jeudi 16 aot 2018 15:04:19

Economie informelle : Plus de 60% de la population active mondiale

Un nouveau rapport de l’Organisation internationale du travail indique, que deux milliards de personnes occupent un emploi informel, dont la majorité est localisée dans les pays émergents et les pays en développement.

PUBLIE LE : 14-05-2018 | 0:00
D.R

Un nouveau rapport de l’Organisation internationale du travail indique, que deux milliards de personnes occupent un emploi informel, dont la majorité est localisée dans les pays émergents et les pays en développement. Une grande partie de cette catégorie de travailleurs, qui représente plus de 61% de la population active dans le monde est privée de protection sociale, de droits au travail et de conditions de travail décentes. Le rapport qui fournit des données comparables sur la dimension de l’économie informelle dans plus de 100 pays précise qu’en dehors de l’agriculture, la moitié de la population active occupe un emploi informel. En Afrique, 85,8% des emplois sont informels. Cette proportion est de 68,2% en Asie et Pacifique, de 68,6% dans les Etats arabes, 40,0% pour les Amériques et 25,1% en Europe et en Asie centrale. Selon le même rapport, l’essentiel de l’emploi informel dans le monde, soit 93% est concentré dans les pays émergents et en développement et, constitue une source d’emplois autant pour les hommes (63,0%) que pour les femmes (58,1%). L’analyse indique, que «les femmes sont davantage exposées à l’emploi informel dans la plupart des pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire inférieur et se trouvent plus souvent dans les situations les plus précaires». Aussi, «le niveau d’éducation est un facteur déterminant du niveau d’informalité. A l’échelle mondiale, quand le niveau d’éducation augmente, le niveau d’informalité recule», souligne le rapport. Ainsi, «les personnes vivant en zone rurale sont presque deux fois plus susceptibles d’être employées dans l’économie informelle que celles des zones urbaines, et l’agriculture est le secteur affichant le plus haut niveau d’emploi informel, estimé à plus de 90%», relève le rapport de l’OIT. L’autre caractéristique qui ressort de cette analyse est, que «les personnes pauvres sont plus confrontées aux plus forts taux d’emploi informel et, que les taux de pauvreté sont plus élevés parmi les travailleurs de l’économie informelle». L’importance de la prévalence de l’informalité demeure, par conséquent, «un défi majeur pour la réalisation du travail décent pour tous et d’un développement durable et inclusif.» Dans cette optique, une recommandation de l’OIT souligne la «nécessité de faciliter la transition des travailleurs et des unités économiques vers l’économie formelle, de promouvoir la création d’emplois décents et leur préservation, ainsi que la pérennité des entreprises dans l’économie formelle, et de prévenir l’informatisation des emplois de l’économie formelle». Une orientation intégrée dans le cadre des indicateurs des objectifs du développement durable (ODD), d’autant plus, que «La forte prévalence de l’informalité sous toutes ses formes a de multiples conséquences néfastes pour les travailleurs, les entreprises et les sociétés, et c’est surtout un défi majeur pour la réalisation du travail décent pour tous et d’un développement durable et inclusif», est-il souligné.
 D. Akila

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions