lundi 18 juin 2018 00:58:18

Quand les bambins se « noient » près de chez eux

Les étangs, les lacs, les barrages et autres plans d’eau ne procurent pas seulement que du bonheur et de la quiétude, dégagés par le côté esthétique ou écologique de ceux-là.

PUBLIE LE : 12-03-2018 | 0:00
D.R

Les étangs, les lacs, les barrages et autres plans d’eau ne procurent pas seulement que du bonheur et de la quiétude, dégagés par le côté esthétique ou écologique de ceux-là. Ce sont aussi, malheureusement, des dangers potentiels, voire mortels pour les enfants.  En effet, derrière, ces eaux limpides et calmes se cachent très souvent une menace voilée qui ne pardonne point.
Les noyades, à vrai dire, dans ces  étendues d’eau deviennent un véritable fléau qui guette les chérubins,  quotidiennement, dans leurs quartiers, à quelques mètres de chez-eux, parfois. Le cauchemar d’enfants «engloutis» par des marres est chaque fois revisité par bien des familles, frappées par cette autre forme d’insécurité qui touche des bambins qui mesurent mal le  risque. Encore, un autre drame, il faut bien le dire, vient de se produire, avant-hier, à Bordj Bou-Arréridj. Trois enfants, dont deux de la même famille, ont trouvé la mort par immersion. Les victimes ont payé cher leur crédulité et leur manque d’expérience à mesurer le danger qui était sous leurs pieds. Il faut dire que nous ne sommes pas à la première victime, encore moins à la dernière, avec l’absence de culture de prévention contre le danger, voire une démission pure et simple des parents de plus en plus remarquée de nos jours, devenant un fléau social de premier ordre.
La sécurité des enfants, c’est avant tout une affaire d’adultes. Ils sont de ce fait appelés à assumer leur rôle de protecteur afin d’éviter  que leurs chérubins ne paient lourdement les frais de leur insouciance  et dans bien des cas, leur curiosité et leur sens d’aventure. Aujourd’hui, la sensibilisation des parents, au même titre que des enfants sur ce phénomène est plus que nécessaire pour éviter que  d’autres gamins aient le même sort que les mômes de Bordj Bou-Arréridj, âgés entre six et sept ans et certainement bien d’autres victimes,  à travers le territoire national. La preuve est donnée par les services de la protection civile ou encore les urgences. À noter que sur une période d’un mois, durant l’année écoulée, la protection civile a enregistré, durant la saison estivale 10 noyades dans des mares, 7 dans des barrages, 11 dans des retenues collinaires et 3 dans des bassins.    Des chiffres qui devraient inciter les parents à revoir leurs comportements, voire l’éducation de leurs enfants.
Samia D.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions