dimanche 23 septembre 2018 20:04:52

Grand angle : à l’épreuve du terrain

Quoi qu’il advienne maintenant, Singapour restera, dans les annales de la diplomatie internationale, la capitale qui aura réuni en ce 12 juin 2018, deux dirigeants

PUBLIE LE : 14-06-2018 | 0:00
D.R

Quoi qu’il advienne maintenant, Singapour restera, dans les annales de la diplomatie internationale, la capitale qui aura réuni en ce 12 juin 2018, deux dirigeants
«ennemis» que rien ne prédisposait à se rencontrer. Les doutes émis jusqu’à la dernière minute, quant à leur réelle volonté d’engager des discussions sur le sensible dossier du nucléaire nord coréen en témoignent. Mais l’histoire retiendra, pour le moins, qu’ils ont réussi à dépasser leur
«hostilité» et à échanger une poignée de main lors d’un sommet qualifié d’«historique». «Le monde a fait un grand pas en arrière devant une potentielle catastrophe nucléaire !», a écrit Donald Trump dans un tweet. Car pour mieux évaluer l’importance de ce sommet, il suffit juste de rappeler que l’été dernier, le président américain promettait à Kim Jong-un «le feu et la colère» face à l'accélération des programmes balistique et nucléaire de la Corée du Nord. L’escalade verbale entre les deux dirigeants, qui avait suscité de vives inquiétudes, semble aujourd’hui oubliée. Autre signe de ce rapprochement, le nord-coréen a même invité Donald Trump à effectuer une visite à Pyongyang et le président américain a invité Kim Jong-un à se rendre aux Etats-Unis. Mais la tenue de ce sommet et les annonces qui l’ont couronnées, n’ont pas pour autant écarter toutes les craintes. Pour preuve, la prudence reste de mise. «J'ai peut-être tort. Je veux dire que je pourrais me tenir devant vous dans six mois et vous dire : ‘Eh, j'avais tort’», a ainsi reconnu le Président américain. En fait la nouvelle ère dans les relations entre les deux pays que laisse augurer la rencontre du siècle demeure tributaire de la mise en œuvre des engagements pris lors de ce sommet. «Il y a déjà eu dans le passé des actes qui ont été posés de dénucléarisation par le père de Kim Jong-un, et ça n'a pas abouti», a rappelé le chef de la diplomatie française. Lui comme nombre d’observateurs laissent entendre qu’au final la réussite de ce sommet sera jugée à l’aune de la mise en œuvre du principe de dénucléarisation affiché. Et pour eux il faut qu’il soit réellement
«irréversible et vérifiable». Or nombreux sont ceux qui pensent qu’«il y a encore beaucoup de conditions et d'obstacles au processus qui a été enclenché.» Autant dire que le plus dur reste à faire…
Nadia K.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions