lundi 18 juin 2018 01:11:25

Salon Pollutec : La disponibilité de l’eau un défi à relever

Réalisation de 31 stations d’épuration

PUBLIE LE : 13-03-2018 | 0:00
Ph. Nacéra I.

Le ministre des Ressources en eau, M. Hocine Necib, a procédé hier à l’inauguration de la 14e édition du Salon international des équipements, des technologies et des services de l’eau, SIEE Pollutec, au palais des Expositions les Pins-Maritimes, à Alger.

Cet événement qui se déroule du 12 au 15 mars, enregistre la participation de 140 exposants nationaux et étrangers issus de 11 pays à savoir la France, l’Allemagne, le Canada, la Chine, l’Espagne, l’Italie, la Turquie, le Portugal, la Pologne, les Pays-Bas et le Luxembourg. Le thème principal de cette nouvelle édition est celui du traitement et l’assainissement de l’eau, qu’elle soit potable ou usée ainsi que le dessalement des eaux de mer, aux côtés d’autres thématiques du secteur des ressources en eau. «Les opérateurs ont très bien compris les défis auxquels l’Algérie fait face actuellement. Celui de la disponibilité de cette matière précieuse, qui constitue une priorité pour le secteur des ressources en eau», a indiqué M. Necib, à cette occasion.
Après avoir rappelé les progrès accomplis par l’Etat en matière de mobilisation de la ressource depuis 2001, le ministre a fait savoir que le plan quinquennal 2015-2019 a consacré près de 1.500 milliards de dinars pour le secteur de l’eau et de l’assainissement. Ce qui a permis de grandes opportunités d’affaires et de partenariats aux entreprises nationales et étrangères en matière de transfert d’expertise, d’ingénierie des projets et la réalisation des travaux ainsi que la fourniture d’équipements. Le ministre s’est félicité également de la forte présence des opérateurs algériens dont certains réalisent des stations de dessalement intégrés à hauteur de 70%, ce qui constitue un acquis appréciable pour le pays. L’Algérie est parmi les plus grand pays ayant recourt au dessalement, en réalisant 14 stations dont 3 sont en cours de réalisation. La réalisation de ces dernières, l’eau potable obtenue par le dessalement va dépasser les 25% de l’offre globale, contre 17% actuellement.

Réalisation de 31 stations d’épuration

M. Necib a également annoncé le lancement prochain d’un appel d’offres pour la réalisation de 31 stations d’épuration des eaux usées, et ce, après la levée du gel sur les projets du secteur. «Ce projet constitue une première dans l’histoire du secteur vu le nombre important des stations qui seront réalisées», a précisé le ministre, ajoutant qu’avec ces nouveaux projets, le secteur aura réalisé 230 stations d’épuration d’ici 2020. Aussi, selon lui, la réalisation de ces nouvelles stations permettra de renforcer la capacité nationale de traitement des eaux usées à 600 millions de mètres3 par an contre 400 millions de m3/an actuellement. Le ministre a souligné que ces eaux traitées seront réutilisées dans les activités agricoles.
Il a également expliqué que la réalisation des stations d'épuration constitue un «grand défi» compte tenu de leurs rôles dans la conservation de la ressource et la préservation de l’environnement et la santé de la population. Le ministre a annoncé également la levée du gel pour 50 autres projets concernant la réalisation de jardins filtrants, répartis au niveau des zones rurales à travers le territoire national. Ces jardins constituent une technique naturelle intelligente de traitement des eaux usées.

La gestion des petits ouvrages confiée  à l’Agence nationale des barrages

Par ailleurs, le ministre des Ressources en eau a indiqué que le gouvernement a pris la décision de lever les prérogatives de gestion des petits barrages aux APC et les confier progressivement à l'Agence nationale des barrages et des grands transferts. Cela permettra une meilleure utilisation des ressources en eau au niveau de ces barrages, dont la capacité varie entre 500.000 et 4 millions de mètres3.
Evoquant les perspectives de son secteur, M. Necib souligne que son département œuvre à réviser le plan national de l'eau à l'horizon 2030, dans le but de le prolonger jusqu'en 2050. Cette démarche entre dans le cadre de la prospection et de l'amélioration des outils pour la maîtrise des besoins futurs face à la croissance démographique et au développement des activités économiques.
  Au cours de sa visite au niveau des stands du salon, le ministre a exhorté les entreprises algériennes à intensifier les investissements pour la réalisation d’unités de fabrication d'équipements destinées à l’épuration des eaux usées, soulignant que ce domaine est «très prometteur» compte tenu des importants besoins au niveau des zones industrielles.
Il a précisé également que les entreprises nationales sont prioritaires en ce qui concerne l’octroi des marchés du secteur, soulignant à ce propos que les études de réalisation de deux grands transferts ont été confiées à des bureaux d’études algériens. Une première, puisque tous les grands transferts ont été réalisés par des bureaux d’études étrangers. «Nous avons de grandes compétences dans le domaine de l'ingénierie et des études, mais ce sont des énergies dispersées ; nous les avons assemblés et nous leur avons donné des projets importants qui permettront de les valoriser et de les rendre plus compétitifs même au niveau international», a-t-il expliqué. «Ces bureaux auront recours à des technologies très avancées, utilisées dans le secteur de la Défense nationale dans le but de réaliser des études de haute qualité», a précisé le ministre M. Necib.
Salima Ettouahria

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions