mercredi 17 octobre 2018 06:11:21

Grand angle : Triste jour

Oui, Donald Trump a raison de saluer le transfert à el-Qods de l'ambassade des Etats-Unis comme «un grand jour pour Israël».

PUBLIE LE : 16-05-2018 | 0:00
D.R

Oui, Donald Trump a raison de saluer le transfert à el-Qods de l'ambassade des Etats-Unis comme «un grand jour pour Israël». Voire même c’est un jour inespéré auquel l’Etat hébreux ne croyait plus. La décision américaine comble les Israéliens qui y voient la reconnaissance d'une réalité de 3.000 ans pour le peuple juif, est-il affirmé. Mais si ce jour est arrivé ce 14 mai 2018, c’est en raison de la seule volonté du 45e président des USA. Et pour cause, aucun autre président américain avant lui n’avait osé franchir le pas et rompre avec des décennies de diplomatie américaine et de consensus international. A-t-il pour autant évalué les conséquences à terme de sa décision ? Certainement que non, car sans cela, il ne l’aurait pas fait, mettant la communauté devant le fait accompli et le défi de gérer la situation créée par cette situation et dont un avant-goût a été donné ce 14 mai par le massacré de plusieurs palestiniens par les israéliens, ce qui a suscité une vive inquiétude internationale. La communauté internationale, elle, vient, une nouvelle fois, de démontrer son impuissance face au diktat de Washington. Alors que des palestiniens étaient tués, les Etats-Unis ont bloqué l'adoption d'un communiqué du Conseil de sécurité qui entendait exprimer son «indignation et sa tristesse face à la mort de civils palestiniens exerçant leur droit à manifester pacifiquement». Et force est de croire que les rares voix qui se sont élevées pour exprimer cette indignation n’auront aucun écho. Pourtant, il est vrai, comme l’a dénoncé l'Iran, que ce 14 mai 2018 est un «jour de grande honte» et qu’Israël, accusé par la Turquie de «terrorisme d'Etat» et de «génocide» mérite amplement ces qualificatifs. Ce qui est encore plus triste, c’est ce que ce nouveau massacre intervient la veille de la célébration par les Nations unies de la journée internationale du vivre ensemble en paix, décrétée à l’initiative de l’Algérie. et il est à craindre que l’Etat hébreux, qui a prévenu qu'il emploierait «tous les moyens», ne s’arrêtera pas là.
Nadia K.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions