samedi 07 dcembre 2019 11:43:50

Grève illimitée des médecins : Les résidents maintiennent le mouvement

Les résidents maintiennent le mouvement, le SNPSP et le SNPSSP se mettent de la partie

PUBLIE LE : 16-05-2011 | 20:04
D.R

Après les médecins résidents au nombre de 8.000 qui décident de maintenir leur mouvement de protestation, les praticiens et les praticiens spécialistes répondant à l’appel du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) et du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP) débrayent également et se mettent de la partie depuis hier en lançant une grève illimitée. Qu’est-ce qui motive ce débrayage ? Le représentant des praticiens de la santé publique, le Dr Merabet, répond à cette question : « Nous sommes dans une situation de confusion totale parce que tout simplement nous n’avons pas d’éléments ni garanties. Le ministère de la Santé aurait pu les donner lors de la réunion de conciliation, par laquelle il nous a convié en présence des représentants du ministère du Travail le 12 mai passé ».
Pour leur part les praticiens spécialistes, dont le nombre avoisine les 6.000 à l’échelle nationale et dont le syndicat a pris part à plusieurs réunions avec le ministère de la Santé, demandent l’application des décisions entérinées et revendiquent l’amendement du statut avant d’aborder la question du régime indemnitaire.
Le représentant de ce syndicat, le Dr Yousfi, souligne à cet effet  « la réunion de réconciliation a eu lieu mercredi dernier. Seulement la plate-forme des revendications n’a pas été concrétisée par le ministère de la Santé ».
Pour les deux syndicats, qui en sont à leur seconde action commune après celle de l’année dernière, la tutelle est en train de casser la grève en les discréditant à travers d’autres syndicats qui ont «applaudi» le nouveau régime indemnitaire qui, selon un représentant du SNPSP, renferme plusieurs zones d’ombre.
En clair, ils pointent du doigt le Syndicat national des médecins généralistes (SNMG) qui vient d’organiser plusieurs rencontres régionales pour vulgariser le nouveau texte. Au niveau de ce syndicat, on estime qu’il est positif à bien des égards, étant donné qu’il permet, à titre d’exemple pour les praticiens en préretraite, de voir leurs traitements augmentés et que pour les débutants, le salaire proposé est raisonnable.
Du côté du ministère de la Santé, on est formel « tous les statuts sont amendés. Les régimes indemnitaires seront appliqués le mois de juillet prochain ». Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière précise que « 122 réunions ont eu lieu avec tous les partenaires sociaux. On est arrivé à des résultats importants. Tous les statuts particuliers ont été adoptés, ainsi que la parution du  régime indemnitaire ». Le Dr Djamel Ould Abbès précise que les  médecins généralistes, les chirurgiens-dentistes et les pharmaciens   bénéficient d'une augmentation de salaire, rétroactive, allant jusqu'à 70% comme pour tous les fonctionnaires du secteur, à partir de janvier 2008. Pour les grévistes "cette proposition est floue parce que les médecins ne sont pas considérés comme des fonctionnaires".
Plus de clarté sur les principales revendications, à savoir le nouveau statut particulier et l’abrogation du service civil, telles sont les exigences des médecins grévistes.
En attendant le risque de paralysie des structures hospitalières est réel, malgré l’assurance du service minimum. En plus de leur maladie les patients devront s’armer de patience.  Le ministre n’est pas de cet avis, car il a mis en garde dimanche dernier contre une éventuelle poursuite de la grève des médecins de la santé publique, affirmant qu’il sera procédé à une retenue sur le salaire à l’encontre de tout médecin gréviste, en plus de sa poursuite en justice. Pour le premier responsable du secteur « c’est une grève préméditée ».
Les porte-parole du SNPSP et du SNPSSP ainsi que les médecins résidents maintiennent la grève illimitée. Ils promettent des actions de protestation d’envergure dont la marche des blouses blanches qui devrait réunir des milliers de médecins. L’occasion, affirment le SNPSP et le SNPSSP, de défendre non pas uniquement la profession mais tout le système de santé.
Sarah Sofi

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions