mardi 11 dcembre 2018 22:13:09

4e semaine de l’offensive sur la Ghouta orientale : Négociations sur de possibles évacuations

Les responsables locaux dans l'enclave rebelle de la Ghouta orientale mènent des négociations avec les autorités de Damas sur de possibles évacuations pour stopper l'offensive sur ce dernier fief des insurgés aux portes de Damas, ont indiqué un négociateur et une ONG.

PUBLIE LE : 12-03-2018 | 0:00
D.R

Les responsables locaux dans l'enclave rebelle de la Ghouta orientale mènent des négociations avec les autorités de Damas sur de possibles évacuations pour stopper l'offensive sur ce dernier fief des insurgés aux portes de Damas, ont indiqué un négociateur et une ONG. Les deux principaux groupes rebelles de la région, voisine de la capitale Damas, fief du régime, ont assuré qu'ils ne prenaient part à aucune négociation avec le camp du régime. Hier, alors que l'assaut des troupes gouvernementales est entré dans sa 4e semaine, des responsables dans la ville de Hammouriyé, dans le centre de l'enclave rebelle, envisageaient une possible évacuation proposée par Damas. Un comité constitué de responsables locaux a rencontré, samedi, des représentants du régime, a indiqué un membre de ce comité s'exprimant sous le couvert de l'anonymat. «Le comité a discuté d'une proposition de réconciliation qui garantirait la sortie pour ceux qui le souhaitent, civils ou rebelles, de Hammouriyé vers d'autres région de Syrie sous le contrôle des insurgés», a-t-on précisé de même source. Civils et rebelles pourraient être transférés en bus vers Deraa (sud) ou Idleb (nord-ouest). «Le comité se réunit dimanche pour prendre une décision et en informer le régime», a ajouté le négociateur, expliquant que, faute d'accord, le régime choisira l'option militaire contre le secteur. «Une décision pourrait être prise à tout moment sur Hammouriyé, Jisrine et Saqba», situées dans le centre de l'enclave et sous le contrôle de Faylaq al-Rahmane, l'un des deux principaux groupes rebelles de la Ghouta. Au cours des dernières années, le régime est parvenu à reprendre aux rebelles plusieurs secteurs autour de Damas en y menant des offensives militaires de grande envergure qui finissaient par des accords d'évacuations.

«Toute attaque à l'arme chimique serait très mal avisée»

Le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, en visite à Oman, a averti hier que toute nouvelle attaque à l'arme chimique par le régime syrien serait «très mal avisée». «Nous avons été très clairs sur le fait qu'il serait très mal avisé (pour le régime syrien) d'utiliser des armes chimiques contre la population et les civils sur n'importe quel champ de bataille», a déclaré M. Mattis à des journalistes à l'occasion de ce séjour dans le Golfe. L'avertissement de M. Mattis, qui a rappelé le précédent des raids américains de l'an dernier en Syrie à la suite d'une attaque à l'arme chimique, intervient au milieu d'informations sur le recours au chlore par les forces régulières contre le fief rebelle dans la Ghouta orientale, près de Damas. Jim Mattis a indiqué avoir reçu des informations sur l'utilisation et l'existence de symptômes qui pourraient être causés par le chlore, mais ajouté ne pas disposer à ce stade de preuves concluantes sur un tel usage.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions