mardi 11 dcembre 2018 20:02:18

Corées : valse à trois temps

Est-ce le début de la fonte des neiges en plein froid sibérien ? Dans la péninsule coréenne, le rêve d’un printemps radieux se transforme avant l’heure en une réalité, et pour une fois, le dérèglement climatique n’y est pour rien. Après avoir frôlé un embrasement et peut-être l’apocalypse, la péninsule coréenne vit en ce moment un redoux inhabituel.

PUBLIE LE : 07-03-2018 | 0:00
D.R

Est-ce le début de la fonte des neiges en plein froid sibérien ? Dans la péninsule coréenne, le rêve d’un printemps radieux se transforme avant l’heure en une réalité, et pour une fois, le dérèglement climatique n’y est pour rien. Après avoir frôlé un embrasement et peut-être l’apocalypse, la péninsule coréenne vit en ce moment un redoux inhabituel.  Cette douceur diplomatique, cela s’entend, vient d’être confirmée à travers des déclarations sous forme de happy end. Le leader nord-coréen Kim Jong Un a discuté d'un possible sommet intercoréen avec les émissaires du président sud-coréen, Moon Jae-in, en visite à Pyongyang. Hier, les deux camps ont commencé à tracer les contours d’une nouvelle illustration de détente sur la péninsule. L’annonce a fait le tour de la planète, d’autant que d’après des informations parvenues de la capitale sud-coréenne, Pyongyang a promis de suspendre ses essais nucléaires et de missiles pendant le dialogue intercoréen. En effet, les deux Corées sont convenues de tenir un sommet à leur frontière fin avril, et d'ouvrir une ligne de communication d'urgence entre leurs deux dirigeants. Le sommet aura lieu dans le village de Panmunjom, au milieu de la Zone démilitarisée (DMZ) qui sépare la Corée du Nord de la Corée du Sud, a déclaré l’émissaire, sud-coréen peu après sa rencontre avec le président Kim Jung Un, Chung Eui-yong, qui est conseiller pour la sécurité du président Moon Jae-in. Ce sommet sera précédé d'une conversation téléphonique entre Kim Jong Un et Moon Jae-in, a-t-il précisé. Les diplomates, qui se sont rendus lundi dans la capitale nord-coréenne, sont les plus hauts responsables du Sud à franchir la Zone démilitarisée (DMZ) en plus de 10 ans. un voyage qui survient dans la foulée d'un remarquable rapprochement occasionné par les jeux Olympiques de Pyeongchang. Mais pour Séoul, il est plus qu’impératif de garder la tête froide. «Ce n'est pas un accord, ce sont des discussions», a déclaré un responsable de la Maison bleue (la présidence sud-coréenne) ajoutant que les deux parties avaient «d'une certaine façon échangé» sur d'autres points. Pour les analystes, l’offensive de charme de Pyongyang était attendue. Le régime nord-coréen s’est toujours servi de ces périodes de tensions pour amorcer une surenchère particulièrement d’ordre économique. Mais cette embellie tiendra-t-elle la route. ? Le dossier du nucléaire nord-coréen constituera sans doute la pierre d’achoppement. Pour Pyongyang, il est de facto hors de question de scier la branche de survie dans une région dont la plupart des voisins lui sont hostiles. 
M. T.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions