Nouvelles de Béchar : Plusieurs projets en voie de réalisation

Canicule : Une journée sous 48° à l’ombre
PUBLIE LE : 05-08-2018 | 0:00

Page animée par RAMDANE BEZZA

Plusieurs projets et non des moindres, relevant de secteurs différents, sont en voie de réalisation, dans le cadre d’un développement local, et dont il convient de retenir celui ayant été à l’origine  de bien de désagréments dans le quotidien des habitants, notamment en cette période  de canicule qui sévit actuellement dans la région : l’alimentation en eau potable  des villes de Béchar, Kénadsa et Abadla.

Un projet d’urgence d’approvisionnement de ces villes, à partir de la nappe phréatique de Béni-Ounif et dont les travaux sont déjà entamés, consiste en la réalisation de 10 puits profonds, sur une distance de 190 km.
L’habitat connait également un essor important de par la réalisation de 1.500 logements AADL et dont une première tranche de 750 unités sera livrée le 20 août prochain, et l’attribution de 11.000 lots de terrain à bâtir sur les 36497 lots réservés à l’auto-construction.
Le secteur de l’éducation bénéficiera dès la prochaine rentrée scolaire de 3 groupements scolaires, 2 C.E.M et  1 école primaire (entièrement alimentée en énergie solaire), en attendant la réalisation de 20 classes pour le primaire, 4 autres C.E.M et 3 lycées, répartis à travers le territoire de la wilaya.  
Le renforcement des capacités de réserves en eau potable (pour un coût de 500 millions de dinars) ainsi que le raccordement en gaz de ville (19 milliards de dinars) figurent parmi les projets en cours de réalisation.
Il convient de rappeler qu’au cours de cette année, les communes de la wilaya ont connu une réhabilitation de tout le réseau d’assainissement ainsi que celui de l’AEP, à hauteur de 60% et un revêtement du réseau routier de la ville de Béchar.

----------------//////////////////////

Distribution de logements
Les recours touchent à leur fin

Après l’annonce par affichage des listes des bénéficiaires des 1178 logements, tous programmes confondus, et des 11.000 lots de terrain à bâtir, une opération qui d’ailleurs n’aura pas été sans faire bien de mécontents et même de protestataires, les recours et réclamations qui suivent automatiquement cette entreprise, dans la semaine, touchent à leur fin et la commission chargée de leur étude est à pied d’œuvre.
Une opération qui devra permettre de lever éventuellement toute équivoque ou injustice quant à une attribution illicite d’un logement ou d’une parcelle de terrain à bâtir. Plus de 2.500 recours concernant les lots de terrains et 750 autres pour les logements ont été déposés par les intéressés auprès des services concernés. Un total de 26.000 lots de terrains seront attribués au cours de cette année, a fait savoir le wali de Bechar, qui a fait état de la mobilisation d’un financement  «important» pour la réalisation des travaux de viabilisation des trois sites choisis pour l’implantation de ces lots de terrains à bâtir.
D’ores et déjà et à la suite de la récente visite d’une commission ministérielle conduite par le secrétaire général du ministère de L’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire dans la wilaya, un programme d’urgence de 6.000 nouvelles aides à l’habitat rural a été notifié à celle-ci, tout comme il est prévu l’inscription,  avant la fin de 2018, d’un programme «très important» de logements relevant  de différents programmes d’habitat, a signalé le wali.  Dans plusieurs de ses interventions, le premier responsable de la wilaya a tenu à rassurer la population quant à une étude transparente et minutieuse de tous les recours déposés par les personnes non satisfaites, et annonce qu’au total 26000 lots de terrain à bâtir seront octroyés au courant de cette année, conjointement aux 4.000 logements en cours de réalisation. Il faut dire que ce sujet fait  actuellement la une du quotidien des habitants de la capitale de la Saoura et que seule la canicule qui y sévit parvient à leur en faire oublier les désagréments, un temps soit peu.

----------------//////////////////////

Canicule   
Une journée sous 48° à l’ombre

Cette année, c’est une canicule particulière qui sévit dans tout le sud-ouest du pays et la capitale n’en est pas épargnée. Du jamais vécu. Les températures avoisinent, depuis le mois de juillet, les 48° à l’ombre ; de quoi, vous dira-t-on, faire cuire un œuf sur la tôle d’un véhicule puisque la température au soleil dépasse de très loin celle à l’ombre. Si la ville s’est depuis fort longtemps vidée d’une grande partie de sa population, ayant les moyens de se permettre des vacances au bord de la mer ou même à l’étranger, ce n’est pas le cas de bien d’autres personnes, contraintes pour des raisons familiales, financières ou personnelles de supporter tous les désagréments engendrés par cette grande vague de chaleur (telles certaines perturbations d’alimentation en eau potable au niveau de plusieurs quartiers, une eau dont la mauvaise qualité ne cesse d’être dénoncée par les habitants de la ville). Les conséquences, en fait, ce sont d’abord ce quotidien qui devient difficile de gérer en pareille circonstance et qui oblige le citoyen à réguler ses déplacements (se lever très tôt pour vaquer à ses occupations) car, à partir de 9h, le soleil ne pardonne plus et à 13h, plus rien ne circule. Tout le monde reste caché à l’ombre et au frais. Une aubaine pour les fonctionnaires des administrations publiques, dont les horaires de travail ont heureusement été aménagés (6h/13h). Quant à l’ennui, c’est ce manque affreux et interminable de lieux de détente et de repos pour les familles contraintes de rester cloitrées chez elles (non loin de la climatisation en marche à longueur de journée). Mettre le nez dehors avant 19 h relève d’un défi, pour ne pas dire de la bêtise, alors que le seul et unique espace de repos (inauguré au courant du mois de ramadhan) demeure bien loin d’offrir les prestations attendues. Une journée sous 48° à l’ombre ne peut, dans ce cas, qu’être véritablement paraphraser par prendre son mal en patience, en attendant des jours meilleurs.  

----------------//////////////////////

Premier Centre  de dépistage MOBILE du sida

L’APCS (Association de Protection Contre le Sida) dont le siège principal est à Oran et une succursale à Alger, vient de lancer  son CDV Mobile «Centre de Dépistage Volontaire», stationnant actuellement à Béchar et considéré comme un véritable espace d’échange et de partage, d’accompagnement et de soutien, dans le cadre d’une promotion du changement de comportement vis-à-vis de cette maladie. Répondant aux normes internationales standardisées et réalisé par des médecins de l’APCS, ce premier et unique CDV associatif s’inscrit dans une stratégie de prévention et de prise en charge à partir du dépistage du sida (dit counseling/dépistage) et dont le test reste bien-entendu confidentiel, gratuit, volontaire, anonyme et rapide. Grâce à toute une équipe composée de médecins, de psychologues, d’éducateurs pairs PVVIH, TS et HSH, et même d’avocats et avec la collaboration de partenaires étrangers (l’Ambassade de France et la mairie de Paris), le CDV a pour missions essentielles —en plus du dépistage du Sida— de prévenir la transmission du VIH par l’information, la réduction du risque et le changement de comportement. En matière d’enjeux de santé publique, les services du CDV s’inscrivent dans une optique de sensibilisation et d’information sur le statut sérologique des personnes, leur permettant ainsi de prendre les mesures de prévention appropriées  en vue de leur protection et de celle de leurs proches, tout en accédant au PEC médicale et psychosociale qui retardera ainsi l’entrée dans la maladie et limitera les conséquences. C’est ainsi que toute une panoplie d’informations sur cette maladie sont concédées à la population : d’une définition de la trithérapie (médicaments anti-VIH) à la prévention de la transmission de la mère à l’enfant et en passant par le meilleur moyen pour commencer le traitement, tout savoir sur le VIH-Sida demeure la principale préoccupation du CDV ( définition du VIH, du SIDA, de Séropositif). On notera toutefois que le public était encore très peu nombreux à se rendre à ce CDV, stationné à la place de la République (un endroit pourtant très fréquenté) ; il convient de rappeler que le Sida demeure un sujet quelque peu tabou dans la région.

----------------//////////////////////

Un seul vol à destination de la mecque

Les 395 pèlerins de Béchar (sur les 431 retenus pour ce pèlerinage 2018) se sont envolés en fin de semaine à destination d’Oran, avant de regagner les Lieux Saints pour y accomplir le 5e pilier de l’Islam. Ils ont été salués à leur départ de l’aéroport Boudghen Ben Ali Lotfi de Béchar par les autorités civiles et militaires de la wilaya, alors qu’un représentant de la direction des affaires religieuses n’aura pas manqué de leur prodiguer quelques conseils devant leur permettre d’accomplir leur pèlerinage dans de bonnes conditions ; des conditions humaines et matérielles qui ont déjà été mises en place par les pouvoirs publics, avant leur embarquement, afin de leur faciliter toutes les opérations administratives et douanières et de leur garantir un voyage aussi reposant que sécurisé.
Pour rappel les 36 autres pèlerins ont préféré effectué leur voyage avec une autre agence touristique privée.

 


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com