mardi 16 octobre 2018 03:27:20

Pétrole : Le Brent à plus de 71 dollars

Les prix du pétrole ont baissé, hier en cours d’échanges européens, après avoir atteint des sommets, la semaine dernière, les investisseurs profitant de l’apaisement des tensions en Syrie, pour enregistrer leurs bénéfices. En fin de matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 71,67 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 91 cents par rapport à la clôture de vendredi.

PUBLIE LE : 17-04-2018 | 0:00
D.R

Les prix du pétrole ont baissé, hier en cours d’échanges européens, après avoir atteint des sommets, la semaine dernière, les investisseurs profitant de l’apaisement des tensions en Syrie, pour enregistrer leurs bénéfices. En fin de matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 71,67 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 91 cents par rapport à la clôture de vendredi.  
Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» (WTI) pour le contrat de mai perdait 84 cents à 66,55 dollars. Le pétrole avait terminé la semaine dernière à son plus haut niveau depuis décembre 2014, du fait de tensions géopolitiques croissantes, qui ont vu les États-Unis et leurs alliés français et britannique tirer durant le weekend une centaine de missiles sur des sites militaires et des centres de recherche en Syrie. Selon Connor Campbell, analyste pour Spreadex, «maintenant que les craintes se sont apaisées, l’or noir recule».  
«Des prises de bénéfices ont été observées, dès l’ouverture des marchés», a souligné Jasper Lawler, de London Capital Group, ajoutant que, selon lui, les prix devraient néanmoins rester soutenus par la persistance des tensions au Moyen-Orient. Vendredi, le rapport de l’Agence internationale de l’énergie avait souligné que l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) était en passe de réussir son pari de rééquilibrer les cours. L’Opep, associée à d’autres producteurs non-membres, dont la Russie, a décidé, fin 2016, de limiter sa production, afin de résorber les stocks excédentaires, et tenter, ainsi, de redresser le prix. Néanmoins, les prix pourraient rester sous pression, du fait d’une offre américaine qui ne cesse d’augmenter. «Sept puits de pétrole aux États-Unis ont vu le jour la semaine du 13 avril, portant le total de puits actifs à 815, un niveau record depuis mars  2015», a noté Hussein Sayed, analyste pour FXTM, en s’appuyant sur le rapport hebdomadaire de la société américaine Baker Hughes.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions