mardi 16 octobre 2018 18:30:01

Stratégie SH 2030 : placer Sonatrach dans le TOP 5 est réalisable

Des négociations en cours pour des investissements dans la pétrochimie.

PUBLIE LE : 14-06-2018 | 0:00
D.R

Le président-directeur général de Sonatrach, Abdelmoumène Ould-Kaddour, a estimé, hier à Oran, que la perspective de placer le groupe pétrolier national parmi les cinq meilleures compagnies pétrolières au monde (TOP 5) était réalisable. 

S’exprimant lors de la présentation de la stratégie de la Sonatrach à l’horizon 2030 (SH 2030), au siège de l’activité Aval à Oran, M. Ould Kaddour a indiqué que "Sonatrach s’est fixée l’objectif de figurer à l’avenir et à travers sa stratégie, parmi les cinq meilleures entreprises pétrolières au monde", soutenant que cela "n’est pas une chose impossible et c’est certainement réalisable". Le responsable du groupe qui s’est étalé sur les points focaux de la nouvelle stratégie de Sonatrach, n’a pas manqué de souligner l’adhésion de tout le personnel de la compagnie, qualifié, "motivé et engagé" à ce projet "SH 2030", relevant, à ce titre, l’importance d’aller vers les régions pour expliquer les objectifs de la stratégie à court, à moyen et à long termes.  A Oran, la présentation de la stratégie s’est focalisée sur les aspects de développement en relation avec l’activité Aval, tandis que les présentations précédentes ont porté sur la vocation et la spécificité de chaque région, comme Hassi Messaoud, Skikda et Hassi R’mel. "Nous tablons sur l’excellence. Nous estimons que cette perspective est faisable et jouable, car nous avons bien étudié tous les critères qu’il faut et quels sont les points à développer", a-t-il argumenté. "Nous comptons aussi sur la capitalisation de toutes nos potentialités,   humaines, notamment à travers le travail en commun et sur le capital expérience de Sonatrach", a soutenu M. Ould Kaddour, précisant que la stratégie est nationale et internationale à la fois. "Nous sommes en train d’expliquer cette stratégie à l’internationale et de discuter avec nos partenaires, avec qui nous voulons travailler davantage et créer de nouvelles opportunités de business et de la valeur ajoutée pour notre pays", a-t-il ajouté, tout en promettant de présenter les aspects financiers de la "SH 2030", lors d’une prochaine rencontre.  Sonatrach compte investir dans le domaine de la pétrochimie et des négociations sont en cours avec des partenaires étrangers, a annoncé M. Ould Kaddour.  «Nous avons signé un contrat avec Total. Nous sommes en négociations pour un second contrat avec un partenaire turc et un troisième avec le groupe italien Eni», a rappelé Ould Kaddour, dans ce contexte.  Le Pdg de Sonatrach a estimé, dans ce cadre, que «si on arrivait à mettre deux de ces contrats en œuvre, dans les deux prochaines années on sera sur la bonne voie de développement et de création d’emplois». «Nous avons également des propositions très concrètes de la part des Boliviens et des Irakiens. Ces derniers nous ont proposé un champ à développer», a ajouté le même responsable. Par ailleurs, Abdelmoumène Ould Kaddour a relevé que le contrat de l’achat, par Sonatrach, d’une raffinerie en Italie et celui de la réalisation d’une raffinerie à Hassi Messaoud, sont en voie de finalisation. «Ceci nous confortera dans notre démarche visant à augmenter nos capacités de production, nos ventes et nous affirmer à l’étranger», a-t-il ajouté.

Gaz de schiste : une exploitation  de manière professionnelle

M. Ould Kaddour, a souligné la nécessité de prendre le temps qu’il faut afin que l’exploitation du gaz de schiste «se fasse de manière professionnelle et sage.» Interrogé lors d’un point de presse, M. Ould Kaddour a considéré qu’il fallait parler de qualité et non d’échéances et de facteur temps en ce qui concerne l’exploitation du gaz de schiste. «Nous devons prendre le temps qu’il faut pour faire les choses de façon professionnelle et sage», a-t-il estimé.
Le PDG du groupe Sonatrach a expliqué que sa visite de quelques champs de production du gaz de schiste aux Etats-Unis lui a permis de confirmer que «cette industrie pétrolière est une industrie propre», estimant «qu’il est impératif, pour nous, d’expliquer cela au citoyen algérien». «Lors de ma dernière visite à In Salah, j’ai demandé aux citoyens de la région de désigner des représentants afin qu’ils puissent visiter des sites et des installations de production de gaz de schiste à l’étranger.
 Ils pourront constater de visu ce qui se fait dans ces pays et à leur retour, en rendre compte ensuite à leurs concitoyens», a souligné le même responsable.  «Pour l’exploitation du gaz de schiste, on va y aller», a-t-il affirmé, tout en rassurant que «cela se fera de façon propre, sûre et dans le souci de tout préserver».

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions