mardi 13 novembre 2018 02:31:47

Le FLN évoque les relations de l’Algérie avec les Etats africains

M.Ould Abbès : « Tout s’est articulé autour du président Bouteflika »

PUBLIE LE : 12-07-2018 | 0:00
D.R

«Bouteflika et l’Afrique, 60 ans de fraternité, de solidarité et de coopération»,c’était  le thème de la conférence de presse animée hier par le SG du FLN,Djamel Ould Abbes au siège du parti, à Alger.

Un évènement qui a constitué une opportunité pour mettre en lumière le parcours exceptionnel et le profil  de diplomate  chevronné du président de la République qui  a su  façonner  dès son jeune âge les relations entre l’Algérie et les Etats africains, des relations caractérisées depuis par l’excellence des rapports de fraternité et de solidarité. «Avec les pays africains, notamment ceux qui nous sont limitrophes,  tout s’est articulé  autour d’un homme  sage,  perspicace, mais aussi de décision qu’est le président de la République M. Abdelaziz Bouteflika » a en effet soutenu l’intervenant. Il rappellera d’entrée qu’à un moment  décisif  de la Révolution algérienne, le moudjahid Bouteflika, alors jeune officier supérieur de  l’Armée de libération nationale (ALN),  âgé tout juste de 23 ans, a été le signataire de l’acte de naissance de ces relations, plus particulièrement celles tissées avec les pays composant aujourd’hui la bande de Sahel.
Il expliquera à cet effet que lorsque le colonisateur français ne faisait plus secret de ses ambitions de diviser le Grand  Sud du reste du territoire algérien eu égard  à ses richesses souterraines, « il fallait ouvrir un nouveau front et le  choix s’est porté sur un jeune de 23 ans à l’époque, officier supérieur et inspecteur général de l’ALN la Révolution ,en l’occurrence, M. Abdelaziz Bouteflika» a expliqué le SG du FLN.  Le jeune officier, poursuit-il, s’est rendu en premier lieu à Gao,  au nord du Mali où il a pu installer le poste de  commandement  de l’ALN-FLN. Sa mission ne s’est pas arrêtée là, appuie encore le conférencier ,rappelant que M Bouteflika a poursuivi son parcours  jusqu’à la ville nigérienne de Niamey,  en passant par Bamako. «Nous étions en pleine guerre de libération et les liens tissés à l’époque par l’équipe Bouteflika, se distinguaient  déjà  par le caractère de fraternité et de solidarité des populations du  Mali et  du Niger, notamment  avec l’Algérie» fera comprendre le responsable du FLN. M. Ould Abbes  dira en outre que « non seulement le jeune officier a préparé les troupes armées qui devaient intervenir en territoire nationale, parcourant en un mois plus de 1000 km sur la frontière entre l’Algérie et le Mali dans le cadre d’une  inspections des troupes de l’ALN. «Voilà comment ont commencé les relations entre l’Algérie et les  pays  africains limitrophes» atteste le SG du FLN. Ces pays ont aidé l’Algérie dans sa  révolution à un moment, dit-il, où les combattants de l’ALN agissant sous les ordres de l’officier Bouteflika «ont déclenché des opérations qui ont ébranlé le colonisateur français lequel a vite abandonné ses visées scissionnistes». 
M Djamel Ould  Abbes cite par la suite l’exploit du  jeune ministre des Affaires étrangères Abdelaziz  Bouteflika qui, en présidant la 29e session  de l’Assemblée générale de l’ONU en 1974, a réussi  à  exclure le régime d’apartheid.  A cette époque, explique-t-il,  les membres permanents du  Conseil de sécurité de l’ONU se sont opposés à l’exclusion de l’Afrique du sud et M. Bouteflika «  a remis  sans  mandat en jeu »  et obtenu la mise au ban par la communauté  internationale du régime sud- africain. Il s’agit  «d’un véritable tour de magie du diplomate Bouteflika » dira le SG  du FLN, rappelant la visite  de  Nelson Mandela  en Algérie. Il citera par ailleurs la position immuable de l’Algérie en faveur  du  soutien de  la cause juste  du peuple  du  Sahara occidental qui, depuis l’invasion  marocaine à  ce jour,« n’a pas dévié d’un seul  iota». Sur  autre volet , le  conférencier  a tenu  à mettre en exergue  le fait que la  première et grande accueillie par  l’Algérie après l’élection  en 1999  de  M. Bouteflika  à la magistrature suprême a été l’organisation  du sommet de l’Organisation de l’Union  africaine (OUA), en présence de  45 chefs  d’Etat africains.
 Il soulignera également  que le président de la République a été «l’initiateur  du programme de développement  Népad qui  a permis «de sauver beaucoup de pays africains». Le SG du  FLN fera savoir   par ailleurs  que les principes de solidarité et d’aide humanitaire de l’Algérie au profit des pays africains ont toujours été  au cœur de la politique des hautes autorités du pays sous la gouvernance du chef de l’Etat.  M, Djamel Ould  Abbes  n’omettra pas de rappeler que le  président  Bouteflika a décidé de l’effacement des dettes contractés  par des pays  africains  auprès de l’Algérie.  Il a clôturé sa conférence en dénonçant  les  campagnes  de dénigrement entretenues par certaines  ONG, accusant  à  tort  l’Algérie de  maltraiter les  migrants  clandestins. Il a  réitère à  ce propos le refus de l’Algérie  quant  à la création  de camps de rétention des migrants.
  Karim  Aoudia
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions