dimanche 18 novembre 2018 07:55:26

SNTF : 60 millions de voyageurs/an d’ici à 2021

M. Zaâlane : « Le bien-être des citoyens est au cœur de nos stratégies. »

PUBLIE LE : 05-06-2018 | 0:00
D.R

La Société nationale des transports ferroviaires préconise un nouveau plan de modernisation qui a pour objectif d’atteindre le seuil des 60 millions de voyageurs transportés et 17 millions de tonnes de fret par an, et ce, à partir de 2020. L’annonce a été faite par le ministre des Travaux publics et des Transports, M. Abdelghani Zaâlane, qui a affirmé la mobilisation de tous les moyens matériels et humains pour la consécration de cet objectif, et ce, par l’acquisition de nouveaux trains, la pièce de rechange et la réalisation de différentes infrastructures d’accompagnement des nouvelles lignes de train réceptionnées à ce jour.

M. Zaâlane fera savoir aussi que la SNTF compte renforcer les grandes lignes par ses anciens trains réhabilités, et ce, à raison d’un train réhabilité mensuellement «  la première phase du programme actuel de développement de la SNTF, entamé en 2011, prévoit la modernisation et la réhabilitation de 202 trains avec de la main-d’œuvre algérienne, ce qui permettra d’économiser près de 30% par rapport au coût d’achat », a-t-il expliqué.
Il mettra en relief, aussi, l’acquisition et la mise en service de 22 trains nouvelle génération de type Coradia, en vue de rénover et d’étendre son réseau. Ces derniers relieront, entre autres, Alger aux villes de Constantine, Oran, Annaba, ainsi que Béchar. Le ministre fait part, dans la même perspective, de la programmation d’une extension du réseau ferroviaire national grâce à la réalisation, en cours, de 2.300 km de lignes à l’échelle nationale, lesquelles s’ajouteront aux 4.200 km déjà opérationnelles.
«  La réalisation de cette extension portera la longueur du réseau ferroviaire national à 6.300 km à l’horizon 2030 »a-t-il dit. M. Zaâlane a insisté sur l’impératif d’améliorer les prestations offertes aux voyageurs au niveau des gares ferroviaires. Pointant du doigt le manque flagrant d’hygiène, il a, dans ce sens, recommandé l’entretien quotidien des équipements et des commodités en leur sein, rappelant que le bien-être des citoyens est au cœur des stratégies actuellement en cours sur le terrain.

Maintenance  de 3.000 km de routes  sur le territoire national

Le premier responsable du secteur a réitéré l’impératif d’assurer diverses prestations et offrir des commodités aux voyageurs, dont notamment l’ouverture d’agences bancaires et d’assurances et de locaux commerciaux. Très soucieux sur la question de l’hygiène, il a appelé les opérateurs privés à investir dans ce créneau : « J’encourage les opérateurs privés à investir dans les domaines du transport public, de l’entretien et de la réalisation de gares de transport », a-t-il indiqué. Le ministre a souligné, à cet effet, l’existence, à travers le pays, de modèles réussis d’investisseurs privés dans ce domaine, et qui plus est respectent le cahier des charges et les maquettes élaborés par le secteur. Evoquant le volet d’entretien du réseau routier, M. Zaâlane a insisté sur l’urgence à intervenir sur le terrain, pour éviter de se trouver avec un coût de maintenance plus élevé que le coût de réalisation. Il a, d’ailleurs, fait savoir que son département procédait annuellement à l’entretien et à la maintenance de près de 3.000 km de routes à travers le territoire national dont le réseau s’étend sur 30.000 km. « Les opérations d’entretien doivent bénéficier du même intérêt que les réalisations concrétisées au cours des dernières années», a-t-il noté. Les tarifs de péage n’ont pas encore été fixés. Par ailleurs, le ministre a révélé que 500 à 600 mises en demeure ont été adressées aux entreprises qui ont accusé des retards dans la réalisation de projets publics ainsi que différentes opérations de développement à travers le territoire national. « Les mises en demeure adressées concernaient un nombre important de projets à travers des communes, daïras et wilayas du pays, en sus de projets de développement public centralisé », a-t-il expliqué. Selon M. Zaâlane, les mises en demeure adressées aux entreprises défaillantes et leur sanction sont prévues dans les dispositions du code des marchés publics et le décret présidentiel relatif à l’organisation des marchés publics, le ministre a estimé que le contenu de ces marchés doit être scrupuleusement appliqué. « Ces retards ont causé un grand préjudice à l’Etat sur plusieurs aspects, notamment le retardement de l’entrée en exploitation des investissements en question, les pertes supportées par le Trésor en raison de la réévaluation des projets, le gel des fonds débloqués pour le financement » a-t-il dit. Pour ce qui est des points de péage au niveau de l’autoroute Est-Ouest, M. Zaâlane a indiqué que leur entrée en exploitation se fera dès l’achèvement de l’opération de réalisation qui a atteint actuellement près de 71%, relevant que l’inauguration de ces points se fera en 2019 et que « les tarifs n’ont pas encore été fixés ».
Sarah A. Benali Cherif

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions