lundi 24 septembre 2018 21:22:24

Chambre de Commerce des Etats-Unis : Disponibilité à encourager l’investissement en Algérie

Le vice-président exécutif, chargé des affaires internationales de la Chambre de commerce des États-Unis, Myron Brilliant, est revenu hier, en présence de l’ambassadeur des États-Unis à Alger, John Desrocher, sur sa visite en Algérie, où il a pris part à un «programme intense» durant les 3 jours passés dans le pays.

PUBLIE LE : 09-05-2018 | 0:00
D.R

Le vice-président exécutif, chargé des affaires internationales de la Chambre de commerce  des États-Unis, Myron Brilliant, est revenu hier, en présence de l’ambassadeur des États-Unis à Alger, John Desrocher, sur sa visite en Algérie, où il a pris part à un «programme intense» durant les 3 jours passés dans le pays.

M.Myron Brilliant qui s’exprimait lors d’une conférence de presse animée conjointement  avec M. Desrocher, a insisté devant les journalistes sur la disposition de l’institution américaine  à participer à la réalisation de la politique de diversification économique engagée par l’Algérie. ainsi fera-t-il remarquer si la Chambre de commerce n’était pas présente avant cela en Algérie cela est dû selon lui au fait que «l’Algérie n’était pas ouverte aux investissements étrangers, hormis  ceux dans le domaine des hydrocarbures». Mais dira-t-il «aujourd’hui, l’Algérie veut diversifier son économie et développer les secteurs des services de la Santé, du Commerce électronique, de l’Industrie agro-alimentaire et des infrastructures de base».
De plus, ajoutera l’ambassadeur, «la réussite d’investissements américains et de partenariats en Algérie est un encouragement supplémentaire» susceptible de pousser d’autres investisseurs à s’intéresser au marché algérien, qualifié de «prometteur».
Il citera entre autres le partenariat industriel et commercial conclu en 2012  entre l’Entreprise publique économique des tracteurs agricoles (ETRAG) et  AGCO Massey Ferguson leader mondial dans la fabrication du machinisme Agricole pour fabriquer des tracteurs en Algérie et la signature d’un  méga contrat d’un montant de 3 milliards de dollars en 2017, entre Sonelgaz et GE Power, filière du géant américain, General Electric. 
Il sera aussi rappelé la conclusion d’un autre partenariat dans le domaine de la santé  entre le groupe des travaux publics ETRHB par le biais de sa filiale SIAL Pharma avec la firme américaine systèmes de radiothérapie Varian. M.  Myron Brilliant dira pour sa part, que la Chambre de commerce américaine qui est un trait d’union entre le gouvernement et les sociétés œuvrera à développer le commerce en Algérie,  à promouvoir l’investissement et à développer d’autres partenariats. Aussi la forte présente de la concurrence européenne et chinoise ne semble pas faire peur aux Américains.
D’autant que selon M. Myron Brilliant, les opportunités  d’affaires existent dans les domaines des TIC et du commerce électronique, notamment. Toutefois, il faudrait selon lui avoir une connaissance préalable du  climat des affaires et des attentes de l’Algérie pour devenir un axe commercial importants dans la région.
«Le gouvernement algérien  doit savoir où il veut aller dans quelques années» a-t-il indiqué, ajoutant que les responsables algériens rencontrés lors de son séjour ont reconnu qu’ils doivent s’ouvrir beaucoup plus sur le marché extérieur.
Ainsi sur les mesures  prises par l’Algérie en matière des importations, il dira que l’on ne soutient pas ce genre de mesures».  La règle 51/49 sera citée au chapitre des contraintes relevées  en matière d’investissement étranger.  Toutefois l’ambassadeur américain tiendra à préciser que bien qu’activant dans le même climat des affaires «certaines sociétés ont réussi, alors que d’autres ont préféré quitter le marché algérien parce qu’elles ont trouvé un meilleur environnement ailleurs». Pour l’ambassadeur  Desrocher «c’est ensemble que l’on surmontera les entraves» Ainsi  selon lui les entreprises «doivent comprendre et s’adapter».
L’agrément de la Chambre mixe algéro-américaine est selon lui un indicateur quant à cette volonté des deux parties d’aller de l’avant.
Pour le vice-président exécutif, chargé des affaires internationales de la Chambre de commerce des Etats Unis, cette première visite est «un premier pas qui sera  suivi par  d’autres dans un proche avenir». Mais a-t-il aussi souligné «les sociétés algériennes ont aussi un rôle à jouer dans la diversification de l’économie».
N. Kerraz
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions