mardi 16 octobre 2018 18:36:42

Mme Benhabylès, présidente du CRA : « l’action humanitaire, instrumentalisée »

La présidente du Croissant-rouge algérien (CRA) est revenue lundi dernier, sur plusieurs questions d’actualité impliquant son domaine d’activité.

PUBLIE LE : 13-06-2018 | 0:00
D.R

La présidente du Croissant-rouge algérien (CRA) est revenue lundi dernier, sur plusieurs questions d’actualité impliquant son domaine d’activité.
Saïda Benhabylès a, en effet, évoqué la problématique liée à ce qu’elle estime être «une campagne de dénigrement qui vise à faire payer à l’Algérie le prix de ses positions inaliénables».
Pour Mme Benhabylès, il s’agit en tout et pour tout «d’une instrumentalisation de l’action humanitaire qui illustre la mauvaise foi des ONG liées aux puissances étrangères» qui, poursuit-elle «exploitent les drames humanitaires des populations, pour réaliser des objectifs politiciens», c’est pourquoi «les critiques, qui visent l’Algérie, manquent de crédibilité et sont basées sur des préjugés», estime-t-elle.
La présidente du Croissant-rouge algérien (CRA) estime qu’il est impératif d’éclairer l’opinion publique algérienne sur le manque de sincérité de certains acteurs du champ humanitaire, «afin de ne pas laisser les Algériens se faire berner par les slogans trompeurs de ces ONG liées aux puissances étrangères».
Mme Benhabylès s’est, dans cette optique, indignée du renversement de situations, «la logique des choses est qu’il était d’abord intéressant d’aller examiner les causes et pointer du doigt ces guerriers qui ont produit tous ces drames humanitaires dans la région, comme l’intervention de l’OTAN en Libye, au lieu de viser l’Algérie qui a toujours accueilli les immigrés et réfugiés sur sa terre». La présidente du Croissant-rouge algérien (CRA) a rappelé que ces attaques ne datent pas d’aujourd’hui, et que l’Algérie à vu jaillir, par le passé, plusieurs attaques véhémentes lorsque le pays a eu à traverser douloureusement les années de la décennie noire.
«La problématique de la présence des immigrés illégaux en Algérie pose des problèmes sécuritaires que l’Etat essaye de régler dans le respect des normes réglementaires et de différentes chartes de l’action humanitaire», a-t-elle tenu à spécifier.
Selon la présidente du Croissant-rouge algérien «les pouvoirs publics essaient de concilier entre le devoir humanitaire et les exigences sécuritaires que pose la présence et le passage des immigrés en Algérie».
«Les constantes qui définissent les positions de l’Algérie vis-à-vis des autres pays sont claires et ne nécessitent pas d’être expliquées». De même, a déclaré Mme Benhabylès «l’Algérie n’a de leçon à recevoir de personne». Dans ce sillage, la présidente du CRA a rappelé que le Président de la République a été consacré pour la première fois comme «Chevalier de l’humanitaire» par les principales organisations humanitaires du Croissant et de la Croix-rouges réunis en 2016.
Mme Benhabylès a salué, par ailleurs, la décision prise par le président, M. Abdelaziz Bouteflika, de remplacer le couffin du ramadan par une somme d’argent offerte aux nécessiteux. Exprimant sa «considération» et sa «reconnaissance» au Président de la République, pour «ses sages décisions, qui ont toujours été un soutien et une consolidation des valeurs humaines de l’Algérie», la présidente du CRA a estimé que ces décisions «viennent concrétiser le principe de solidarité et d’entraide en assistance aux nécessiteux et aux pauvres et préserver leur dignité»                
Tahar Kaidi
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions