mardi 13 novembre 2018 02:28:45

Au Zoo du Jardin d’essai d’El-hamma : De nouvelles espèces animales

Classé parmi les dix plus beaux jardins du monde, pour sa diversité, son originalité et sa conception, le Jardin d’Essai d’El-Hamma reste l’une des curiosités d’Alger qui impressionne et étonne visiteurs et touristes.

PUBLIE LE : 12-07-2018 | 0:00
D.R

Classé parmi les dix plus beaux jardins du monde, pour sa diversité, son originalité et sa conception, le Jardin d’Essai d’El-Hamma reste l’une des curiosités d’Alger qui impressionne et étonne visiteurs et touristes.

Les Algérois apprécient ce site pour sa flore tropicale unique, ses jardins, où les parfums se mêlent, aux couleurs des floraisons multiples, pour ses espèces animales  des quatre coins du monde mais aussi pour son calme, sa propreté et la sécurité.  
Le jardin accueille chaque année
plus d’un million et demi de visiteurs par an. Les enfants sont aux premières loges et le zoo est la partie la plus visitée du jardin, ce qui a amené ses gestionnaires à accueillir prochainement de nouvelles espèces animales ramenées des parcs zoologiques de Mostaganem, de Ghardaïa, d'El Tarf et de Bejaia et ce dans le cadre d'un échange et des accords de partenariat conclus avec les parcs zoologiques de ces wilayas.
Parmi les espèces concernées, il y a notamment «un lion et une lionne, ainsi qu'une tigresse, espèce à fourrure blanche appartenant  à un cirque  étranger qui a l'habitude de présenter des spectacles en Algérie» selon le directeur du Jardin. Il est prévu, en outre, la réalisation d'un pont surplombant tout le zoo pour avoir une vue d'ensemble des animaux, a fait savoir le responsable, ajoutant que ce parc zoologique accueillera des espèces animales disparues en Algérie, à l'instar du lion de l'Atlas, au grand bonheur des enfants qui viennent spécialement pour ces animaux.
En effet, instant magique que celui où se croise le regard d’un enfant avec celui, étincelant, d’un tigre nonchalamment allongé. Les enfants restent émerveillés par les canines bien apparentes de la lionne de plus 20 ans, les pattes gigantesques de la femelle ours, la chouchoute du jardin de par son aspect «nounours». Les enfants restent ébahis devant la prestance et l’agilité du couple de panthères importé du zoo de Londres, leurs yeux s’écarquillent devant l’alligator, un crocodile un peu paresseux mais impressionnant de par son immensité…
Le zoo héberge des pensionnaires ayant battu des records de longévité : un sanglier (33 ans), un condor des Andes, âgé de plus de cent ans —toujours vivant—, un ours brun (62 ans) —classé dans le Guinness book— et un alligator du Mississipi (100 ans). Des animaux qui ont l’air d’être bien  nourris et bien traités comme il se doit et qui demeurent les «stars» du jardin d’Essai.

Le dispositif de sécurité est-il suffisant ?

Cependant, le dispositif de sécurité autour de l’enclos de ces félins et ces animaux sauvages est-il suffisant ? De toute évidence, la réponse est négative pour les familles suite au fait divers qui s’est déroulé à Mostaganem où une fillette de 8 ans a eu la main arrachée par l’un des félins du Mostaland-Parc alors qu’elle s’y trouvait avec ses parents. Comment cette fille a-t-elle pu franchir très facilement une première barrière de sécurité et de s’approcher de la cage des félins ? Le père de la victime, handicapé, n’a pas pu intervenir à temps et déplore la légèreté du système de sécurité mis en place. Mme Benmahel Samia, directrice du parc, estime quant à elle que «les responsabilités partagent la douleur avec les parents de la victime». «En tant que prédateurs, les grands félins représentent un danger potentiel dont il faut avoir conscience. Cependant, les visiteurs viennent dans le but de voir des animaux. Il est donc fondamental de satisfaire les attentes du public en respectant les principes du bien-être animal et en minimisant les risques inhérents à leur présence», nous dira M. Berrahman, soigneur d’animaux au parc zoologique de Ben Aknoun. «Afin de réaliser l’importance de la sécurité autour des grands félins en captivité, il est nécessaire de prendre conscience de la dangerosité de ces animaux, la moindre erreur étant potentiellement fatale.»
Les accidents se produisent lors de contact entre un félin et un humain. Ces derniers peuvent avoir des causes variées : non-respect des consignes de sécurité, erreur humaine, défaillance technique ou cas imprévisibles. Ils se produisent généralement quand un animal ou un humain se retrouve en dehors de la zone qui lui est réservée», nous précise notre interlocuteur.
Pour lui «les consignes de sécurité doivent être claires et visibles. Le visiteur doit les avoir sous les yeux. Elles sont généralement affichées sur les mêmes panneaux que les plans du parc car tout le monde le consulte au moins une fois. Quand des prospectus sont donnés à l’entrée du zoo, les consignes sont notées sur ces derniers».                         Farida Larbi



 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions