dimanche 19 aot 2018 16:13:38

11e édition des « Rencontres Algérie » : Une centaine de chefs d’entreprise à Paris

Placée sous le signe des partenariats productifs entre entreprises françaises et algériennes, la 11e édition des «Rencontres Algérie» se tiendra, le 21 juin à Paris (France), au siège de Business France plus précisément, a indiqué un communiqué de l’ambassade de France à Alger.

PUBLIE LE : 11-06-2018 | 0:00
D.R

Placée sous le signe des partenariats productifs entre entreprises françaises et algériennes, la 11e édition des «Rencontres Algérie» se tiendra, le 21 juin à Paris (France), au siège de Business France plus précisément, a indiqué un communiqué de l’ambassade de France à Alger.   

Outre la volonté des autorités algériennes de « soutenir » les projets d’implantation et de production locale dans tous les secteurs de l’économie, cette manifestation se situe également dans la «continuité» du dernier Comité Intergouvernemental de Haut-Niveau (CIHN) qui s’est tenu dans la capitale française, en décembre 2017, et à l’occasion duquel les autorités algériennes et françaises ont souhaité « multiplier » les opportunités de rencontres et de partenariat entre les entreprises des deux pays, a ajouté la même source. «Les Rencontres Algérie 2018 bénéficient de l’appui actif des autorités algériennes, en particulier du ministère de l’Industrie, et se réaliseront en étroit partenariat avec les principales organisations économiques algériennes tels le Forum des chefs d’entreprises, la Chambre algérienne de commerce et d’industrie, le Club des entrepreneurs et industriels de la Mitidja ainsi qu’en coopération avec la Chambre algéro-française de commerce et d’industrie», précise le communiqué qui soulignera à ce propos que ces organisations ont sélectionné et accompagneront une « importante » délégation composée de plus d’une centaine de chefs d’entreprises et de représentants des secteurs publics et privés algériens «soucieux» de nouer des contacts avec des entreprises françaises, partenaires potentiels dans le cadre de leurs projets d’investissements et de diversification. Cette édition de 2018 intervient par ailleurs à un moment où l’Algérie se trouve dans une phase de transition vers un modèle «privilégiant» la production locale et la «diversification» de son économie. Dans ce contexte, les entreprises françaises et algériennes, note l’ambassade de France, sont «soucieuses» de travailler «ensemble» pour trouver des voies de coopération industrielles et productives afin de «répondre» aux besoins du marché algérien, au bénéfice de l’économie et de l’emploi en Algérie. Les «Rencontres Algérie 2018» seront l’occasion d’évoquer, lors des tables rondes, les «principaux atouts» dont dispose l’Algérie en terme de partenariats productifs. Elles permettront également de passer en revue les «dernières» évolutions de l’environnement des affaires et de la réglementation. Aussi, quatre ateliers sectoriels aborderont précisément et concrètement les «opportunités» de partenariat dans les secteurs de l’industrie et de la sous-traitance, de l’agriculture et de l’industrie agroalimentaire, de la santé et des biens de consommation, et enfin les formes de distribution modernes. Toutes les entreprises présentes pourront «échanger» et
«nouer» des contacts utiles de manière conviviale, notamment à travers des entretiens B2B organisés pour les entreprises porteuses de projets précis. « L’Algérie est pour la France un partenaire économique majeur. La France reste le premier investisseur étranger en Algérie hors hydrocarbures, avec un stock d’investissements directs de 2,5 milliards d’euros dans des secteurs diversifiés tels que les industries automobile, agro-alimentaire, chimique et le secteur bancaire. Cela représente près de 500 entreprises, engagées dans de nombreux partenariats industriels emblématiques, comme Renault, Alstom, Sanofi ou Schneider Electric, mais aussi bien d’autres qui associent de nombreux opérateurs français et algériens», tient à rappeler l’Ambassade de France à Alger». Au total, ces implantations génèrent environ 40.000 emplois directs en Algérie et plus de 100.000 emplois indirects.
Ces entreprises françaises investissent également dans le capital humain par le biais de centres de formation qu’elles ont mis en place en Algérie.
S. A. M.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions