mercredi 25 avril 2018 02:00:36

Dans la LUCARNE : Le Basket US MÉRITE sa notoriété

Cette discipline est parmi les sports les plus prisés aux Etats-Unis d’Amérique

PUBLIE LE : 16-04-2018 | 0:00
D.R

Cette discipline est parmi les sports les plus prisés aux Etats-Unis d’Amérique. On peut même dire qu’elle est la plus aimée avec le baseball ou aussi ce que l’on avait appris à appeler le «football américain». C’est comme une religion dans ce pays considéré comme le «number one» de par le monde. Lors des JO, le basket américain domine d’une manière outrageuse. C’est vrai que lors des JO, la médaille d’or est presque assurée d’avance aux basketteurs de «l’oncle Sam ». Il faut dire que ce n’était nullement usurpé, surtout que les meilleurs basketteurs, ce qui se fait de mieux dans la «planète-basket», évoluent aux Etats-Unis. C’est presque une certitude du fait qu’on paie mieux que partout ailleurs et de surcroit en dollars. Ce qui ne peut qu’attirer par milliers les «virtuoses» de cette discipline de tous les continents, aussi bien en Europe (même les Russes et les ex-Yougoslaves), en Asie (les Chinois) et même l’Australie. Sur le plan local,  l’Amérique du nord pouvait sans aucun problème s’auto-suffire sachant qu’elle possède, non-seulement, une bonne organisation, des hommes, des infrastructures, mais aussi un système universitaire qui donne le primat au basket-ball. Par conséquent, tout glisse comme sur des roulettes. Tout marchait comme, par enchantement. L’université américaine grace à un système éducatif qui marie parfaitement bien sport et études, produisait comme par magie de grands sportifs et surtout de grands basketteurs. Certes, il y avait aussi d’autres disciplines comme la natation, l’athlétisme, la boxe, mais le basket-ball avait un statut particulier aux yeux des hauts responsables américains, mais des étudiants aussi, blancs et noirs. Ces derniers, comme on le sait, de nature, sont dotés d’un gabarit et d’un physique qui dépassent l’entendement. Et avec ce type de sportifs, c’était pratiquement gagné d’avance. Par conséquent, le basket dans ce pays d’Amérique est «le sport» par excellence qui se comptent par millions de pratiquants et aussi d’adeptes. Dans chaque quartier , chaque ruelle vous pouvez rencontrer de petits terrains de basket ou au minimum des «paniers» de basket-ball accrochés aux murs, et ce, pour inciter un peu les jeunes à s’adonner à cette discipline que les Américains, quelle que soit la couleur de peau, idolâtrent. Au classement des sportifs les mieux rémunérés, on peut citer en premier ceux de la NBA. Ces joueurs, cependant, ont du faire grève pendant plusieurs matches pour atteindre ce niveau. Ce qui avait été vu comme une véritable «catastrophe». Car, les Etats-Unis sans le basket, c’était un peu «Samson sans sa chevelure». Il y avait eu une grande bataille concernant les quotes-parts allouées à l’organisation qui gère cette discipline, beaucoup d’argent aussi en circulation qui pourrait ne pas atterrir aux bons bénéficiaires. Finalement, on avait réussi progressivement à gérer la mésentente entre les uns et les uns. Et le bras de fer a vite battu en brèche. Cette saison, la NBA a atteint des entrées pour le moins historiques avec un chiffre de plus de 22 millions dans les salles. Ce qui montre bien la place qu’occupe ce sport en Amérique du Nord. «Un nouveau record des spectateurs a caractérisé la saison régulière du Championnat nord-américain de basket-ball (NBA), qui s'est achevée mercredi, selon les chiffres officiels publiés jeudi. Outre un nombre inédit de spectateurs venus assister aux matches avant les play-offs, qui auront lieu à partir de samedi, la saison 2017-2018 a également établi le record du nombre moyen de spectateurs par match, ainsi que celui des parties jouées à guichets fermés, d'après la NBA. Dans le détail, 22.124.559 billets ont été écoulés cette saison, battant le record établi la saison précédente (21.997.412). En moyenne, les arènes nord-américaines étaient pleines à 95% avec 17.987 personnes, davantage là encore que la saison passée (17.884).  Symbole d'un intérêt sans précédent dans l'histoire de ce sport, 741 rencontres ont démarré à guichets fermés et les visionnages des vidéos de NBA ont explosé de 43%, à 11 milliards de vues sur les réseaux sociaux.  Depuis la saison 2014-2015, le nombre total de spectateurs et leur nombre moyen par match n'ont cessé d'augmenter, une croissance qui s'est bâtie en parallèle de la domination des Golden State Warriors, qui viennent de finir 2e de la conférence Ouest ». C’est ahurissant ! C’est le moins que l’on puisse dire. On a dépassé le raisonnable. Les basketteurs de la NBA ont mérité amplement leurs salaires, eu égard aux compétitions de basket jouées   sur les «parquets» de toutes villes américaines ; il y a du spectacle !  Et les chiffres avancés ne peuvent qu’affoler les compteurs. Ils peuvent aisément s’auto-suffire et financer ce sport sans la moindre anicroche.
Hamid Gharbi

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions