lundi 18 mars 2019 21:36:37

Coopération algéro-américaine : Une qualité satisfaisante

L’audience s’est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel.

PUBLIE LE : 30-06-2018 | 0:00
D.R

l M. Ouyahia reçoit M. John Joseph Sullivan, secrétaire d’État adjoint.  
l M. Messahel : Des relations « exceptionnelles » unissent les deux pays

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a reçu jeudi le Secrétaire d’État adjoint américain, John Joseph Sullivan, qui effectue une visite de travail à Alger, dans le cadre de la tenue de la 5e session des consultations bilatérales sur les questions sécuritaires et de lutte contre le terrorisme, indique un communiqué des services du Premier ministère. L’audience s’est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel.

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel s'est félicité, jeudi à Alger, de la qualité des relations «exceptionnelles» qui lient l'Algérie aux Etats-Unis d'Amérique, dont le dialogue sur les questions sécuritaires et la lutte antiterroriste est une «illustration». «Je tiens tout d'abord à me féliciter de la qualité des relations exceptionnelles qui unissent nos deux pays, dont ce dialogue est une illustration en ce qu'il nous permet de développer et d'approfondir la concertation et la coopération sur une liste de thèmes en constante progression», a déclaré M. Messahel lors la 5e session de ce dialogue qu'il a coprésidée avec le Secrétaire d'Etat américain adjoint, John Sullivan. Il a, à cette occasion, réitéré toute l'importance qu'attache l'Algérie à la «poursuite et au renforcement» de ce dialogue qui a «permis de mieux apprécier nos préoccupations respectives sur les questions d'intérêt commun abordées dans ce cadre et de générer des dynamiques de coopération mutuellement bénéfiques entre certaines de nos institutions». «Autre maillon important de notre coopération, le dialogue militaire dont la 8e session s'est tenue à Alger au mois de février dernier, et qui a permis aux responsables de ce secteur de mesurer les progrès enregistrés dans la voie de la coopération bilatérale et de tracer les perspectives pour leur renforcement», a noté M. Messahel, relevant que «cette évolution positive des échanges dans des domaines aussi importants est rendue possible par la qualité satisfaisante des relations bilatérales que nos deux pays tiennent à entretenir». Le chef de la diplomatie algérienne a, à cet égard, réaffirmé la volonté de l'Algérie «de développer ces relations et de les élargir à de nouveaux domaines d'intérêt commun dans un esprit de partenariat, de respect mutuel et d'amitié», citant en particulier, le secteur économique.
Dans ce contexte, M. Messahel a fait observer que l'Algérie «poursuit ses efforts en vue de créer des conditions plus propices aux investissements offrant ainsi aux entreprises américaines de nouvelles opportunités d'investissements productifs, aussi bien dans le domaine des hydrocarbures que dans d'autres secteurs», appelant ces entreprises à saisir ces opportunités. Revenant sur cette nouvelle session du dialogue sécuritaire entre les deux pays, le ministre a relevé qu'elle «se tient dans un contexte régional marqué par d'importants défis porteurs de menace pour la paix et la sécurité régionale  et internationale et sur lesquels nous aurons à partager nos vues et nos analyses».
Parmi ces défis, M. Messahel a cité les phénomènes de radicalisation et d'extrémisme violents ainsi que la menace terroriste «qui s'étendent en dépit de la mobilisation internationale pour les combattre et les contenir», notant que le terrorisme «continue de causer des pertes de vies dans de nombreux pays, notamment dans la bande sahélo-saharienne, mais également dans d'autres régions épargnées jusque-là».
«Le retour des combattants terroristes étrangers représente aussi une grave menace pour les pays d'origine mais aussi pour beaucoup d'autres pays, en particulier ceux souffrant de la faiblesse et de la rareté des moyens pour les combattre», a-t-il dit, précisant que la densification de la relation entre les groupes terroristes et le crime organisé transnational «met à la disposition des uns et des autres des moyens financiers considérables». Evoquant la migration illégale, le ministre a indiqué qu'elle «s'impose de plus en plus comme une menace sérieuse dans de nombreuses régions du monde», ajoutant que «c'est une menace qui préoccupe fortement l'Algérie, devenue un pays d'accueil recevant «régulièrement d'importants flux de migrants acheminés par des groupes criminels» vers les frontières sud du pays.
M. Messahel a affirmé que cette nouvelle session du dialogue algéro-américain sera l'occasion de passer en revue «l'évolution récente» des situations conflictuelles notamment en Libye, au Mali, au Sahel et dans la région, avec l'objectif de conjuguer les efforts de l'Algérie et des Etats-Unis «en faveur de la promotion de solutions pacifiques conformes au droit international et dans le respect de la souveraineté, de l'indépendance, de l'intégrité territoriale et de l'unité de ces pays en insistant sur la non-ingérence dans leurs affaires intérieures». Abordant la lutte contre le financement du terrorisme, le ministre a noté qu'il s'agit d'une autre question «urgente» qui interpelle l'ensemble de la communauté internationale, rappelant la tenue, à Alger en avril dernier, d'une conférence africaine sur la lutte contre le financement de ce fléau.
Par ailleurs, M. Messahel a indiqué que l'Algérie, «qui a mené une politique réussie de réconciliation nationale et de déradicalisation croit fermement aux valeurs du vivre-ensemble en paix au sein des sociétés et entre les nations», ajoutant que cette politique a été initiée, conduite et menée par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. «À l'initiative de l'Algérie et entérinée par l'Assemblée générale des Nations- unies, le monde a célébré le 16 mai dernier, et pour la première fois, la Journée mondiale du Vivre-ensemble en paix», a-t-il rappelé.

M. Messahel reçoit le Secrétaire d’État adjoint  
 
Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a reçu jeudi à Alger, le Secrétaire d’Etat adjoint des Etats-Unis d’Amérique, John Sullivan. L'audience, qui s'est déroulée au siège du ministère des Affaires étrangères en présence des membres des deux délégations, a été une occasion pour les deux parties de passer en revue l’état de la coopération bilatérale et les questions politiques régionales et internationales d’intérêt commun.  Les deux responsables ont présidé par la suite l'ouverture officielle des travaux de la 5e session du dialogue bilatéral algéro-américain sur la lutte antiterroriste qui porteront sur «un échange de vues et d’analyses sur la situation politique et sécuritaire au Maghreb et au Sahel ainsi que sur la coopération en matière de lutte contre le terrorisme, y compris les menaces que font peser l’extrémisme violent, le retour des combattants terroristes étrangers et le crime organisé transnational». Les deux pays entretiennent ce dialogue depuis de nombreuses années.


 

John P. Desrocher, ambassadeur US à Alger :
« La relation entre les USA et l’Algérie est plus forte que jamais »

«Grâce aux efforts de tous, la relation entre les États-Unis et l'Algérie est plus forte que jamais(…)», a déclaré mercredi soir l’ambassadeur John P. Desrocher  à l’occasion de la célébration du 242e anniversaire de la signature de la Déclaration d'indépendance des États-Unis. Devant un parterre d’invités algériens et étrangers, l’ambassadeur John P. Desrocher, qui estime que cette «relation rend nos deux pays plus forts, plus sûrs et plus prospères» a fait part de son optimisme de la voir (la relation) se renforcer et prendre à l’avenir une nouvelle dimension grâce aux efforts que déploiera chacune des deux parties.
Ainsi, même si de son avis «beaucoup de choses» ont été accomplies «ensemble», il n’en reste pas moins qu’il affirmera sa «hâte» de voir ce que Algériens et Américains réaliseront «au cours des prochaines années pour propulser cette relation bilatérale de plus en plus importante vers de nouveaux sommets». Et dans cette optique, John P. Desrocher ne cachera pas son optimisme car selon lui ce qui a été accompli à ce jour «n’est que le début». Le concernant, il dira : «En tant qu'ambassadeur des États-Unis, je ferai tout mon possible pour faire connaître vos initiatives et mettre en œuvre vos idées pour rendre cette amitié encore plus bénéfique pour nos deux pays.» Et ce même si, selon lui, il ne peut qu’être «fier du partenariat (…) construit avec l'Algérie, un partenariat basé sur vos visions et vos idées», dira-il à l’attention de ses invités nationaux. Il rappellera ainsi que «les États-Unis investissent dans l'économie algérienne et ont connu un succès commun». Il citera, à titre d’exemple, l’enseigne Pizza Hut qui a ouvert ses portes à Dely Ibrahim (d’autres pizzerias de la chaîne ouvriront leurs portes bientôt), et GE et Sonelgaz ont signé l'an dernier un contrat de 3 milliards de dollars et Sonatrach qui a choisi Honeywell pour fournir des services d'ingénierie et de démarrage à la raffinerie de Skikda, un projet de 90 millions de dollars. Il annoncera aussi que la Chambre de commerce américano-algérienne a récemment reçu le très attendu renouvellement de licence et, pour la première fois, une délégation de la Chambre de commerce des États-Unis s’est rendue en Algérie pour explorer les voies et moyens de travailler ensemble pour augmenter les investissements américains. Grace au renforcement des liens entre les deux peuples à travers les centres culturels à Oran, Ouargla, Constantine et, ici, à l'ambassade à Alger, les Américains et les Algériens peuvent faire connaissance, se rencontrer et former des partenariats qui soutiennent nos relations bilatérales, a été par ailleurs souligné. «Nos programmes d'échanges professionnels et éducatifs ont créé un groupe solide d'anciens étudiants qui dirigent leurs communautés à travers l'Algérie» a ainsi déclaré l’ambassadeur Desrocher. Le lendemain, jeudi, à 'ouverture des travaux de la 5e session du dialogue bilatéral algéro-américain sur la lutte antiterroriste tenue à Alger, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, s’est félicité de la «qualité des relations exceptionnelles qui lient l’Algérie aux USA. le chef de la diplomatie algérienne réaffirmera à cette occasion la volonté de l’Algérie de «développer ces relations et de les élargir à de nouveaux domaines d’intérêt commun dans un esprit de partenariat, de respect mutuel et d’amitié».
N. Kerraz

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions