vendredi 21 septembre 2018 04:07:54

Rentrée scolaire : Ouverture sur le progrès et la modernité

La ministre de l’Éducation préside à Mascara le lancement de l’année scolaire

PUBLIE LE : 06-09-2018 | 0:00
D.R

La ministre de l'Éducation nationale, Mme Nouria Benghabrit, a procédé, hier à partir du CEM Derdara, dans la commune de Ghriss (Mascara), au lancement solennel de l’année scolaire 2018-2019, placée sous le slogan «Faire du vivre ensemble en paix un acquis et un principe éducatif».

La ministre a évoqué les challenges que doit relever son secteur. «Le premier défi concerne la qualité de l'école qui est tributaire de la qualité de l'encadrement devant contribuer à la lutte contre l'échec scolaire», a-t-elle estimé. «Ce défi repose sur une ouverture sur les progrès enregistrés en matière d'ouverture pédagogique et ce, par le biais d'une formation continue, d'une mise à niveau des connaissances et de l'amour de la profession», a souligné la ministre.
La ministre a rappelé le défi de la qualité de l'enseignement dispensé dans tous les paliers de l'enseignement obligatoire, un passage obligé qui met en relief la nécessité d'un encadrement efficient pour dispenser un enseignement de qualité aux apprenants à tous les niveaux pour lutter contre les déperditions et l'échec scolaire.
La ministre a indiqué que la notion de qualité suppose une ouverture sur les nouveautés pédagogiques grâce à la formation continue et à l'autoévaluation.
Elle a mis en relief les progrès dans le système scolaire grâce à l'engagement de tous les intervenants dans le système scolaire pour asseoir une école au service de la formation des élèves pour faire d'eux des citoyens capables de réfléchir, d'évaluer et de concevoir leur projet personnel d'insertion dans la société, devait-elle ajouter.
La ministre a abordé les contours de cette étape, qui, dit-elle, est garante du devenir de l'école basée sur un réel travail sur soi et la prise en charge effective des élèves en difficulté.
Les inégalités d'accès à l'éducation ne sont plus de mise mais celles des inégalités de réussite scolaire subsistent.
La qualité de l'enseignant ne se mesure pas seulement sur la base de son niveau académique, de son expérience ou encore de sa titularisation.
Il vaut mieux évaluer l'efficacité de l'enseignant et d'examiner la performance dans la salle de cours. Il y a aussi l'importance du progrès réalisé par les élèves.
«Nous devons relever le défi d'assurer un climat scolaire favorable aux apprentissages», dit-elle.
Mme Benghabrit a rappelé que les efforts déployés par l'Etat au profit du secteur de l'éducation n'ont jamais cessé, en consacrant d'importants budgets et de grands investissements.
Même dans la conjoncture actuelle, il y a la levée du gel sur tous les projets de réalisation d'infrastructures éducatives en particulier ainsi que le maintien du recrutement des enseignants dans les différents paliers et l'amélioration des conditions socio-professionnelles des fonctionnaires du secteur.
«Nous continuerons à prôner le dialogue avec les partenaires sociaux, d'œuvrer pour la résolution des problèmes socio-professionnels qui restent en suspens au niveau local dans le cadre de la loi et des disponibilités que nous offre la collectivité dans la conjoncture économique difficile», dit la ministre.
L'éducation a, notamment, pour finalité d'enraciner chez les enfants le sentiment de l'appartenance au peuple algérien, de les élever dans l'amour de la patrie, d'asseoir les bases d'une société attachée à la paix et la démocratie et ouverte sur l'universalité, le progrès et la modernité.
Tels sont les points essentiels sur lesquels ont porté l'intervention de la ministre quand elle abordé le volet des défis à relever par l'école.
Dans la thématique choisie pour cette rentrée scolaire 2018/2019 «le vivre ensemble en paix : un acquis et principe éducatif et citoyen», l'accent a été mis sur la généralisation de l'utilisation d’ateliers à réflexion partagée en éducation civique au primaire et au collège afin de promouvoir ce principe au sein même de l'action pédagogique.
La ministre insiste longuement sur cette démarche citoyenne pour le rejet de la violence en milieu scolaire et la promotion d'une vision positive, la construction d'une convergence pour l'union autour d'une école de qualité, dans le cadre de la formation de l'enseignant.
Un grand champ de recherche en éducation qui prépare les élèves à comprendre les réalités physiques et sociales, la compréhension d'autrui pour faire face aux incertitudes et à l'échec et d'assurer la mission capitale d'enseigner et de faire apprendre.  Mme Benghabrit a exhorté tout le personnel de l'éducation pour se mobiliser afin d'assurer la continuité du service d'enseignement, d'accorder une place aux activités culturelles et sportives et faire en sorte qu'aucun élève du cycle obligatoire ne soit obligé de recourir aux cours privés payants. La ministre a visité une école primaire pilote dotée de l'énergie photovoltaïque à Hacine, une UDS et plusieurs écoles et CEM au chef-lieu de la wilaya qui a accueilli ce premier jour de rentrée scolaire 228.240 élèves répartis sur les trois paliers de l'enseignement, soit 129 CEM, 56 lycées, 455 groupes scolaires.
La ministre a également souligné que l'enseignement de l'histoire politique, sociale et culturelle du pays a été l'une des priorités du secteur de l'éducation.
La rentrée scolaire concerne, cette année, plus de 9 millions d'élèves au niveau national, répartis sur 27.351 établissements des trois paliers scolaires. Les effectifs du palier primaire occupent le plus important taux avec 48,8 %.
Les élèves sont encadrés par 749.232 fonctionnaires dont 89,9 % de l'encadrement pédagogique et 10,1 % administratifs, selon le ministère du secteur.
En outre, la ministre préside, à la polyclinique de la cité 400 logements à Mascara, une rencontre sur la santé scolaire, avec la participation des cadres des secteurs de la santé et de l'éducation et des représentants des associations des parents d'élèves.
A. Ghomchi

--------------------//////////////////////////

Meilleures conditions, comparativement aux années précédentes

La ministre a déclaré que la rentrée scolaire s’est déroulée dans de «bonnes conditions, encore mieux que les années précédentes». Dans une déclaration à la presse au terme de sa visite, la ministre a indiqué qu’une nette amélioration a été constatée dans plusieurs domaines lors de cette rentrée scolaire, par rapport aux années précédentes, dont «un bond qualitatif dans la gestion du dossier des nouveaux fonctionnaires et une transparence dans la liste de réserve des lauréats du concours de recrutement.» Mme Benghabrit a souligné que le succès de la numérisation de l’espace scolaire a permis l'affichage de points obtenus par les élèves, chaque trimestre, sur la plateforme électronique du ministère empêchant toute manipulation. La ministre a également affirmé que le secteur de l'éducation a connu cette année une amélioration qui s'est traduite notamment par l'ouverture de postes d'encadreurs administratifs, signalant que le taux d'établissements sans encadrement administratif a connu une baisse de 0,2%, avec l'enregistrement de 90% d’encadreurs qui remplissent toutes les conditions et qui occupent des postes fixes. Seulement 9% des encadreurs chargés de la gestion occupent d’autres postes, a-t-elle fait savoir. A propos de l’enseignement de tamazight, Nouria Benghabrit a indiqué que le nombre de wilayas où cette langue est enseignée dans les établissements a dépassé la quarantaine, ajoutant que le ministère œuvre à élargir l’opération aux autres wilayas dont la wilaya de Mascara où l’enseignement de tamazight a été lancé cette année dans 5 écoles, comme première étape. La ministre a donné hier le coup d'envoi de l’année scolaire 2018-2019 au CEM Derdara dans la commune de Ghriss. Elle a présidé aussi, dans la même commune, une cérémonie de signature d’un accord de coopération entre les directions de l’éducation, des moudjahidine, de l’environnement et de la santé et de la population, en plus de la réouverture de l’école pilote Debbab-Larbi dans la commune de Hacine qui a été réaménagée et équipée en énergie solaire pour un coût de 33 millions DA après avoir été fermée durant plusieurs années. En outre, la ministre a inspecté des établissements scolaires à Mascara où des activités culturelles et environnementales ont été organisées avec la participation de l’agence du bassin hydrographique d'Oran «Chott Chergui». La wilaya de Mascara a enregistré hier plus de 228.000 élèves qui ont rejoint les bancs de l’école, répartis sur 640 établissements scolaires des trois paliers.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions