dimanche 21 octobre 2018 12:37:46

Ministère des Affaires étrangères , M. Messahel : « Préserver les générations futures du fléau de la guerre »

Le ministre des Affaires étrangères soutient que la proclamation par les Nations unies de la Journée internationale de vivre ensemble en paix constitue une «avancée» de tous les peuples du monde dans l’enrichissement et l’ancrage de la culture de la paix, et rappelle que cet «acquis» de l’humanité est «l’heureux aboutissement» de l’initiative de l’Algérie prise sur une idée de l’Association internationale soufie Alawiyya (AISA), présidée par Cheikh Khaled Bentounès.

PUBLIE LE : 17-05-2018 | 0:00
Ph. : Nacéra

Le ministre des Affaires étrangères soutient que la proclamation par les Nations unies de la Journée internationale de vivre ensemble en paix constitue une «avancée» de tous les peuples du monde dans l’enrichissement et l’ancrage de la culture de la paix, et rappelle que cet «acquis» de l’humanité est «l’heureux aboutissement» de l’initiative de l’Algérie prise sur une idée de l’Association internationale soufie Alawiyya (AISA), présidée par Cheikh Khaled Bentounès.
S’exprimant, hier, à l’occasion d’une grande cérémonie, organisée au siège du ministère des AE, Abdelkader Messahel assure que la résolution en question, adoptée par l’ONU en décembre 2017, vient donner une «nouvelle» dimension à la volonté de la communauté internationale de «préserver» les générations futures du fléau de la guerre, et souligne qu’elle s’inscrit dans l’esprit, la lettre et la vocation de la Charte des Nations unies en faveur de la paix. «Par sa portée, cette décision conforte la culture de la paix que nos pays construisent patiemment et que nos peuples appellent de tous leurs vœux dans un monde qui voit un peu partout son humanité régulièrement bafouée, déchirée et toujours injustement endeuillée par les horreurs de la guerre», a-t-il expliqué, en présence de membres du gouvernement, de l’Archevêque d’Alger et du corps diplomatique.
Le chef de la diplomatie algérienne affirme que la résolution de l’Assemblée générale de l’ONU véhicule des valeurs auxquelles l’Algérie «croit profondément», citant, à ce propos, la tolérance, le respect de la différence et de la diversité, du dialogue entre les hommes et les peuples, le rejet de la violence et de toute logique d’exclusion, de marginalisation, de discrimination ou d’extrémisme violent.
Des valeurs qui militent, a-t-il ajouté, pour le «rapprochement», la «compréhension», la «solidarité» et le «pardon» entre les peuples, sans «distinction» ni «discrimination», dans le «respect» des diversités qui distinguent les uns et les autres. 
Il dit, dans ce sillage, que le monde doit «investir» dans les principes du vivre ensemble en paix, en les «enseignant» dans les programmes scolaires et en les «incluant» dans les programmes culturels, les médias, et surtout en «imprégnant» dans leur «profonde» signification les comportements de nos citoyens. «C’est dans cette ligne de conduite que l’Algérie s’inscrit et c’est dans cet esprit qu’elle continuera à mettre en œuvre et à enrichir cette feuille de route du vivre ensemble en paix», a conclu Abdelkader Messahel. Dans un message lu par le Coordinateur Résident du PNUD à Alger, le Secrétaire général des Nations unies appelle à «promouvoir davantage» la tolérance, l’inclusion et le respect de la diversité dans «toutes» les nations et «entre toutes» les communautés, et invite à «bannir» la haine, la différence entre les personnes et le rejet de l’autre.
S. A. M.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions