mercredi 14 novembre 2018 15:30:37

Selon le président Jacob Zuma : El Gueddafi déterminé à rester en Libye

Lamamra plaide pour une solution pacifique

PUBLIE LE : 31-05-2011 | 19:13
D.R

Le colonel libyen Mâammar El Gueddafi n'est « pas disposé » à quitter la Libye, mais il est prêt à œuvrer en faveur d'une solution politique à la crise dans son pays, a-t-on indiqué hier de source officielle sud-africaine.          
Selon un communiqué de la présidence sud-africaine, le colonel El Gueddafi  a insisté, lors d'une rencontre à Tripoli avec le président sud-africain Jacob  Zuma, « sur le fait qu'il n'était pas disposé à quitter son pays, malgré les difficultés ».           
Jacob Zuma a effectué lundi une brève visite en Libye, où il a rencontré le colonel El Gueddafi qui a affirmé être « prêt » à mettre  en application la  « feuille de route » de l'Union africaine (UA) pour mettre fin au conflit dans son pays.          
M. Zuma a révélé avoir eu une « discussion détaillée » avec le colonel libyen, qui a demandé, selon lui, qu'on « donne l'opportunité aux Libyens de discuter entre eux » et de trouver une solution à la crise qui secoue le pays depuis la mi-février.         
 L'UA  a proposé une « feuille de rou-te » pour mettre fin au conflit, qui a été acceptée par le régime, mais rejetée par le Conseil national de transition  (CNT), l'organe représentant les rebelles.          
La médiation de l'UA prévoit un cessez-le-feu et l'instauration d'une période de transition conduisant à des élections démocratiques. L'organisation  panafricaine a égalemen
t appelé l'Otan à cesser ses bombardements.

Lamamra plaide pour une solution pacifique
Le commissaire de l'Union africaine (UA) à la paix  et à la sécurité, M. Ramtane Lamamra, a indiqué lundi dernier au Caire que les organisations internationales et régionales élaborent actuellement une approche commune pour trouver une solution pacifique à la crise libyenne.           
"Nous tentons d'élaborer une approche commune basée sur des dénominateurs communs que nous partageons en tant qu'organisations afin de parvenir à une solution pacifique de la crise libyenne", a précisé M. Lamamra dans une déclaration à la presse au terme de la réunion de consultation des hauts responsables de l'ONU, de la Ligue arabe, de l'UA, de l'UE et de l'OCI.          
 Il a également affirmé que cette réunion de coordination entre les cinq organisations est dictée par le souci de coordonner les efforts et d'échanger les informations et analyses dans le cadre d'une action commune visant à instituer un cessez-le-feu qui permettra à toutes les parties libyennes d'engager les réformes qui s'imposent pour répondre aux aspirations du peuple libyen.          
M. Lamamra a rappelé à ce propos, le sommet urgent tenu récemment par l'UA qui, a-t-il dit, jouit d'une crédibilité auprès des parties libyennes et internationales".          
L'accent avait été mis sur l'attachement du continent africain à la solution pacifique.            
Le commissaire à la paix et à la sécurité de l'UA a fait part de son souhait de soumettre cette approche à tous les acteurs afin de parvenir à un consensus international autour du cessez-le-feu et de l'étape prochaine".          
M. Lamamra a réitéré le soutien "constant" de l'UA quant à la souveraineté du peuple libyen. "Nous ne pensons pas que les organisations et les parties internationales soient habilitées à traiter une question qui concerne la souveraineté du peuple libyen", a-t-il indiqué.           
L'Union, a-t-il poursuivi, "souhaite un dialogue entre Libyens et une étape de transition à laquelle prennent part toutes les parties dans un souci de préserver l'unité des rangs". L'Union africaine "n'est contre personne mais soutient les aspirations du peuple libyen".          
A une question sur le départ du colonel Mouamar El Gueddafi, guide de la Révolution libyenne, M. Lamamra a indiqué que l'organisation africaine traite avec la réalité. Il a ajouté que le peuple libyen ne s'est pas encore prononcé par référendum sur son avenir, estimant que la période de transition "inclusive et consensuelle" permettra au peuple libyen de décider des réformes politiques nécessaires.          

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions