samedi 18 aot 2018 21:36:03

Décolonisation du Sahara Occidental : KÖhler briefe le Conseil de sécurité

L’émissaire de l’ONU pour le Sahara Occidental, Horst Köhler, fera aujourd’hui un briefing au Conseil de sécurité sur sa dernière tournée régionale visant à relancer les négociations entre le Front Polisario et le Maroc, à l’arrêt depuis 2012.

PUBLIE LE : 08-08-2018 | 0:00
D.R

L’émissaire de l’ONU pour le Sahara Occidental, Horst Köhler, fera aujourd’hui un briefing au Conseil de  sécurité sur sa dernière tournée régionale visant à relancer les négociations entre le Front Polisario et le Maroc, à l’arrêt depuis 2012.   L’ancien président allemand devrait informer le Conseil de sécurité de "ses récentes activités" menées dans le cadre du processus onusien, précise   l’agenda prévisionnel du Conseil de sécurité pour le mois d’août.   
La réunion se tiendra à huis clos et à l’issue de laquelle l’organe onusien devrait "fort probablement" délivrer des éléments à la presse sous   forme de communiqué qui sera lu par le Royaume-Uni, président du Conseil pour le mois d’août, selon une source onusienne proche du dossier. Il s’agit du deuxième briefing de Horst Köhler depuis sa nomination comme Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara Occidental et qui   intervient également moins de deux mois après sa tournée dans la région où il a eu des discussions avec les deux parties au conflit, le Front Polisario   et le Maroc, et les deux pays observateurs, la Mauritanie et l’Algérie. Au cours de son premier briefing, tenu en mars dernier, l’ancien président allemand a défini avec clarté son mandat en tant qu’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU qui consiste à "trouver une voie pour l’avenir" sur la base d'une solution garantissant l’autodétermination du peuple sahraoui. L’émissaire onusien avait expliqué, lors de cette réunion d’information, sa vision du processus de paix et a précisé que son objectif était de relancer les négociations directes entre les deux parties au   conflit, le Maroc et le Front Polisario, dans le courant de l’année 2018.
 "C'est ainsi que la résolution 2351 le précise, et nous n'avons pas besoin d'une nouvelle terminologie, mais d’une volonté de remplir ce langage de sens et de le suivre par l'action", a-t-il alors déclaré, rejetant les conditions du Maroc qui refuse de revenir à la table des négociations, sauf si son plan d’autonomie est mis comme seule option pour le règlement du conflit. La dernière fois où le Front Polisario et le Maroc se sont installés à la même table de négociations remonte à mars 2012, à Manhasset aux Etats-Unis. Depuis, le processus de paix lancé par l'ONU se trouve dans l’impasse en raison des entraves dressées par le Maroc pour empêcher le règlement du conflit sur la base des principes de la légitimité internationale qui garantissent le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.   
Mis au pied du mur, le Maroc est, cependant, tenu de reprendre sans tarder les négociations. En avril, le Conseil de sécurité s’est fixé rendez-vous   en octobre prochain pour évaluer l’avancée du processus, mettant le cap sur une nouvelle démarche visant à ramener les partis au conflit à la table des   négociations dans un délai de six mois. Les Etats-Unis, porte-plume des résolutions sur le Sahara Occidental, ont déclaré juste après l’adoption de la résolution prorogeant le mandat de la Minurso qu’ils s’attendaient à une reprise des pourparlers d’ici à octobre. La nouvelle démarche met directement le Maroc devant ses responsabilités. Ayant entravé le travail de deux émissaires onusiens, le Maroc s’attelle à chercher des prétextes pour ne pas reprendre les négociations.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions