jeudi 15 novembre 2018 20:47:15

Grand angle : L’humeur de Trump

Le sommet de l’Otan à Bruxelles, revêt une odeur de poudre noire. Les 29 redoutent surtout une annonce surprise du principal bailleur de fond en l’occurrence les Etats-Unis.

PUBLIE LE : 12-07-2018 | 0:00
D.R

Le sommet de l’Otan à Bruxelles, revêt une odeur de poudre noire. Les 29 redoutent surtout une annonce surprise du principal bailleur de fond en l’occurrence les Etats-Unis. Habitué à étaler sans gêne, son opinion, Donald Trump ne manquera pas de provoquer, encore une fois, ses alliés. D’ailleurs, la passe d’armes avec la chancelière allemande est un signe qui ne trompe pas des intentions du locataire du bureau ovale de bousculer tout son monde. Point de discorde : le financement de l’organisation et l’effort budgétaire que l’Europe doit consentir et qui est à hauteur de 2% du PIB en 2024. Selon les chiffres publiés par l'Alliance, les Etats-Unis ont contribué à un peu moins de 72% des dépenses de l'Otan en 2017: 686 milliards de dollars sur un total de 957 milliards de dollars dépensés par les 29 membres. Tout le monde ressent des picotements en pensant à cette rencontre. Et pas uniquement car à la veille de la rencontre Trump-Poutine le 16 juillet à Helsinki, les dirigeants des pays membres de l’Alliance redoutent que le «Bulldozer» ne cherche à les diviser par de possibles concessions à Moscou. La pression est donc si forte que le face à face Trump et ses alliés, vire déjà au cauchemar. Le partage du fardeau financier, risque d'affaiblir la crédibilité de l'Alliance. Les Etats-Unis dépensent bien plus pour l'Otan que n'importe quel autre Pays. «Ce n'est pas juste, ni acceptable», a déjà prévenu Donald Trump lundi dernier, dans un tweet. Ils doivent donc en faire davantage, et pour cela le locataire de la Maison Blanche n’a pas hésiter fin juin à adresser un courrier comminatoire à neuf membres de l'Otan, dont l'Allemagne, le Canada et la Norvège, pour les sommer de respecter leur engagement dans leurs dépenses militaires. D’autant que selon certains analystes l'Otan bénéficie bien davantage à l'Europe qu'aux Etats-Unis. «Les Etats-Unis payent 90% de l'Otan, alors que de nombreux pays sont loin des 2% (de leur PIB) qu'ils se sont engagés à verser», a encore dénoncé le Président américain. Si tous les participants conviennent que le sommet «sera pénible», tous redoutent aussi l’humeur de Trump. «Avec la présidence Trump, une forme d'incertitude profonde saisit l'ensemble des acteurs européens», souligne un eurodéputé. D’autant que pour nombreux observateur le scénario du G7 peut bien se reproduire ; la première grande rencontre bilatérale Trump-Poutine, quelques jours plus tard, parait plus importante pour le président américain que le sommet de l'Otan. C’était le cas avec le leader nord- coréen. A cela s’ajoute les sérieuses divergences opposant les Etats-Unis aux autres membres de l'Alliance et l'imprévisibilité du président américain alimente toutes les hypothèses, jusqu’à l’annulation de l'exercice «Trident Juncture» prévu pour l'automne en Norvège et annoncé comme le plus important jamais réalisé par l'Otan depuis la fin de la Guerre froide au motif que cela pourrait être considéré comme une menace par la Russie et que cela va coûter très cher aux contribuables américains. Pour information, l’annulation lundi des manœuvres militaires avec la Corée du sud à permis à Washington d’économiser 14 millions de dollars… dont acte.
M. T.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions