mardi 16 octobre 2018 03:37:06

Soins à domicile : Appel à la création d’unitéS à l’échelle nationale

Les participants à une journée d’étude, organisée tout récemment par la Société algérienne d’echinococcose hydatique (SAEH), à l’hôtel el-djazaïr, ont appelé au développement et à la généralisation des soins à domicile à travers le pays.

PUBLIE LE : 17-04-2018 | 0:00
Ph.Nesrine T.

Les participants à une journée d’étude, organisée tout récemment par la Société algérienne d’echinococcose hydatique (SAEH), à l’hôtel el-djazaïr, ont appelé au développement et à la généralisation des soins à domicile à travers le pays.

En marge d’une table ronde sur les soins à domicile, le Professeur Karima Achour, chef du service de chirurgie thoracique au CHU de Bab El Oued et présidente de la Société algérienne d'échinococcose, a indiqué que «les soins à domicile sont une partie de la thérapeutique pour les patients. Chaque année, on recense des milliers de nouveaux cas de cancer, c’est pour cette raison qu’il faut qu’il ait des structures pour soins à domicile».
Le Pr. Achour a expliqué que «l’avantage de cette formule est que le patient est pris en charge par une équipe médicale dans sa maison, entouré de sa famille. Ceci nécessite une organisation et des moyens, néanmoins ça coûtera beaucoup moins cher que quand le patient est hospitalisé».  Le développement de ce genre de soins chez-soi s'inscrit dans le cadre des grandes réformes du secteur de la santé. Il est devenu un impératif imposé par la phase de transition de la situation épidémiologique du pays et l'apparition de maladies chroniques, outre l'augmentation du nombre des personnes âgées, en raison de l'amélioration des conditions de vie du citoyen.
Selon les participants, 70% des bénéficiaires de l'hospitalisation à domicile appartiennent à la catégorie des personnes âgées, qui présentent souvent des maladies chroniques nécessitant une prise en charge sans déplacement.
La chef du service de chirurgie thoracique a cité l’exemple du cancer du poumon, premier cancer chez l’homme qui ne cesse de faire des ravages.
«On essaie d’améliorer les conditions du diagnostic, du traitement et les soins palliatifs du patient. Le cancer est là et il existe, il faut que la politique de santé soit plus axée sur la prévention. Il faut s’attaquer pleinement à la cigarette car ce que nous gagnons en taxe pour la cigarette, on le perd en oncologie», a déclaré le Pr. Achour.

Triple intérêt

Pour sa part, le professeur Mohamed El Hadj, directeur général des infrastructures au ministère de la santé, a souligné que «55.000 nouveaux cas de cancer sont recensés en 2016, dont le cancer du sein avec 11.000 cas, le cancer colorectal avec 4.022 cas, celui du poumon avec 2.000 nouveaux cas et le cancer de la prostate qui prend de l’ampleur avec 1.158 cas.» 
Le Pr. El Hadj a indiqué que «la prise en charge des cancéreux s’améliore de plus en plus, puisque l’Algérie dispose de 40 accélérateurs». Il faut dire que l’hospitalisation et les soins à domicile sont en stade embryonnaire en Algérie par rapport à une demande qui est sans cesse croissante vu le poids des maladies chroniques.
Notons que l’hospitalisation et les soins à domicile sont nés au service de médecine interne de l’hôpital Birtraria le 2 novembre 1999, à l’initiative du professeur Mansour Brouri. 
pour que cette activité se développe, le 19 avril 2003, un arrêté ministériel fixe la création, l’organisation et le fonctionnement de l’hospitalisation à domicile. en août 2015, il y a eu l’arrêté qui fixe la création et l’organisation des soins à domicile à titre privé et l’arrêté de décembre 2015 qui fixe l’organisation des soins à domicile auprès des EPSP.
Le développement de l’HAD apparaît aujourd’hui comme un objectif majeur de santé publique, correspondant à une réelle demande des patients et de leur entourage et constituant l’un des éléments essentiels de la modernisation nécessaire du dispositif sanitaire.
Intérêt humain, intérêt médical, intérêt économique, tout concourt aujourd’hui au développement d’une telle alternative. «Elle permet d’hospitaliser dans leur contexte familial les patients dont l’état de santé nécessite un ensemble de soins médicaux et paramédicaux, nécessairement coordonnés, analogues à ceux dispensés en hospitalisation complète», affirment les spécialistes.
Il est vrai que ce genre de soins à domicile permet de rapprocher le secteur de la santé du citoyen, notamment les catégories vulnérables, mais il contribue aussi à garder le patient au sein de sa famille et de lui prodiguer les soins nécessaires.
Wassila Benhamed

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions