lundi 24 septembre 2018 17:29:42

Financement des investissements agricoles et exportation : des assises pour booster le secteur

Le ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche organisera, à partir d’aujourd’hui, plusieurs ateliers préparatoires en prévision de la tenue des Assises nationales de l'agriculture, le mois prochain, a indiqué hier un communiqué du ministère.

PUBLIE LE : 11-03-2018 | 0:00
D.R

Le ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche organisera, à partir d’aujourd’hui, plusieurs ateliers préparatoires en prévision de la tenue des Assises nationales de l'agriculture, le mois prochain, a indiqué hier un communiqué du ministère.
Les thématiques retenues pour ces 9 ateliers ouverts au niveau de ses structures porteront sur les questions liées au foncier agricole, la ressource hydrique, la valorisation des produits agricoles et l'agroalimentaire, l'exportation des produits agricoles, la formation et l'innovation, l'organisation professionnelle et interprofessionnelle, le financement et les investissements agricoles et agroalimentaires, le développement rural et l'économie forestière, ainsi que le développement de la pêche et de l'aquaculture, a précisé la même source. Les investisseurs, les agriculteurs, les éleveurs, les pêcheurs, les transformateurs, les exportateurs, les chercheurs, les institutions financières, les experts, les représentants de l'encadrement central et local, les Chambres d'agriculture, les associations professionnelles et les représentants des ministères concernés, prendront tous part à ces ateliers qui constitueront un espace de réflexion, de débat et de concertation entre les différents intervenants du monde agricole, rural et de la pêche. Ils ont pour objectif de faire avancer la réflexion autour des thématiques qui revêtent une grande importance dans la politique agricole, rurale et de la pêche, tout en tenant en compte les enjeux et défis de converger vers les recommandations, qui permettront de mieux cibler les stratégies a mettre en place, pour un développement agricole durable avec une contribution dans la diversification de l'économie nationale, un renforcement du développement rural et de l'économie forestière, et une croissance durable des activités de la pêche et de l'aquaculture, a conclu le communiqué.

Moderniser l’oléiculture

Il est à signaler que ces dernières années, le secteur agricole s'attelle, notamment à asseoir une base scientifique moderne et une politique permettant de moderniser l'oléiculture, la production et la commercialisation de l'olive et de l'huile d'olive en Algérie. C’est même devenu «une nécessité», selon les participants à la 2e édition du Salon international de l'Olive, Huiles d'Olive, Process et Dérivés de l'Olivier «Med Mag Oliva Algérie», qui a pris fin hier à Alger.
Plusieurs investisseurs sont à l'œuvre pour mener à bien cette démarche, qui demeure tributaire du soutien scientifique et matériel à apporter aux agriculteurs et opérateurs activant dans cette filière, et ce en facilitant les procédures d'importation des équipements modernes à même d'aider à l'amélioration des conditions de production, affirment des responsables du secteur. Lors des ateliers organisés en marge de cette manifestation, les participants ont souligné l'importance «d'investir davantage dans les industries de transformation agroalimentaire», notamment dans la filière de la production oléicole et de ses dérivés, ce qui permet, selon eux, l'augmentation des exportations. Ce Salon, qui a vu la participation d'agriculteurs locaux et internationaux, d'écoles et d’instituts nationaux et internationaux, a été l'occasion d'appeler à une intensification des recherches et études scientifiques pour la protection et la valorisation des potentialités agrobiologiques de ce genre d'arbres, et, partant, contribuer à la relance de l'oléiculture et son expansion aux zones sahariennes. La relance de cette activité permettra de diversifier l'économie nationale et de renforcer le marché national avec des produits fabriqués et transformés localement, soutiennent nombre de participants. À cet égard, M. Sayeh Benyoucef Yacine, gérant d'une huilerie de la wilaya de Chlef, estime, dans une déclaration à l’APS, que le développement de la filière est tributaire des actions à mener par les autorités concernées en vue d'assurer une formation appropriée et garantir l'appui en équipements et matériels. Pour M. Sayeh Benyoucef, cette activité peut contribuer, dans les prochaines années, à réduire le déficit financier résultant du recul des recettes pétrolières, notamment en cas d'expansion des investissements vers les Hauts-Plateaux et le Sud. Il a mis en avant, dans ce sens, l'importance capitale de l'aspect laboratoire dans l'amélioration de la qualité des huiles produites pour gagner la confiance de la clientèle étrangère. Pour sa part, M. Sanaâ M'hammed, gérant d'une entreprise, créée en 2004, spécialisée dans l'oléiculture, le pressurage et la commercialisation, estime primordial de viser l'excellence en œuvrant à tirer avantage de tous les bénéfices santé de ce produit, à travers des processus de traitement modernes et le recours aux équipements technologiques dans le pressurage et le stockage. M. Sanaâ a également affirmé que l'accès au marché international passe par la qualité et le staff technique capable d'embrasser des méthodes scientifiques adéquates pour obtenir des produits de qualité. De son côté, M. Aoumar Ouaghed, propriétaire d'une huilerie à Bouira, a indiqué que la demande croissante qu'enregistre la consommation de l'huile d'olive, au niveau national et international, a conduit les opérateurs à veiller à l'amélioration des méthodes agricoles, l'olivaison, la trituration et le stockage de ce produit alimentaire. En effet, ces entreprises produisent les différentes variétés d'olive, conservées et aromatisées de meilleures espèces d'herbes naturelles, selon ce qui a été noté, lors de ce Salon.

Gagner la confiance du client

L'olivier produit différentes huiles, dont la vierge (vierge extra avec un degré d'acidité inférieur à 0.8%, et la vierge normale avec un taux d'acidité inférieur ou égal à 2%), la purifiée et la raffinée contenant plusieurs vitamines et métaux nécessaires au corps humain. Par ailleurs, M. Brakni Rabah, agriculteur et gestionnaire d'une usine de production d'huile d'olive et des différents types de fruits secs, a mis en exergue l'importance de gagner la confiance du client en lui fournissant la bonne qualité, notamment que l'Algérie dispose, a-t-dit, d'espèces qui se distinguent par leurs propriétés nutritives et curatives. De leur part, les entreprises étrangères spécialisées en équipements et matériels d'oléiculture ont veillé à apporter toutes les explications et précisions nécessaires aux opérateurs de cette filière. Parmi ces entreprises étrangères, il y a lieu de citer un groupe turc, dont le gestionnaire a précisé que l'utilisation de ces techniques modernes permettra à l'investisseur algérien d'économiser la main d'œuvre et de doubler la production.
Ce groupe, qui compte 3 sociétés en Grèce, au Maroc et en Italie, ainsi que plusieurs succursales dans d'autres pays, exporte des équipements et du matériel vers 32 pays de par le monde, a ajouté le même responsable. Par ailleurs, la directrice de l'École supérieure des sciences de l'aliment et des industries agroalimentaires (ESSAIA), située à El-Harrach (Alger), a mis l'accent sur l'importance de la formation pratique qui permet aux investisseurs dans ce domaine de découvrir les potentiels scientifiques de ce produit dans le but de l'améliorer. Ouverte en février 2017, l'ESSAIA forme aujourd'hui les étudiants dans plusieurs spécialités relatives aux industries agroalimentaires et à l'étude de qualité de produit agricole, ainsi que les analyses de produits alimentaires, en vue d'assurer la qualité, outre l'étude des compléments alimentaires et les conditions d'emballage, a précisé la même responsable.
L'École supervise, en outre, la formation des cadres pour diriger les équipes techniques et scientifiques en matière d'industries agroalimentaires et dans les centres d'analyses et de recherche, ainsi que le contrôle de toutes les matières utilisées dans l'emballage des produits alimentaires, à savoir le plastique, le carton et l'aluminium. L'ESSAIA organisera, entre le 12 et 18 mars, en collaboration avec le ministère du Commerce, une semaine de la qualité qui aura pour but de faire connaître davantage les spécialités de l'école.
Le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, M. Abdelkader Bouazghi, avait mis l'accent, à plusieurs reprises, sur «la nécessité d’élargir les surfaces réservées à l’oléiculture et aux plantes aromatiques et médicinales à l’échelle nationale», insistant sur «l’importance de soutenir cette culture et la production d’olives, ainsi que sa commercialisation et l’exportation des produis oléicoles, pour réduire la facture des importations et générer des richesses et des emplois». 
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions