samedi 15 dcembre 2018 15:52:44
D.R

Le Premier ministère a annoncé hier sur son portail internet que le Conseil des participations de l’Etat (CPE) a validé la réorganisation du complexe sidérurgique Sider d’El Hadjar, en même temps qu’a été décidé un rééchelonnement à long terme de sa dette s’élevant à plus de 122 milliards de DA.
Le complexe bénéficiera aussi d’un financement additionnel de modernisation pour 23 milliards de DA et sera également doté de capacités autonomes en alimentation électrique et en eau retraitée. En outre, le CPE a donné son accord pour la conclusion d’un partenariat industriel selon la règle 51/49% entre le complexe et le groupe industriel Emarat Dzayer, partenariat qui investira plus de 160 milliards de DA dans de nouvelles productions sidérurgiques sur le site. La société mixte, soumise à la loi algérienne, sera installée sur le site du complexe dans la commune de Sidi Amar, sous l’appellation Emarat Dzayer Steel, comme indiqué récemment par le directeur de la communication du groupe Sider Annaba.
M. Hicham Bamoune avait déclaré à la presse que «dans ce partenariat, le groupe Sider détiendra 31% des actions de la société, le complexe Sider El Hadjar 20 % et le partenaire émirati Emarat Dzayer 49 %». Selon le même responsable, « la part de 20 % de Sider El Hadjar qui accueillera cette société mixte sur 120 hectares est constituée d’un ensemble d’équipements et structures relevant du complexe. Aussi, il est attendu de la future société mixte la réalisation des produits sidérurgiques dont des tubes et des laminés avec une capacité annuelle de plus de 1,3 million de tonnes dans une première phase.  Pas moins de 1.600 emplois directs seront générés par ce projet stratégique qui permettra aussi la réintégration de l’unité de fabrication de tubes sans soudure au tissu sidérurgique d’Annaba par l’intégration de 400 travailleurs relevant de cette unité. Le complexe Sider El Hadjar qui accueillera Emarat Dzayer Steel occupe un terrain de 840 hectares, emploie 5.000 travailleurs et produit 260.000 tonnes par mois de produits sidérurgiques.
Le Conseil des participations de l’Etat vient aussi de donner son accord pour l’élargissement du partenariat industriel entre le groupe MADAR (ex-SNTA) et l’entreprise mixte United Tobacco Company (UTC). Il s’agit de la location —et non pas la cession comme avancé par certaines sources— des installations et des licences de l’ex-SNTA à UTC contre paiement de 3,5 milliards de DA par an, avec la modernisation des installations et méthodes de la société publique. Il est à préciser que la société UTC est une entreprise mixte algéro-émiratie avec 51% d’actions algériennes et 49% d’actions émiraties, signale le Premier ministère.

Partenariat avec la Tunisie à El Oued

La même source a, par ailleurs, mis en relief que le Conseil national de l’investissement a également validé un partenariat agricole dans la wilaya d’El Oued et plus exactement dans la commune de Djamaâ.  
Ce partenariat associe un opérateur algérien et un opérateur tunisien, sur la base de la règle 51/49%. Il s’agit d’un investissement devant consommer un montant de 9 milliards de DA et qui introduira des méthodes modernes dans la production de maraichages.
Soraya Guemmouri
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions