samedi 22 septembre 2018 09:12:45

Sahel : L’insécurité aggrave la crise alimentaire

L’insécurité aggrave la situation alimentaire et nutritionnelle dans le Sahel, notamment dans plusieurs pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA)

PUBLIE LE : 11-07-2018 | 0:00
D.R

L’insécurité aggrave la situation alimentaire et nutritionnelle dans le Sahel, notamment dans plusieurs pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), ont alerté, lundi à Niamey, les ministres de l’Agriculture de cet espace de 112 millions d’habitants. Les ministres «sont préoccupés par la situation alimentaire et nutritionnelle (...) aggravée par l’insécurité civile persistante dans le bassin du lac Tchad, le Liptako Gourma (région à cheval sur le Niger, le Burkina Faso et le Mali) et dans le centre du Mali», ont-il indiqué dans un communiqué, à l’issue d’une réunion à Niamey. Ils se sont surtout alarmés de la situation «d’environ 3,5 millions de personnes» vivant «en insécurité alimentaire» au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Sénégal, «qui ont besoin d’une assistance alimentaire inconditionnelle immédiate» entre «juin et août», période de «soudure». La «soudure» est la période entre la fin de la consommation de la récolte de l’année précédente et l’arrivée de la prochaine récolte, pendant laquelle les greniers sont vides. Le Burkina Faso, le Mali et le Niger sont confrontés à des attaques terroristes très meurtrières qui provoquent des déplacements massifs de population. Selon les ministres, les huit pays de l’UEMOA ont engrangé en 2017 plus de 27,3 millions de tonnes de céréales et 24,5 millions de tonnes de tubercules. Mais ces quantités sont insuffisantes pour nourrir toute leur population, d’après les experts. L’UEMOA regroupe le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. En juin, le bureau de l’ONU à Niamey avait déjà prévenu des effets des «attaques répétées des groupes armés non étatiques» entre le Mali et le Niger, ainsi que d’«une intensification depuis avril 2018» des «conflits intercommunautaires». Cette «situation» risque de «s’aggraver (...) alors que des membres des différentes communautés, en particulier les jeunes, risquent d’être recrutés par les groupes armés non étatiques», s’est inquiétée l’ONU.
 
L’UE mobilise une aide humanitaire  de plus de 191 millions d’euros

 La Commission européenne a annoncé hier une aide humanitaire d’un montant de 191,3 millions d’euros, pour répondre aux besoins urgents des populations les plus vulnérables dans la région du Sahel, qui connaît sa pire crise alimentaire et nutritionnelle depuis cinq ans. Cette aide sera destinée à huit pays de la région : le Burkina Faso (11,1 millions d’euros), le Tchad (40,2 millions d’euros), le Cameroun (13,9 millions d’euros), le Mali (35,3 millions d’euros), la Mauritanie (11,4 millions d’euros), le Niger (32,2 millions d’euros), le Nigeria (35,3 millions d’euros) et le Sénégal (1 million d’euros). En outre, des fonds régionaux d’un montant de 10,8 millions d’euros seront alloués par l’UE pour apporter de l’aide aux populations les plus vulnérables. Le financement de l’UE soutiendra également les initiatives de réduction des risques de catastrophe qui visent à aider les populations à mieux se préparer aux aléas naturels. Pour le Commissaire européen chargé de l’aide humanitaire et de la gestion des crises, Christos Stylianides, ce nouveau soutien de l’UE à la région du Sahel vise à atteindre plus de 1,1 million de personnes ayant besoin d’une aide alimentaire d’urgence et à assurer le traitement médical de plus de 650.000 enfants sévèrement malnutris. L’UE est l’un des principaux contributeurs de l’aide humanitaire au Sahel, selon la Commission européenne, avec un total de 8 milliards d’euros sur la période 2014-2020. En 2017, l’UE a alloué 240,8 millions d’euros d’aide humanitaire aux populations de la région, visant à répondre à leurs besoins urgents en matière d’aide alimentaire essentielle, de traitement médical des enfants sévèrement malnutris, de soins sanitaires, d’eau d’assainissement, ainsi que de logement et de protection.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions