jeudi 21 juin 2018 03:20:12
D.R

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a reçu, hier à Alger, le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, qui effectue une visite de travail en Algérie, indiquent les services du Premier ministre dans un communiqué. L’audience s’est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, ajoute la même source.  
M. Mahamat est arrivé samedi à Alger pour une première visite de trois jours et qui intervient la veille du sommet extraordinaire de l’organisation panafricaine prévu à Kigali (Rwanda) consacré à la Zone de libre-échange africaine. Au cours de cette visite, le président de la Commission de l’UA s’est notamment entretenu avec M. Messahel. A l’issue de leur entretien, les deux responsables ont animé une conférence de presse durant laquelle M. Mahamat a salué le soutien «actif» de l’Algérie pour la mise en œuvre de l’Agenda 2063 de l’UA. «Nous ne sommes pas du tout surpris du soutien actif de l’Algérie pour la mise en œuvre de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, combien utile pour notre continent», a-t-il indiqué, affirmant également avoir échangé avec M. Messahel sur les questions de la réforme de l’organisation panafricaine, l’intégration continentale et la paix et la sécurité en Afrique. Le président de la Commission de l’UA s’est également rendu à Tlemcen où il a visité l’Institut panafricain des sciences de l’eau, de l’énergie et des changements climatiques, relevant, à cet égard, l’importance des missions dévolues à cet institut, particulièrement en matière de formation des cadres africains. En s’adressant aux étudiants de cet institut, M. Mahamat les a invités à bien se former «pour créer une Afrique intègre, prospère et stable grâce à la formation d’une ressource humaine de qualité», saluant, à cette occasion, l’engagement du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour la concrétisation de cet institut, un des projets phares de l’UA. 

L’engagement panafricain salué

Durant sa visite, M. Faki Mahamat a rendu un «hommage appuyé» au Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour son «engagement panafricain» et son « rôle pionnier » dans l’avènement de l’Union africaine, organisation continentale qui «est à l’origine des nombreuses réalisations et acquis dont l’Afrique est très fière». Ces déclarations ont été faites au deuxième jour de sa visite.  Elu en janvier 2017 pour un mandat de 4 ans, et en fonction seulement depuis avril dernier, Moussa Faki Mahamat sait de quoi il parle. Premier ministre du Tchad entre 2003 et 2005, puis chef de la diplomatie tchadienne à partir de 2008 jusqu’à son élection à la tête de la Commission africaine, il ne peut ignorer les efforts consentis par l’Algérie en vue de donner à l’Afrique une place digne d’elle sur la scène internationale. S’appuyant sur le nombre important des étudiants formés par l’Institut panafricain des sciences de l’eau, de l’énergie et des changements climatiques, M. Moussa Faki Mahamat a souligné que le « bon fonctionnement de cet établissement d’excellence, sa performance ainsi que la contribution importante qu’il ne cesse de pourvoir au service de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique en Afrique, illustrent cet engagement de l’Algérie au plus haut niveau, et constituent un motif de satisfaction quant à la place qu’accorde l’Algérie à l’Afrique et à la défense de ses intérêts ». Aussi, lors de sa visite à l’Institut, il ne manquera pas de déclarer en direction des étudiants : « Vous êtes un spécimen de l’Afrique de demain pour laquelle nous sommes en train de poser les jalons de demain. C’est de cette manière que l’Afrique occupera sa place dans le concert des nations. » Une ambition dont la mise en œuvre pourrait connaître en 2018 une accélération certaine. En effet, l’année en cours pourrait apporter des changements majeurs pour l’UA qui se propose de mettre en œuvre un large programme de réformes institutionnelles et financières. Ainsi, durant son séjour en Algérie , M. Faki a eu à échanger avec M. Messahel sur les questions d’intégration du continent, étant donné que le dernier sommet de l’UA, tenu fin janvier, a pris des décisions importantes, notamment celle liée au lancement de la Zone de libre- échange continentale africaine (ZLECA), sujet autour duquel se réuniront les dirigeants de l’UA lors d’un sommet, le 21 mars, à Kigali (Rwanda). Il s’est réjoui, en outre, de la présence de l’Algérie à l’évènement et de son soutien à ce projet important pour le continent africain. Le projet de protocole de libre-circulation des personnes, celui du passeport africain, ainsi que l’instrument lié au marché commun du transport aérien, ce sont là, les trois projets phares de l’Agenda 2063 de l’UA qui sont actuellement en discussion dans le continent, a rappelé M. Faki Mahamat. Les questions de paix et de sécurité, un sujet crucial pour les dirigeants africains, tant ils sont conscients que le développement de leur continent demeure tributaire du règlement de l’ensemble des conflits qui le minent et de l’élimination des groupes terroristes très actifs, ont également été évoquées. Dans cette optique, l’expérience et l’expertise en matière de lutte contre le terrorisme sont sollicitées pour mettre en place des stratégies de lutte et éradiquer ce fléau qui tend à se propager en Afrique. «L’Algérie (…) dispose d’une expérience reconnue en matière de lutte antiterroriste, et c’est pour cette raison que l’UA a confié au Président Bouteflika d’être le champion du continent africain en la matière», a indiqué le président de la Commission de l’UA, rappelant qu’ «à la demande du Conseil pour la paix et la sécurité de l’UA (CPS), l’Algérie a présenté un rapport dans ce sens et s’apprête à abriter une conférence sur les sources de financement du terrorisme les 9 et 10 avril prochain ». MM. Messahel et Faki Mahamat ont, du reste, souligné l’importance de la coordination au niveau africain. A ce propos, le rôle des institutions africaines spécialisées, notamment le CAERT et AFRIPOL, dont les sièges sont à Alger, a été largement souligné par le président de la Commission qui a salué l’engagement panafricain de l’Algérie et sa contribution à la mise en place et au bon fonctionnement de ces institutions. M. Messahel et M. Faki Mahamat ont également abordé la situation au Mali et au Sahel, en Libye, au Soudan du Sud et au Sahara occidental. Sur ces questions, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a réitéré l’engagement de l’Algérie à accompagner les efforts de l’Union africaine dans la recherche de solutions à ces crises.
N. K. et APS

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions