dimanche 21 octobre 2018 12:09:30

Assemblée populaire nationale, M. Bouhadja : « Une reconnaissance de la politique judicieuse du président de la République »

Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Saïd Bouhadja, a appelé, hier à Alger, à trouver «les voies de promotion des conditions du Vivre ensemble en paix, en faisant prévaloir les valeurs du dialogue, de la coopération et de la solidarité».

PUBLIE LE : 17-05-2018 | 0:00
D.R

Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Saïd Bouhadja, a appelé, hier à Alger, à trouver «les voies de promotion des conditions du Vivre ensemble en paix, en faisant prévaloir les valeurs du dialogue, de la coopération et de la solidarité». Dans une allocution prononcée, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale du vivre ensemble en paix, qui coïncide avec le 16 mai, le président de l’APN a indiqué que «l’adoption de cette initiative algérienne par l’Assemblée générale des Nations unies, à travers la proclamation de la Journée internationale du vivre ensemble en paix, se veut une reconnaissance de la politique judicieuse du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, basée sur les principe de réconciliation et de diffusion de la paix, et les efforts consentis en faveur de la justice, de l’égalité, de la concorde et du bannissement de la division et la scission». Rappelant les conflits, les crises internes, les menaces liées au terrorisme, à l’extrémisme violent et au crime organisé, prévalant actuellement à travers le monde, notamment en Afrique, essentiellement dus aux conditions socioéconomiques difficiles, M. Bouhadja a appelé à «trouver les moyens à même de promouvoir les conditions du Vivre ensemble en paix, en faisant prévaloir les valeurs humaines et les voies du dialogue, de la solidarité et de lutte contre les thèses rejetant l’interaction humaine constructive». Cette initiative, a-t-il ajouté, reflète le socle national fondé sur la justice, l’équité, le bon voisinage et le respect de l’autre qui sont des principes enracinés dans les valeurs civilisationnelles, culturelles et religieuses de l’Algérie et ses démarches constantes, en faveur de la coexistence au sein de la fraternité, de la solidarité, du juste milieu, de la tolérance et du rejet de toute forme d’extrémisme et de haine. Évoquant la réconciliation nationale, il a souligné qu’elle «s’inscrit dans la philosophie du Vivre ensemble en paix qui a permis à l’Algérie de venir à bout de sa tragédie nationale et d’assurer au peuple les conditions de vie dans la concorde, la fierté et la dignité», indiquant que de «nombreux pays se sont inspirés de l’expérience algérienne en matière de sécurité et de stabilité, en vue de les consolider à travers le monde». M. Bouhadja a rappelé la «contribution effective de l’Algérie à l’instauration d’une logique opposée au racisme et à l’oppression, à travers la défense des peuples de l’Afrique du Sud et de Namibie, pour leur permettre de vivre dans la dignité», ajoutant que «l’Algérie a de tout temps soutenu les droits légitimes des peuples palestiniens et sahraouis dans leur lutte pour la liberté et l’indépendance». Le président de l’APN a rappelé également la contribution de l’Algérie à la résolution de plusieurs conflits, notamment entre l’Iran et l’Irak, l’Éthiopie et l’Érythrée, et le conflit intermalien pour le rétablissement de la paix et de la sécurité dans ce pays voisin, outre ses efforts en faveur des Libyens à l’effet de parvenir à une solution nationale, basée sur le dialogue politique pour préserver l’unité de la Libye».
Pour sa part, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a évoqué les «valeurs humaines véhiculées par l’islam qui incitent les musulmans à vivre en paix avec les autres peuples et à l’acceptation de l’autre, nonobstant l’appartenance religieuse et culturelle». Pour sa part, le président de la commission des affaires étrangères, de la coopération et de la communauté à l’étranger de l’APN, Abdelhamid Si Afif, a estimé que cette journée internationale était une consécration d’une noble initiative humanitaire, lancée par Cheikh Khaled Bentounès, fondateur et président d’honneur de l’Association internationale soufie Alawiyya (AISA), et parrainée par les institutions officielles de l’État, sous la direction du Président de la République. M. Si Afif a ajouté que la réconciliation nationale, initiée par le Président Bouteflika, constituait un «pas vers l’avenir et une expérience pionnière et audacieuse qui a permis d’instaurer les règles d’une politique judicieuse pour le retour de la paix, de la sécurité et de la quiétude dans le pays». Plusieurs représentants de la société civile, d’instances et institutions spécialisées dans le domaine des droits de l’homme ont estimé que l’expérience de l’Algérie en matière de paix et de réconciliation nationale constituait une référence internationale, non seulement en matière de lutte contre le terrorisme, mais également en matière de consécration des valeurs humaines de tolérance, de paix, de sécurité et de développement socio-économique.


 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions