lundi 11 dcembre 2017 19:55:29

Engouement pour la médecine traditionnelle : Naturelle et moins coûteuse

La médecine traditionnelle revient en force, pour emboîter, même parfois, le pas, à la science.

PUBLIE LE : 18-05-2011 | 18:01
D.R

La médecine traditionnelle  revient en force, pour emboîter, même parfois,  le pas,  à la science.

En effet,  la médecine par les plantes est de retour, s’imposant ainsi, par excellence, comme thérapie pour le traitement  de certaines maladies face auxquelles la pharmacologie   reste désarmée. La  médecine parallèle ne  se limite pas seulement à une certaine frange de la société puisque   les sollicitations des services des herboristes  vont de plus en plus crescendo, pour concerner même l’intelligentsia qui ne résiste pas  à la tentation, face à la prolifération de ce  phénomène.   Des « spécialistes »  en  phytothérapie, envahissent de plus en plus les quartiers pour louer leurs services à des malades, shootés d’un service à l’autre mais aussi  laminés par l’ érosion du pouvoir d’achat, la pénurie des médicaments et souvent  la nonchalance  et la mauvaise prise en charge dont fait l’objet le patient, au niveau des établissements de santé.   Le charlatanisme gagne   cette profession qui évoquait, autrefois sagesse et savoir-faire.   La pratique de la médecine douce est aujourd’hui, envahie par des pseudos « docteurs » qui affirment  détenir des  potions magiques pour  le côlon paresseux,  le stress, la fatigue, l’anémie et bien d’autres maladies du siècle.   Mieux encore, certains vont jusqu’à  avancer   qu’ils disposent  de formules miracles pour traiter les cancers, le sida ou même ralentir le vieillissement. Une tournée, à Alger  renseigne  sur  l’émergence de ce nouveau commerce qui   se caractérise par  l’ouverture de  nombreuses  boutiques, tournées vers  la  proposition de plantes médicinales,  à tort et à travers, sans se soucier des risques à encourir, en cas de surdosage, d’autant plus  qu’il n’existe aucune stratégie pour ce type de  soins,   en l’absence  d’un inventaire de l’ensemble des plantes médicinales répertoriées en Algérie.  La situation est telle que ces  praticiens de  la santé d’une nouvelle ère   concoctent  sur place,  le traitement, sans  fouiner dans  l’état  de santé  du client, sachant que certains symptômes et signes cliniques peuvent caractériser  plusieurs maladies, d’où l’intérêt  de se pencher sur  chaque cas afin d’éviter  d’éventuels accidents. Il faut dire que si certaines plantes ont prouvé à travers le temps leur efficacité quant au traitement de certains bobos, il n’en demeure pas moins  que  certaines plantes sont dangereuses, voire mortelles, alors que d’autres sont  à prendre avec des pincettes car un surdosage pourrait être fatal pour le consommateur. Pourtant, la réglementation  est on ne peut plus claire dans ce domaine. En effet, si  le commerce des plantes est  toléré par la législation, ce n’est pas le cas pour la transformation de celles-ci par certaines cliniques et laboratoires, lancés dans ce créneau juteux.  Le  Centre national du registre de commerce,  fait ressortir qu’à la fin 2009, l’Algérie comptait 1 926 vendeurs spécialisés dans la vente d’herbes médicinales, dont 1 393 sédentaires et 533 ambulants. La capitale en abritait, à elle seule, le plus grand nombre avec 199 magasins, suivie de la wilaya de Sétif (107), de Béchar (100) et d’El-Oued avec 60 magasins. La phytothérapie  se substitue désormais à la médecine moderne et s’accapare d’une frange non moins importance de la société qui  découvre les vertus de la médecine naturelle,  tout en se référant  à une expérience de l’entourage ou même d’une simple rumeur qui  fait scintiller les mérites de tel herboriste qui a réussi à  redonner de l’espoir à un malade qui a fait des milliers de kilomètres pour  se prendre en charge.   L’inconscience du patient  va jusqu’à  s’adresser carrément  à l’herboriste,  aux premiers malaises qui se déclarent, sans consulter  au préalable   un spécialiste,  ou même faire un bilan de santé à même de déterminer  les causes du malaise qu’il a eu.  La plupart des boutiques  spécialisées dans le commerce des plantes naturelles  sont inondées de toutes sortes d’herbes dont certaines  proviennent du Maroc,  la Tunisie, l’Arabie saoudite et  même l’Inde.  Conditionnées dans des bocaux qui portent le nom commun et  scientifique de la plante avec ses utilisations.   Le   préposé à la vente des «  perles rares »  et de l’antidote qu’il propose n’hésite pas à  exposer à qui veut l’entendre ses prouesses en termes de prise en charge  de certaines maladies qu’il doit essentiellement  à son  défunt  père ou encore à sa formation sur le tas, en  étudiant les meilleurs  manuels  ayant traiter la médecine par les plantes.
La fréquentation croissante de ce genre de magasins est révélatrice de l’écart qui existe entre le patient  et les structures de santé  qui ne répondent pas  aujourd’hui, aux aspirations  du patient. Elle renvoie également à l’importance de revoir le système de santé  atteint d’un mal incurable, à l’origine du divorce consommé entre le malade et les établissements de santé qui incarnent  bel et bien bureaucratie,  laisser-aller et négligence.  Rencontrés, au niveau de certaines boutiques de vente de plantes aux vertus thérapeutiques,   ils étaient anonymes à dénoncer le système de santé  carrément défaillant, à l’origine  du rush sur cette pratique ancestrale.  C’est le cas de   Dalila, cette  dame, habituée à solliciter   les herboristes pour ces problèmes d’estomac qui lui empoisonnent la vie. « Le traitement chimique donné alors  pourquoi pas  la médecine traditionnelle», s’interroge – t-elle.
Smaïl, retraité de l’éducation nationale partage cet avis. Il affirme que lui aussi,  préfère  les soins avec les  plantes car moins coûteux et moins contraignants. Lui qui souffre, depuis plusieurs années, de  rhumatisme  chronique, opte pour cette méthode, après mûre réflexion.
Samia D.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions