jeudi 16 aot 2018 15:04:59

Dossier du paramédical : «C’est l’une de nos priorités»

«Le dossier du paramédical sera traité avec toute l'attention qu'il requiert » affirmé le ministre a affirmé hier le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui.

PUBLIE LE : 16-05-2018 | 0:00
D.R

«Le dossier du paramédical sera traité avec toute l'attention qu'il  requiert » affirmé le ministre a affirmé hier le ministre de  la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui.  S’exprimant lors de la  6e Journée scientifique des Paramédicaux organisée par le centre hospitalo-universitaire (CHU)  de Bab-El-Oued, avec comme ordre du jour central les «réalités et perspectives de la profession paramédicale» M. Hasbellaoui a fait savoir que le syndicat algérien des paramédicaux (SAP) ne s’est jamais désengagé et continu à travailler avec la tutelle pour arriver a un commun accord arrangeant toutes les parties. «Il y a des solutions que nous avons proposé, le dossier est ouvert au plus haut niveau de la privauté», a-t-il révélé. Le ministre a mis en avant le rôle « important » de ce corps de la santé affirmant qu’il s’agit là d’un pilier du module de prise en charge des patients, « les paramédicaux jouent le rôle d’associés de l’équipe médicale», a-t-il dit. Evoquant la formation académique, le ministre a souligné que ce volet sera davantage considéré à l’avenir.
«C’est l’une de nos priorités dans le cadre de la prochaine mise en place des statuts des chercheurs» a-t-il dit, expliquant que la recherche dans le domaine du paramédical a toute sa valeur dans toutes les instances scientifiques internationales. Il a, enfin, appelé a une adhésion de tous les acteurs afin de réussir à faire avancer ce dossier dans la sérénité, promettant, dans cette perspective, un dialogue ouvert et permanent avec le syndicat.
 De son côté, le Directeur général du CHU de Bab El Oued, M. Yahia Dehar, a expliqué en marge de cette rencontre que l'enjeu de cette dernière consiste à mieux optimiser les soins dans un milieu hospitalier. «Il s’agit, entre autres, de débattre de l'importance du corps paramédical notamment de la phase délicate du post-opératoire, ainsi que de l'impact de la communication entre le malade hospitalisé et le corps paramédical», a-t-il expliqué.  Il a, dans ce sens, affirmé que les missions confiées aux infirmiers et au corps paramédical en général exigeaient une formation universitaire, d'où l'importance d'introduire le système LMD dans le cursus de formation de ce corps.
La problématique de la protection contre les rayonnements ionisants, aussi bien en faveur du malade que du personnel soignant, a été, elle aussi, longuement débattu par les intervenants, qui ont cité   les maladies professionnelles auxquelles ce corps fait face, arguant que «plus de 70% des infirmiers souffrent de maladies chroniques, dont le diabète et l'hypertension».
Ils ont déploré, également, le manque d'infirmiers au niveau des hôpitaux dû aux départs à la retraite et le manque de formation. Les paramédicaux ont plaidé pour l'octroi des primes d'encadrement et de documentation et la sécurité au sein des hôpitaux, outre la promotion des aides-soignants, la formation des paramédicaux et le recrutement d'infirmiers titulaires d'une licence dans le domaine. Plusieurs intervenants, dont des praticiens spécialistes exerçant dans différents hôpitaux, ont abordé les questions de l’accueil des patients et le rôle dévolu aux paramédicaux en matière de prise en charge tant des pathologies diagnostiquées chez les patients que des patients eux-mêmes.
Sarah A. Benali Cherif
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions