mercredi 26 septembre 2018 06:47:34

Partenariat Chine - Afrique : Le rôle pionnier du président Bouteflika

M. Ouyahia : « l’adhésion de l’Algérie à l’initiative de la ‘‘nouvelle route de la soie’’ donnera de la consistance au partenariat algéro-chinois. »

PUBLIE LE : 05-09-2018 | 0:00
D.R

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a souligné, hier à Pékin (Chine), le «rôle pionnier» du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika,  dans l’amorce de la coopération Chine-Afrique, lors du premier sommet du Forum de Coopération Chine-Afrique (FOCAC) en 2006.

M. Ouyahia, qui intervenait lors des travaux du 3e Sommet du FOCAC, a indiqué que l’intérêt particulier que portait l’Algérie pour ce cadre de coopération découlait de son «appréciation positive de la coopération avec la Chine et de son attachement ferme à tout ce qui se rapporte au devenir de l’Afrique». «En effet, après avoir accompli son devoir de solidarité pour la libération quasi-totale de l’Afrique, l’Algérie s’est investie aux côtés des autres pays africains dans le chantier communautaire du développement du continent», a-t-il ajouté. M. Ouyahia a également rappelé le rôle du NEPAD, dont le Président Abdelaziz Bouteflika est l’un des initiateurs, et qui a pu doter l’Afrique d’un cadre d’élaboration d’une «démarche intégrée de développement et d’interaction» avec ses partenaires. Dans le même sillage, le Premier ministre a rappelé l’Agenda 2063 de l’Union africaine qui constitue, quant à lui, une «feuille de route opérationnelle» pour la réalisation et l’accélération du développement de l’Afrique. A cet égard, M. Ouyahia a indiqué que l’Algérie travaillait «intensément» à la concrétisation de cet Agenda continental notamment à travers trois projets majeurs, à savoir la route transsaharienne, désormais finalisée en Algérie et que le Port-Centre en cours de réalisation en partenariat avec la Chine valorisera davantage encore, le projet de gazoduc Alger-Lagos dont les études sont bien avancées ainsi que la liaison fibre-optique entre l’Algérie, le Niger, le Mali, le Nigeria et le Tchad qui densifiera les liens à travers la région sahélo-saharienne. M. Ouyahia s’est enfin félicité des perspectives qu’offre la Zone africaine de Libre échange continentale africaine, créée en mars dernier, et qui est de nature à dynamiser le commerce interafricain. «Ce sont là les atouts solides avec lesquels l’Afrique dialogue désormais d’une seule voix avec les autres régions du monde en matière de partenariat pour le développement» a-t-il souligné. Pour rappel, M. Ouyahia prend part aux travaux de ce Sommet en sa qualité de Représentant du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Démarche intégrée de développement

Le Premier ministre a exprimé hier à Pékin «l'attachement» de l'Algérie à tout ce qui est en lien avec le devenir du continent africain, estimant que cette conviction constitue l'une des motivations de l'Algérie pour la coopération sino-africaine. L'autre motivation forte de l'Algérie envers la coopération sino-africaine «découle de notre attachement à tout ce qui se rapporte au devenir de l'Afrique», a déclaré M. Ouyahia qui a souligné, dans ce sens, qu'après avoir «accompli son devoir de solidarité pour la libération quasi-totale de l'Afrique, l'Algérie s'est investie aux côtés des autres pays africains dans le chantier communautaire du développement du continent». Il a ajouté que «le NEPAD, dont l'Algérie est l'un des initiateurs, a doté l'Afrique d'un cadre d'élaboration d'une démarche intégrée de développement». M. Ouyahia a souligné que l'Agenda africain 2063 «constitue, quant à lui, une feuille de route opérationnelle pour la réalisation de ce développement continental», notant également que «la récente création de la Zone africaine de Libre échange dynamisera, sans doute, le commerce africain». Il a souligné que «ce sont là les atouts solides avec lesquels l'Afrique dialogue désormais d'une voix avec les autres régions du monde en matière de partenariat pour le développement», ajoutant que l'Afrique «déterminée à faire aboutir son développement à l'horizon 2063 a besoin du soutien concret des ses partenaires à travers le monde». Il a fait remarquer dans ce sens que si les engagements ont été nombreux au fil des rencontres internationales consacrées au partenariat pour le développement de l'Afrique, les apports effectifs «demeurent malheureusement fort modestes dans domaine», estimant que cela «ajoute davantage de poids à la contribution chinoise».

La transsaharienne finalisée dans sa partie algérienne

M. Ouyahia a mentionné que l'Algérie œuvre «intensément» à la concrétisation de l'Agenda africain 2063, vu son engagement et ses investissements dans des projets d'envergure pour le développement de l'Afrique. L'Algérie travaille intensément à la concrétisation de l'agenda continental notamment à travers trois projets majeurs», a-t-il souligné. M. Ouyahia a expliqué qu'il «s'agit d'abord de la route transsaharienne désormais finalisée dans sa partie algérienne et que valorisera encore davantage le Port-Centre que l'Algérie réalise en partenariat avec la Chine». Il s'agit ensuite, a ajouté M. Ouyahia, du projet de gazoduc Alger-Lagos dont les études sont bien avancées, soulignant qu'il s'agit enfin de la liaison fibre-optique entre l'Algérie, le Niger, le Mali, le Nigeria et le Tchad, qui densifiera les liens à travers la région sahélo-saharienne.

Hommage aux peuple et dirigeants chinois

Le Premier ministre a salué la contribution de la Chine pour le développement de l'Afrique, relevant que cet apport chinois se distingue par son contenu «dense» et aussi par son respect de la souveraineté des pays. «L'Algérie rend hommage aux peuple et dirigeants chinois pour leur contribution au développement de l'Afrique» a-t-il souligné. M. Ouyahia a relevé que cette contribution «se distingue par la densité de son contenu mais aussi par son respect de la souveraineté des pays africains», ajoutant que cette même contribution «a rehaussé aussi l'intérêt des autres régions pour l'Afrique en matière de partenariat et de développement».
Il a salué également «l'attachement avec lequel les hautes autorités chinoises ont tenu à réaliser leur part dans la concrétisation des dix programmes de coopération consignés dans le Plan d'action adopté en 2015 à Johannesburg par le second Sommet du Forum. M. Ouyahia s'est félicité du discours prononcé par le président chinois, Xi Jinping, dans lequel il a réaffirmé «avec force la disponibilité» de la Chine amie à aller encore plus loin dans l'édification du partenariat sino-africain, notamment pour la consolidation de la paix et de la stabilité en Afrique et pour la mise en oeuvre de l'Agenda africain 2063. Il a estimé a cet effet que le 3e sommet du FOCAC «s'est judicieusement choisi pour thème principal «la construction ensemble d'un destin sino-africain encore plus solide par la coopération gagnant-gagnant», un destin, partenariat et une coopération dont les potentialités à mettre en valeur demeure encore très importante». Le Premier ministre, a par ailleurs, exprimé ses remerciements envers l'Afrique du Sud pour «l'engagement et le talent avec lequel elle a assuré la coprésidence du Forum durant les trois dernières années».

Avancées considérables des relations d’amitié  et de solidarité

Le Premier ministre a aussi souligné que l’Algérie et la Chine «sont liées par des relations nouées pendant la lutte de libération nationale» en se félicitant dans le même temps des avancées considérables enregistrées par ces relations. Dans son intervention il a souligné que «l’Algérie et la Chine sont liées par des relations nouées pendant la lutte de libération nationale», en se félicitant dans le même temps des avancées considérables enregistrées par ces relations d’amitié et de solidarité qui ont été couronnées ces dernières années par un Accord de Partenariat stratégique global et un Plan quinquennal de Coopération.
M. Ouyahia s’est félicité de la densité des échanges commerciaux entre l’Algérie et la Chine qui dépassent les 9 milliards de dollars par an ainsi que de la participation des entreprises chinoises à la réalisation des vastes programmes algériens de développement, avec un montant supérieur à 10 milliards de dollars chaque année.
Abordant l’initiative chinoise de la nouvelle route de la soie, M. Ouyahia a affirmé que l’adhésion de l’Algérie à cette initiative apportera «une densité plus forte à la coopération et au partenariat stratégique global algéro-chinois», comme le laissent entrevoir déjà les projets communs majeurs du Port centre et du complexe de phosphates intégré». Rappelant que l’Algérie et la Chine célèbreront cette année le soixantième anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques.

----------------//////////////////////

L’Algérie adhère à l’initiative « Ceinture et la Route » 

L'Algérie et la Chine ont signé, en marge du Forum, un mémorandum d'entente sur l'adhésion de l’Algérie à l’initiative chinoise de la «Ceinture et la Route».  Ce mémorandum qui a été signé par le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et le président de la Commission nationale chinoise de développement et des réformes, He Lifeng, marque l’adhésion de l’Algérie à la nouvelle route de la soie, contribuant ainsi au renforcement de la coopération algéro-chinoise.  Pour rappel, plus de 90 pays de différents continents ont adhéré à cette initiative chinoise.

Les échanges dépassent les 9 milliards de dollars par an

Le Premier ministre a aussi affirmé que l'adhésion de l'Algérie à l'initiative chinoise de la nouvelle route de la soie donnera plus d'ampleur et de la consistance au partenariat algéro-chinois. «Nul doute que l'adhésion de l'Algérie à l'initiative de la nouvelle route de la soie apportera une densité plus forte à notre coopération et à notre partenariat avec la Chine, comme le laissent entrevoir déjà nos projets communs majeurs du Port centre et du complexe de phosphate intégré». M. Ouyahia, qui représente à ce Sommet, le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a souligné que les échanges entre l'Algérie et la Chine «dépassent les 9 milliards de dollars par an alors que la contribution des entreprises chinoises à la réalisation des vastes programmes algériens de développement est supérieure à 10 milliards de dollars chaque année». Rappelant que l'Algérie et la Chine «sont liées par des relations nouées pendant la guerre de Libération nationale», M. Ouyahia a relevé que «ces relations d'amitié et de solidarité ont été couronnées ces dernières années par un Accord de Partenariat stratégique global conforté par un Plan quinquennal de coopération». Il a ainsi soutenu que les retombées positives de la coopération de l'Algérie avec la Chine constitue «l'une des raisons de son intérêt pour le Forum de coopération sino-africaine dont le Président Bouteflika a été l'un des pionniers à sa première édition ici-même à Pékin en 2006».

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions