mardi 18 septembre 2018 17:35:20

La femme dans le coran : Versets sublimes et phonétique de la langue

Ce qui a été écrit par Abi Tayeb, ce linguiste qui exploita intelligemment dans tout ce qui est antonymie par le binarisme des mots qui sera d’ailleurs repris par Jolles dans sa théorie moderne «L’opposition sémantique dans la langue» réconfortée par ce qui convient d’appeler «l’antonymie absolue», «l’antonymie graduable», «l’antonymie partielle» et «l’antonymie réciproque» et «l’antonymie de position directionnelle».

PUBLIE LE : 26-05-2018 | 0:00
D.R

Par : Fatima OULD HOCINE
 

Ce qui a été écrit par Abi Tayeb, ce linguiste qui exploita intelligemment dans tout ce qui est antonymie par le binarisme des mots qui sera d’ailleurs repris par Jolles dans sa théorie moderne «L’opposition sémantique dans la langue» réconfortée par ce qui convient d’appeler «l’antonymie absolue», «l’antonymie graduable», «l’antonymie partielle» et «l’antonymie réciproque» et «l’antonymie de position directionnelle».

Le contexte linguistique et extra linguistique, l’étude phonométrique et l’analyse acoustique pour connaître les phonèmes contenus dans le corpus du Coran révèlent la formation phonétique de la langue, chaque fois qu’il y a changement de phonème, automatiquement le sens du mot change.
Il y a par rapport aux versets sublimes du Coran à travers les traits prosodiques que connaissent les langues notamment l’étude faite par Ibn Jenni en langue arabe. Ceci est ignoré par les linguistes modernes, l’intonation qui accompagne l’accent prosodique dans toutes les variantes du langage qui
entraine les changements réactionnaires
chez le locuteur exprimant un sens donné justifiant la relation de la langue et de la psychologie qu’on retrouve chez les psycholinguistes.
Il faut dire que dans le sens des catégories grammaticales, les mots contenus dans les versets du Coran, peuvent entre en relation à différents degrés, avec une fonction sémantique attribuée au mot dans son ensemble.
Le genre, le nombre, le singulier, le pluriel correspondent à des catégories grammaticales. On doit alors rechercher à établir une systématique des correspondances sémantiques où la collocation linguistique est l’association d’un mot avec d’autres en fonction des différentes constructions grammaticales (adjectifs, adverbes, complément d’objet direct et indirect etc.)
De cette langue sublime et sacré du Coran révélée par les différents versets, l’on décèle une analyse structurelle de la langue et de sa perception et sa relation à la réalité historique extra linguistique rapportée par les linguistes musulmans anciens à l’image d’Ibn Jenni, Al Jahadh …dans les recherches qu’ils ont réalisées.
Les résultats de leurs travaux scientifiques par la rigueur de leurs approches n’enlèvent en rien les efforts de modernes comme l’anthropologue Malynovsky et le linguiste Firth dans leurs conclusions confirmées par leur école sociale culturelle.
Le contexte sentimental de par les comportements psychologiques et le degré d’affectivité des versets coraniques est en symbiose avec la connotation linguistique et transformationnelle chez le locuteur. La synthèse de Jacques Francis dans les parties nécessaires du langage descriptif de l’éthique dans la théorie de Hare, m’ont permis de classer les qualificatifs bons ou mauvais de la femme que les versets du Coran ont décrit. De ce classement il en ressort de la lecture du Coran que la femme est décrite beaucoup plus positivement que négativement.
Le contexte situationnel est lié par des contraintes linguistiques de l’énoncé et des événements vécus dans les récits coraniques. Dans le contexte socio culturel la femme est capable de changer sa situation dans chaque étape de sa vie.

L’auteure est Professeur en Linguistique-Université d’Alger 2


 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions