dimanche 05 juillet 2020 18:30:23

Des milliers de personnes dans les rues de Paris : «Halte à la xénophobie de l’Etat ! »

Des milliers de personnes sont descendues hier dans les rues de Paris pour manifester contre la politique d’immigration du gouvernement français et pour la régularisation des sans-papiers

PUBLIE LE : 28-05-2011 | 19:59

Des milliers de personnes sont descendues hier dans les rues de Paris pour manifester contre la politique d’immigration du gouvernement  français et pour la régularisation des sans-papiers, a-t-on constaté.          
Répondant à l’appel lancé par le Collectif national «D’ailleurs nous  sommes d’ici", les manifestants brandissaient des pancartes sur lesquelles on  pouvait notamment lire : «Halte à la xénophobie de l’Etat», «Un raciste est  quelqu’un qui se trompe de colère», «Oui au droit au vote des étrangers» et  «Racisme = tolérance zéro».          
Le long du parcours qu’ils ont emprunté, de Barbès Rochechouart à place de la République, les marcheurs scandaient des mots d’ordre fustigeant la politique d’immigration prônée par le gouvernement. «A la 1re, à la 2e, à la 3e génération, on s’en fout. On est chez nous", "Sarkozy, Le Pen, Guéant : Même politique"  et "Ni Charters, Ni Karchers", criaient-ils.          
Pour le président d’honneur du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié  entre les peuples (Mrap), Mouloud Aounit, il y a, en France, «non seulement  une lepénisation des esprits, mais aussi une lepénisation des valeurs de la République». «Devant le danger que représente la  montée du Front national (extrême droite), notamment avec les dernières cantonales, on a l’impression que les vannes ont  été lâchées : le pas a été franchi entre les deux lepénisations et ce sont maintenant  les ministres de la République qui tiennent des propos d’incitation au racisme», a-t-il déclaré à l’APS.          
Un représentant des nouveaux migrants tunisiens en France, Abdelkader  Beji, s’est dit, de son côté, «consterné» par le traitement «inhumain» et «raciste»  dont ont fait l’objet ses compatriotes, à leur arrivée dans l’Hexagone.          
«Cette marche nous permet de réitérer nos appels à un traitement digne de ces nouveaux migrants ayant quitté clandestinement un pays en pleine mutation et à une régularisation de leur situation administrative», a-t-il ajouté.          
Selon un membre du Collectif  "D’ailleurs nous sommes d’ici", des marches similaires ont eu lieu au même moment dans plus de 50 départements de France  où des collectifs régionaux ont été mis sur pied.            
 Ces marches couronnent une semaine antiracisme pour dénoncer la politique d’immigration du gouvernement et exiger une régularisation des sans-papiers.  Elles interviennent à l’appel du Collectif «D’ailleurs nous sommes d’ici»,  auquel ont déjà répondu des dizaines de partis, d’organisations syndicales, de salariés, d’enseignants, de magistrats, d’avocats, d’étudiants et de lycéens, en plus d’une centaine d’associations nationales et locales, des élus locaux,  des députés et des parlementaires européens.         
 Présenté sous le slogan "Ni Charter, Ni Karcher", l’appel du collectif  a été lancé en novembre 2010 pour dénoncer «la poursuite de l’offensive du chef de l’Etat, du gouvernement et de la majorité qui les soutient, contre les étrangers en s’en prenant désormais aux immigrés en situation régulière et aux demandeurs d’asile».          
 Le Collectif a décidé de faire de l’appel une pétition nationale à faire signer par le plus grand nombre de personnes possible.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions