mercredi 18 juillet 2018 08:05:11

Sommet arabe de Dhahran : PARVENIR à UN CONSENSUS POSITIF

M. Bensalah représente le président Bouteflika : Apaiser les tensions entre frères.

PUBLIE LE : 16-04-2018 | 0:00
D.R

M. Bensalah représente le président Bouteflika : Apaiser les tensions entre frères.

M. Messahel met en avant l’attachement de l’Algérie à l’unité arabe et au renforcement de l’action commune.  

Au centre des débats, la question palestinienne, la crise libyenne, la situation en Syrie et en Irak, le dossier du Yémen et la réforme de l’organisation panarabe.  

M. Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la nation et envoyé spécial du Président de la République, a prononcé hier un discours, à l’occasion des travaux de la 29e session de la Ligue arabe. Dans son introduction, M. Bensalah a tenu à remercier le roi Salmane Ben Abdelaziz, pour son chaleureux accueil, et à l’assurer du soutien indéfectible de l’Algérie au Royaume d’Arabie saoudite contre toutes tentatives de déstabilisation. Il a également adressé ses vives remerciements au roi Abdallah de Jordanie, pour sa conduite du précédent sommet, l’énergie déployée pour sa réussite et le suivi de l’application des décisions prises.
M. Bensalah a tenu à dresser succinctement la situation qui prévaut actuellement dans la nation arabe et qui ne pousse pas à l’optimisme au vu des derniers développements sur les plans politique, sécuritaire et économique, malgré, insista-t-il, la série des dernières résolutions prises pour atténuer les tensions entre pays frères et sortir du marasme et des menaces qui guettent la nation arabe.
Le travail effectué jusqu’à présent n’a apparemment pas permis aux pays arabes d’atteindre les attentes de leurs peuples. En l’absence d’une vision globale et stratégique unie, nul ne pourra surmonter les nombreuses difficultés vécues quotidiennement par les peuples arabes, ni sur le plan de la lutte contre le terrorisme, ni sur celui du développement économique et culturel.
L’envoyé spécial du Président a aussi évoqué l’ingrédient nécessaire pour l’accomplissement d’un tel sursaut : le courage politique.
Il est temps de prendre à bras-le-corps les problèmes de la nation arabe, a-t-il ajouté, afin de dépasser les tensions internes et se tourner vers des solutions plus directes, qui pourront enfin catapulter nos pays vers un avenir plus radieux.
Par ailleurs, l’interlocuteur a évoqué, avec une certaine tristesse, le problème central qui préoccupe toutes les nations respectueuses de la légalité internationale, la Palestine, et les efforts soutenus que doivent fournir les pays arabes pour aboutir à une solution qui libérerait enfin le peuple palestinien du drame qu’il vit depuis des lustres.
La question libyenne a aussi été évoquée sous l’angle du règlement politique des différends, loin de l’ingérence intéressée de quelques puissances étrangères. Il en sera de même dans le discours de M. Bensalah quant à la situation très préoccupante qui prévaut en Syrie, pour laquelle l’Algérie ne cesse de préconiser la voie de la paix et du règlement politique, comme par ailleurs pour un autre pays frère qui vit un drame sans précédent, le Yemen.
La question du terrorisme, vaincu partiellement, ne doit pas, a souligné M. Bensalah, faire oublier aux pays arabes que le spectre est toujours présent, avec le déplacement des hordes de terroristes à travers plusieurs régions du monde, et notamment arabe.
L’Algérie, comme l’a précisé M. Bouteflika, dans une lettre adressée aux 35 ministres de l’Intérieur présents lors de la dernière rencontre d’Alger, préconise de combattre plus particulièrement les sources de financement du terrorisme.
Le président du Conseil de la nation a clôturé son intervention par l’extrême nécessité d’un sursaut salvateur, urgent et inexorable qui passerait par de profondes réformes de la Ligue et surtout un meilleur dialogue entre tous les membres, facteur déterminant pour espérer une traduction des résolutions prises sur le terrain.
K. M.
 


Pour la paix globale et le respect de l’intérêt des peuples

Les intervenants aux travaux du 29e sommet arabe ont appelé, hier à Dhahran (Arabie saoudite), à opter pour la paix globale et à faire prévaloir l’intérêt des peuples dans le règlement des crises marquant la région arabe. Dans son allocution avant la passation de la présidence du sommet au Souverain saoudien, le Roi de Jordanie, Abdallah II, a rappelé que lors du précédent sommet, abrité par son pays, les intervenants avaient mis l’accent sur la nécessité de renforcer et de dynamiser l’action commune arabe, d’opter pour la paix globale et permanente sur la base des décisions   de la légalité internationale et de l’initiative arabe de paix, indiquant que la question palestinienne demeurera en tête des priorités des pays arabes.
Le monde arabe et la communauté internationale doivent assurer l’aide nécessaire aux réfugiés palestiniens et permettre au Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) de continuer à apporter les aides   humanitaires, jusqu’à l’aboutissement à une solution juste.
Par ailleurs, le souverain jordanien a mis en exergue «les développements positifs» enregistrés en Irak et ses victoires sur le groupe terroriste «Daech».  S’agissant du dossier syrien, le Roi Abdallah II a dit que son pays avait soutenu toutes les initiatives visant à relancer le processus politique, insistant sur le fait que tous les efforts consentis devraient compléter le   processus de Genève, et non le remplacer.
L’intérêt commun des pays arabes exige de contrer toute tentative d’ingérence dans les affaires internes de ces pays ou autre visant à raviver la discorde et les conflits sectaires, a-t-il soutenu. De son côté, le Serviteur des deux Lieux saints, le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, a annoncé que le Royaume d’Arabie saoudite a accordé un don d’une valeur de 200 millions de dollars au profit de la question palestinienne, dont 150 millions de dollars au programme d’appui des wakfs   islamiques à El-Qods, et 50 millions de dollars à l’Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA). Le souverain saoudien a réaffirmé que son pays soutenait la cause palestinienne, jusqu’à ce que le peuple palestinien frère recouvre tous ses droits légitimes, et à leur tête l’établissement de son état indépendant, avec El-Qods-Est comme capitale.
Il a rappelé que son pays condamne et refuse la décision de l’administration américaine de transférer son ambassade à El-Qods, saluant le consensus international, à ce propos. Concernant la situation au Yémen, il a souligné que l’Arabie saoudite plaide pour l’unité, la souveraineté, l’indépendance, la sécurité et l’intégrité territoriales du Yémen. Pour sa part, le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Abou Gheit, a évoqué le dossier syrien, souhaitant que les pays arabes parviennent à «définir une stratégie commune qui permettra d’aboutir à une solution politique, sur la base du processus de Genève et la décision 2254».
De son côté, le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki, a insisté sur l’impératif de renouveler «le partenariat historique entre le continent noir et le monde arabe». Évoquant les dossiers palestinien et syrien, M. Faki a mis l’accent sur la nécessité de soutenir la question palestinienne, sur la base de la solution de deux États, au sein de laquelle El-Qods sera la capitale de l’État indépendant de la Palestine, soulignant l’impératif de trouver une solution à la question syrienne, sous l’égide de l’ONU. Deux séances à huis clos sont prévues, et seront suivies de la séance de clôture qui sera sanctionnée par la Déclaration de Dhahran.


soutien à la cause palestinienne
Bensalah appelle à davantage d’efforts

 

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, a appelé, hier à Dhahran (Arabie saoudite), à   consolider les efforts afin de soutenir le peuple palestinien dans sa lutte, appelant la communauté internationale à assumer son entière responsabilité «afin de faire pression sur l’occupant israélien et de l’amener à cesser ses violations à l’encontre du peuple palestinien et à se conformer à la légalité et aux décisions de la légitimité internationales, ainsi qu’aux principes du droit international». 
M. Bensalah, qui intervenait lors des travaux du 29e sommet arabe, en qualité de représentant du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a affirmé que la question centrale pour le monde arabe, à savoir la question palestinienne, «subit des tentatives visant à l’étouffer et à entamer les droits légitimes du peuple palestinien, en tête desquels son droit d’établir un État indépendant, avec El-Qods pour capitale, en se référant aux frontières de 1967, conformément aux décisions de la légalité internationale et aux références du processus de la paix». 
Il a réaffirmé, à cette occasion, le rejet par l’Algérie et sa condamnation de la décision de l’administration américaine de reconnaître El-Qods comme capitale d’Israël et d’y déplacer son ambassade, mettant en garde contre ses graves répercussions sur la paix et la sécurité internationales, en ce sens qu’il s’agit d’une violation des décisions internationales à même de compromettre le processus de paix.
Par ailleurs, M. Bensalah a salué «le combat héroïque» du peuple   palestinien frère et sa «résistance courageuse» face aux violations qu’il   subit quotidiennement, à l’instar du massacre commis contre des innocents, lors de la 42e journée de la Terre, appelant à l’accélération de la mise en œuvre des procédures relatives au travail avec la communauté   internationale pour la création d’un dispositif international multilatéral   sous l’égide de l’ONU, en vue de relancer le processus de paix au   Proche-Orient et d’aboutir à une solution juste et inclusive à la question   palestinienne. L’occasion était, pour M. Bensalah, de réaffirmer «la position inaliénable de l’Algérie et son soutien indéfectible au combat du peuple palestinien afin d’établir un État indépendant sur les frontières de 1967, avec El-Qods pour capitale».
Il a également mis en exergue l’appel de l’Algérie en faveur de «la réconciliation entre les frères palestiniens face à l’occupant israélien».
Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a salué la position «constante» de l’Algérie sous la conduite du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, vis-à-vis de la cause palestinienne, et son «souci permanent de soutenir le peuple palestinien frère». 


M. Bensalah transmet les salutations du président de la République aux participants…

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, représentant du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, au 29e sommet de la Ligue arabe, a transmis hier les salutations du Chef de l’État aux dirigeants arabes et ses vœux de succès aux travaux de ce sommet, afin «d’atteindre des résultats à la hauteur des aspirations des peuples et pays arabes». 
Lors de la séance d’ouverture des travaux, qui ont débuté hier à Dhahran (Arabie saoudite) sous la présidence du Serviteur des Lieux saints de l’islam, le Roi Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud, M. Bensalah a réaffirmé   «l’engagement personnel du Président de la République à consacrer l’unité   des rangs arabes et à renforcer l’action arabe commune».
Les dirigeants arabes ont examiné, lors de cette réunion, plusieurs questions, en tête desquelles la cause palestinienne, les différentes crises survenues dans le monde arabe, notamment en Syrie, en Libye et au Yémen, ainsi que la lutte contre le terrorisme, le processus de réforme de la Ligue arabe et d’autres dossiers culturels et économiques inscrits dans le rapport soumis par le Conseil économique et social de la Ligue arabe.


… et rencontre le président mauritanien M. Ould Abdelaziz   

M. Bensalah, en sa qualité de représentant du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a rencontré hier le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, en marge des travaux du 29e sommet arabe qui se tient à Dhahrane, en Arabie saoudite. Au cours de cette rencontre, M. Bensalah a remercié le président mauritanien pour les marques de sympathie qu’il a eues à l’endroit de l’Algérie, à la suite de l’accident de l’avion militaire survenu le 11 avril.
Il a également fait part au président mauritanien de «la volonté de l’Algérie de consolider et d’élargir les excellentes relations de coopération qui existent entre les deux pays». 
Tout en réitérant ses sincères condoléances au Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et au peuple algérien, le président Ould Abdelaziz s’est «félicité» de la qualité des liens qui unissent les deux pays, et a fait part de sa détermination à les renforcer. La rencontre a permis un large échange de vues sur la situation prévalant dans la région.  L’entretien s’est déroulé en présence du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions