de l’ordre de 30 %, l’augmentation des indemnités mensuelles et l’octroi de primes de rendement individuel et collectif (PRI et PRC) avec effet rétroactif à partir de l’exercice 2004. Pour rappel, suite à la réunion qui a regroupé lundi après-midi, le ministre, M. Moussa Benhamadi, avec le secrétariat national de la Fédération des travailleurs de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, il a été  notamment convenu de poursuivre les négociations entre la direction générale et le syndicat pour aboutir d’ici le 24 juin à des propositions concrètes sur la prise en charge de la révision de la grille de salaires, le réajustement des indemnités liées aux conditions de travail, la création de la prime à risque, le relèvement du taux de l’IEP et le repositionnement des personnels dans les fonctions réellement exercées.
Hamida B.


Pour  le directeur d’Algerie Poste : «On ne peut négocier avec des grévistes spontanés»
Les travailleurs d’Algerie Poste qui poursuivent leur mouvement de protestations, se déclarent « sans attache syndicale».  Le directeur d’Algerie Poste, M. Omar Zerarga, contacté par l'APS, a indiqué qu'il n'était pas possible de négocier avec "des grévistes spontanés", et que le seul vis-à-vis existant à présent était la fédération UGTA des travailleurs de la Poste et des Tic.           
M. Zerarga a assuré que les négociations continuaient avec la Fédération  à l'effet de soumettre, avant le 24 juin 2011, des propositions sur la prise  en charge du reste des revendications, puisqu'une partie avait déjà été satisfaite.  "Les revendications concernant l'avancement horizontal et de celui de la promotion, la révision de la nomenclature des postes de travail, et enfin, l'avancement de deux classes pour les agents ayant atteint l'âge de 55 ans, ont été prises en charge par la signature de trois accords collectifs", a-t-il  expliqué. Le reste des réclamations, ayant trait à la révision de la grille de salaires, le réajustement des indemnités et le repositionnement des personnels est en négociation. Il a par ailleurs noté que sur les 3.400 bureaux de poste que compte l'entreprise dans tout le pays, seuls 191 étaient en grève.  Les 191 bureaux en grève sont répartis sur 13 wilayas à savoir, Alger,  Tizi Ouzou, Boumerdes, Blida, Médéa, Tiaret, Djelfa, Relizane, Tissemsilt, Béjaia, Guelma, Annaba et Laghouat.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions