mardi 11 dcembre 2018 13:13:33

M. Rachid Larras, président de la fédération Algérienne de Judo : « Il y aura des podiumS au JM »

"Il faut avoir les moyens de gérer et d'entretenir infrastructure "

PUBLIE LE : 13-06-2018 | 0:00
D.R

Combien d'Athlètes prendront part au Jeux méditerranéens prévus à Tarragone,  du 22 juin au 02 juillet ?
La liste définitive sera arrêtée au dernier moment. Nous n'avons pas encore fait de choix pour les différentes catégories de poids. Nous souhaitons prendre part au Jeux méditerranéens avec nos champions d'Afrique et vice-champions d'Afrique. D'un autre coté, nous voulons aussi donner la chance à de jeunes athlètes qui arrivent et qui ont du talent.

Comment s'est effectuée la préparation en prévision de ces joutes de grande envergure ?
Pour ne rien vous cacher, nous n'avons pas fait de préparation comme il se doit.La fédération ne dispose pas de moyens pour pouvoir réaliser une préparation digne de ce nom. Cela dit, nous avons invité la sélection tunisienne pour effectuer une préparation commune en prévision de cet événement. Les athlètes sont actuellement au centre de préparation militaire de Ben-Aknoun. Nous avons une sélection élargie d'une quarantaine de judokas, qui se prépare jusqu'au jour du départ pour Tarragone.  
 
Quelles seront vos objectifs  pour ces Jeux ?
Je ne peux pas trop m'avancer sur les pronostics. Malheureusement, ce n'est pas une science exacte et les athlètes ne sont pas à l'abri d'une erreur. Cependant, je peux vous assurer que malgré le manque de moyens, il y aura des podiums comme cela à toujours été le cas dans notre discipline à l'occasion des compétitions internationales.

Cette compétition n'est visiblement pas un objectif principale pour la FAJ ?
Non, nous n'allons pas faire de la figuration en Espagne. Les athlètes vont faire de leur mieux pour réaliser des bons résultats. Cependant, il vrai que les Jeux de Tarragone sont pour nous une compétition intermédiaire qui va nous servir de préparation pour les Championnats du monde, prévus au mois d'août prochain à Baku (Azerbaïdjan). En Espagne, notre staff technique va pouvoir évaluer nos athlètes. Les JM sont d'un très bon niveau, notamment lorsqu'on connait la valeur des sélections participantes à l'image de la France, la Grèce ou encore l'Italie.

L'Algérie compte briller alors au championnat du monde ?
Nous irons à Baku pour tenter de faire un bon résultat, bien évidement. Cela dit, on doit reconnaitre que le judo algérien à considérablement régresser. Nous sommes en phase de perdre notre position de leader dans le continent Africain, pratiquement. Au niveau des clubs, le travail ne se fait pas comme il se doit. Au niveau de la fédération, des ligues et des clubs, nous manquons vraiment de moyens pour pouvoir faire un bon travail.

À l'occasion de la rencontre MJS - Fédérations sportives, le 06 juin dernier, certains présidents ont interpellé  M. Mohamed Hattab pour lui demander de mettre à la disposition de chaque fédérations une infrastructure qui leur servira de centre de préparation. La FAJ disposait justement d'un Dojo à Bouzareah (Alger) pour ses différentes équipes nationales. Pourquoi la fédération a-t-elle lâché cette infrastructure ?
Nous n'avons pas lâcher cette installation. Elle a tout simplement été récupérée par la DJS d'Alger. Cela est arrivée en 2015, avant notre arrivée à la tête de la fédération. Vous savez, il ne suffit pas disposer d'une infrastructure seulement. Il faut aussi avoir les moyens de la gérer et de l'entretenir.   
Entretien réalisé par  
Rédha Maouche

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions