mardi 25 septembre 2018 19:00:53

Nouvelles de Mascara, Caisse nationale d’assurances sociales : abus divers

La CNAS de la wilaya de Mascara, compte 218.000 assurés détenteurs de la carte Chifa et assure la prise en charge de 425.000 personnes et leurs ayants droit. Elle accuse une perte de 11 millions de DA due aux abus de consommation de médicaments.

PUBLIE LE : 01-08-2018 | 0:00
D.R

Page animée par Abdelkader Ghomchi

La CNAS de la wilaya de Mascara, compte 218.000 assurés détenteurs de la carte Chifa  et assure la prise en charge de 425.000 personnes et leurs ayants droit. Elle accuse une perte  de 11 millions de DA due aux abus de consommation de médicaments. 

Ceux qui en abusent,    au nombre de 10.000, et qui sont soumis aux contrôle et expertise, peuvent introduire un recours au niveau de la commission administrative et la commission de recours médicale, suite à quoi une notification de rejet leur est  adressée,  ce qui entraîne automatiquement la suspension de leurs cartes  Chifa mais sont toujours pris en charge et peuvent se faire rembourser  les médicaments au niveau des guichets de la CNAS. Après confirmation de l’abus, l’assuré peut obtenir un échéancier de remboursement, sera rétabli dans ses droits et sa carte sera validée. Le montant remboursé par la CNAS dans le cadre des abus est de 11 millions de DA, alors que 2700 assurés ont leurs cartes Chifa bloquées pour un montant de 7 millions de DA. Pour les formes d’abus, un malade atteint de maladie chronique passe plusieurs visites médicales dans une période très courte, ou met sa carte Chifa a la disposition d’une tierce  personnes.
L’accès aux soins est un droit fondamental consacré et garanti par la Constitution algérienne, et celà dépend de la pérennité du système de sécurité sociale dont la préservation demeure l’affaire de tous et appelle à l’engagement responsable de chacun. Il est plus que nécessaire de savoir comment se servir de sa carte Chifa et d’éviter l’utilisation abusive de cette carte, qui demeure strictement personnelle et ne peut en cas être mise à la disposition d’une tierce personne. Le directeur de la CNAS de Mascara s’interroge sur la gestion des cartes  Chifa au niveau de certaines pharmacies. En effet, des patients se permettent de laisser leurs cartes au niveau des pharmacies pendant plusieurs jours, chose qui est déconseillée.
Les journées portes ouvertes, entamées le 11 juillet dernier, visent la sensibilisation du personnel dans le cadre de la communication interne,  l’information et la vulgarisation à grande échelle par le biais des moyens de communication, ainsi que l’information des pharmacies  conventionnées. Ceci dans le but de l’amélioration et la modernisation continues des prestations fournies et qui demeurent la préoccupation de la CNAS.

---------------///////////////////

Prix du poulet
L’envol

Le prix du poulet a pris des ailes pour atteindre  un pic sans précédent cette semaine. Renseignement pris, l’on nous explique que cela est dû à l’arrêt ou à la baisse du rythme de production durant cette saison et à la forte demande pour les fêtes de mariage et les besoins des restaurateurs, mais cela ne justifie en aucun cas cette hausse vertigineuse du prix de la volaille. En effet,  à travers tous les marchés de volaille de la wilaya, cette viande blanche est écoulée à 420 DA le kilogramme, soit une hausse de près de 40% comparativement à une période très proche où le poulet était cédé à 290 DA. Cette montée  inexpliquée des prix a suscité l’incompréhension et le mécontentement des citoyens et chacun y va de son analyse pour commenter une telle hausse  qui commence à faire mal, saignée, nous dit un boucher, qui risque de prendre des proportions inquiétantes.  Cette flambée vertigineuse et soudaine est devenue un sujet de discussion des ménages qui ne savent plus à quel saint se vouer quand il faut acheter un poulet rôti, histoire de se faire plaisir  et partager cela avec sa famille ou les invités  du jour.     
C’est la question que se posent de nombreux habitants,  notamment ceux  qui célèbrent  les fêtes de mariage et autres, en l’absence totale des services censés contrôler les prix. Cette situation a pris tout le monde de court, disait une mère de famille exaspérée: «Il n’y a pas si longtemps, avant le mois béni de  Ramadhan, je payais le poulet entre 180 DA  et 220 DA». Des arguments avancés ici et là, mais il y a quelques jours, les professionnels  de l’élevage avicole nous ont assuré que cette hausse ne venait pas d’eux. Les citoyens vivent dans l’expectative et attendent des jours meilleurs. A noter que le prix de la sardine a nettement chuté ces derniers jours pour atteindre les 200 DA le kg mais le prix de la viande rouge frise les 1.400 DA le kg chez les bouchers, c’est pourquoi l’on se rabat les jeudis et samedis sur les marchés hebdomadaires de Maoussa et Khalouia où les prix sont plus abordables.

---------------///////////////////

La Waâda de Sidi Ali Benaoumeur
Un rendez-vous à ne pas rater

Des milliers de personnes de toutes les régions et des wilayas avoisinantes attendent avec ferveur une fête populaire : waâdat Sidi Ali Benaoumeur, un endroit distant de 10 km du chef-lieu de la commune d’Oued Taria. Sur un terrain vague, autour du mausolée du saint-patron de la région, Sidi Ali Benaoumeur, des centaines de tentes ont été dressées pour accueillir les invités venus en masse partager les joies et réjouissances des Ouled Sidi Ali Benaoumeur et passer, le temps d'un week-end, un moment des plus agréables avec les parents et les amis devant la grande fantasia. Des cavaliers, des scènes de fantasia, véritable symbole du patrimoine culturel national. Etrennant leurs habits traditionnels typiques à chaque région, les cavaliers affichent  clairement  leur fierté et leur joie de participer à cet évènement populaire  annuel  tant attendu. 
Par  intermittence, des salves de baroud se font entendre d'une manière synchronisée, qui dénotent d'une grande maîtrise du groupe. En cercle, ces mêmes cavaliers sont conviés à chanter. On appelle ce genre de chant "Ayta", au cours de laquelle les cavaliers louent les qualités du prophète Mohamed (QSSSL) ou celles des moudjahidine et chahids de la guerre de Libération nationale. La waâda est aussi un grand rendez-vous commercial que les artisans locaux rentabilisent pour vendre des produits du terroir (burnous, djellaba) et autres herbes médicinales,  fruits  et légumes, confiserie. Regroupées  en cercle, des centaines de personnes sont aussi attirées par les "Gouals" lesquels attirent par des légendes mystiques qui ne les laissent pas indifférents, alors que les marchands ambulants venus de toutes les régions et munis de leurs haut-parleurs vantent la qualité de leurs produits. Tous les invités, passagers et autres présents, sont invités autour d'un couscous aux raisins et viande en guise d'acte de bienfaisance et d'hospitalité marquant ces populations encore attachées à leurs traditions ancestrales. Durant la nuit, des religieux, regroupés dans diverses tentes en "halqate", récitent le Saint Coran et autres chants religieux (madih). Ces waâdate (fêtes populaires), très nombreuses dans la wilaya de Mascara, à l'instar de plusieurs régions du pays, constituent sans conteste une richesse culturelle ancestrale, où le patrimoine national s'exprime sous toutes ses formes, ainsi qu’une occasion de rencontres, de réconciliation, de générosité, de paix et de partage, indiquent les gens de la région.

---------------///////////////////

Prévention routière
Campagne de sensibilisation

 Dans le cadre de leur activité de proximité, les services de la sûreté de wilaya de Mascara ont organisé, en  matière de sécurité routière,  une campagne de sensibilisation au profit des motocyclistes, avec l’organisation d’une exposition sur les activités du service de wilaya de la sécurité publique, et la participation des services de la Protection civile, des Scouts Musulmans Algériens, et des associations activant dans le domaine de la prévention routière. En effet, le wali, accompagné du chef de la sûreté de wilaya, ont supervisé le déroulement de cette opération, en procédant par la même occasion à la distribution d’un nombre de casques au profit des motocyclistes, après avoir visité l’exposition organisée en cette occasion.
Le wali a salué l’initiative de la police, qui s’inscrit dans le cadre de la sensibilisation visant à ancrer la culture de prévention routière chez les différentes franges de la société, en incitant les bénéficiaires et, à travers eux, les autres motocyclistes à faire preuve de respect du code de la route afin de limiter le nombre d’accidents de la circulation.  Il a été ensuite procédé à la distribution d’un autre lot de 150 casques à travers les carrefours de la ville de Sig. L’opération a été saluée par les citoyens de la ville et notamment les motocyclistes qui ont montré leur satisfaction à l’égard de cette initiative visant à préserver leur intégrité physique.

---------------///////////////////

Campagne moissons-battage
Sous de bons auspices

Le secteur de l’Agriculture se prépare pour la campagne moisson-battage qui pointe à l’horizon surtout que cette saison, la pluviométrie très favorable était de l’ordre de 373,9 mm, elle s’est étalée durant une période allant d’octobre 2018 à mai 2018, les prévisions tournent autour de 2.091.674 q pour une superficie emblavée de 140.100 ha soit 42.500 ha de blé dur, 21.600 ha de blé tendre, 68.000 ha d’orge et 8.000 ha d’avoine pour lesquels on prévoit 604.293 q de blé dur, 277.225 q de blé tendre, 1.101326 q d’orge et 108.830 q d’avoine. La récolte de la campagne 2016/2017 n’était que de 1.135.179 q. Le matériel mobilisé pour cette campagne est de 256 moissonneuses-batteuses dont 33 propriétés de la CCLS, 2.178 tracteurs agricoles, 1248 botteleuses. Le problème du stockage continue d’être posé au niveau de la wilaya de Mascara. Les locaux, disponibles actuellement au niveau de la CCLS, ne permettent guerre de faire face à une importante campagne de moisson-battage. Les fellahs continuent de subir le problème des files d’attente ou la vente sur le champ de leur production. La wilaya de Mascara, une région à vocation agricole par excellence, sa production est appelée à être améliorée  tant toutes les potentialités sont disponibles pour avoir une meilleure récolte... Pour la concrétisation de ces objectifs, les services concernés ont mis les bouchées doubles en mobilisant  un nombre important de  moissonneuses-batteuses mises à la disposition des agriculteurs céréaliers. Face au grand volume de travail que nécessite cette opération de grande envergure et aux impératifs des délais de livraison liée à cette campagne, la participation d’autres moyens en provenance des wilayas limitrophes peuvent  être sollicités.
Parallèlement, les responsables de la coopérative des céréales ont renforcé le dispositif de collecte des produits céréaliers par   l’ouverture des points de collecte et de stockage en guise d’encouragement et d’assistance aux producteurs pour écouler leurs récoltes dans de bonnes conditions et tout a été mis en œuvre  et se trouve à pied-d’œuvre pour la réussite de cette campagne pour laquelle de grands efforts ont été faits, que ce soit au niveau des structures de stockage des céréales ou au niveau des services techniques chargés de la supervision de la préparation de la campagne qui s’annonce sous de bons auspices, ce qui augure une bonne récolte.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions