samedi 23 juin 2018 16:58:49

Algérie Télécom Satellite : Une performance exceptionnelle

Le chiffre d'affaires a doublé en 2017

PUBLIE LE : 07-03-2018 | 0:00
D.R

Deux entreprises publiques vont produire le pack résidentiel multi-play, permettant la réception de l'Internet, la télévision et la téléphonie via satellite et qui sera proposé par Algérie Télécom Satellite (ATS), a indiqué hier à Alger le PDG de cette entreprise, Mohamed Anouar Benabdelouahad, dans un entretien à l'APS. «Des discussions ont été engagées avec deux entreprises algériennes, à savoir ENIE (Entreprise nationale des industries électroniques) et INATEL (Industrie algérienne de la téléphonie) pour la fabrication du pack clé en main composé d'une antenne, d'un modem et d'un récepteur satellitaire», a indiqué M. Benabdelouahad. ATS prévoit, ainsi, la mise sur le marché d'un pack comprenant un démodulateur numérique avec les chaînes de télévision favorites des Algériens, de l'internet haut débit, de la téléphonie et de la VOD (vidéo à la demande).

Ce projet phare vise la fourniture d'un service dédié aux particuliers via le satellite algérien de télécommunications lancé récemment, Alcomsat-1, a-t-il expliqué, ajoutant que l'acquisition d'un pack d'ATS permet au consommateur de n'avoir qu'une seule antenne avec une valeur ajoutée. S'agissant de l'Internet, il a indiqué que «la capacité spatiale en bande KA en résidentiel peut assurer en moyenne 60.000 accès internet et concernera notamment les zones, non ou mal, desservies par les réseaux téléphoniques et internet terrestres». En cas d'une demande dépassant cette capacité, ATS prévoit de solliciter d'autres satellites pour satisfaire sa clientèle, en attendant le lancement par l'Algérie d’un second satellite de télécommunications algérien. Alcomsat-1 permet la diffusion de l'internet à très haut débit (20 Mb/s) sur la bande KA qui couvre l'ensemble du territoire algérien et d'arroser en moyen débit (2 Mb/s) les utilisateurs en Afrique du Nord via la bande Ku ainsi que d'autres pays africains. Concernant le prix de ce pack, il a fait savoir qu'«il coûtera beaucoup moins cher que s'il était importé», ajoutant que le lancement effectif de ce kit «se fera dès que le satellite Alcomsat-1 sera prêt».
Pour rappel, le satellite Alcomsat-1, prévu d'être opérationnel six mois après son lancement, le 10 décembre dernier, est dédié notamment aux télécommunications, la télédiffusion et l'internet. Il dispose de 33 transpondeurs dont 9 sont dédiés à la diffusion de chaines de télévision et de radios numériques. Interrogé sur une éventuelle demande des chaines de télévision algériennes de droit étranger pour diffuser leurs programmes via Alcomsat-1, il a relevé l'existence d'un «vide juridique» en la matière. «Il y a un vide juridique. Il faut qu'il y ait des textes de loi pour régler ce problème. Actuellement, l'ensemble des chaines privées algériennes diffusent depuis des satellites étrangers», a-t-il ajouté. Il a expliqué qu'ATS aspire, toutefois, à vendre de la capacité spatiale du satellite Alcomsat-1, qui est doté de 9 transpondeurs qui doivent être utilisés à 100%. L’opérateur public ATS, une filiale du Groupe Télécom Algérie avec un capital social de 3,1 millions de DA, opère dans le domaine des télécommunications par satellite depuis 2006. ATS, qui compte 395 employés dont une large part de cadres et d'ingénieurs hautement qualifiés dans le domaine des TIC, exploite deux licences en VSAT (Very Small Aperture Terminal, qui est un système de communication fournissant notamment de l’internet et de la visioconférence) et GMPCS (téléphonie par satellite) ainsi qu'une autorisation d'exploitation de géolocalisation.

 7.500 balises pour la géolocalisation de véhicules

Principal fournisseur de solutions VSAT en Algérie, ATS, qui a enregistré un chiffre d'affaires de 6 milliards de DA et un bénéfice net de plus d’1 milliard de DA en 2017, dispose de plus de 4.000 stations satellitaires VSAT déployées sur le territoire national et à l'étranger auprès des représentations diplomatiques algériennes. L’entreprise dispose aussi de 5.000 terminaux de téléphonie et 7.500 balises pour la géolocalisation de véhicules.
Le portefeuille clients de l'entreprise est composé principalement d'institutions, d'opérateurs de télécommunications, d'entreprises publiques et privées, de fournisseurs de services et d'établissements financiers. ATS répond localement aux besoins les plus spécifiques de ses clients avec l'ouverture de nouvelles agences commerciales réparties dans plusieurs régions du pays au niveau d'Alger et Hassi Messaoud, et prévoit d'ouvrir d'autres en 2018 à Illizi, Tamanrasset et Adrar. L'entreprise dispose aussi des points de présence technique à Tamanrasset, Bechar, Annaba, Constantine, Sétif, Oran et Ouargla et compte se redéployer au niveau d’Illizi et Adrar. ATS, qui compte commercialiser ses solutions de géolocalisation, notamment de gestion des flottes à l'étranger, a conclu des accords avec des opérateurs en Afrique. Au Mali, ATS va commencer la commercialisation réelle avec des opérateurs en vendant des capacités spatiales et en offrant ses services dans la gestion des flottes. ATS est partenaire d'Inmarsat (International maritime satellite organization), une société spécialisée dans la téléphonie par satellite qui exploite 11 satellites, assurant les fonctions téléphonie, données, télex et télécopie par l'intermédiaire de 37 stations terrestres.
Il y a actuellement des satellites de trois générations en opération : Inmarsat 3 (4 satellites), Inmarsat 4 (4 satellites) et Inmarsat 5 (3 satellites).

Bénéfice de plus  d'un milliard de DA

L’opérateur public Algérie Télécom Satellite (ATS) a adopté en 2017 une nouvelle stratégie basée sur le développement de services à haute valeur ajoutée et la maitrise de l'outil technologique ayant permis de doubler son chiffre d'affaires avec plus de 6 milliards de DA et réaliser un bénéfice «record» de plus d'1 milliard de DA, a annoncé lundi à Alger son PDG, Mohamed Anouar Benabdelouahad. «Les résultats enregistrés pour l'exercice 2017 traduisent un chiffre d'affaires de 6,007 milliards de DA, contre 3,378 milliards de DA en 2016, soit quasiment le double», a précisé M. Benabdelouahad dans un entretien à l'APS consacré au bilan réalisé par l'entreprise. Considérant ce chiffre d’affaires comme étant «le meilleur exercice commercial réalisé par ATS depuis sa création en 2006», il a indiqué que son entreprise, spécialisée dans le secteur des télécommunications spatiales, compte dépasser les 7 milliards de DA en 2018. Le PDG d'ATS s’est dit satisfait de la «performance exceptionnelle réalisée par son entreprise en 2017 avec un bénéfice net de plus d’ 1 milliard de DA». «L'entreprise a enregistré un résultat net des activités ordinaires de 1,002 milliard de DA durant l’année 2017, contre seulement 10,523 millions de DA en 2016, soit une progression avoisinant les 9.500%», a-t-il détaillé.

Le secteur privé ciblé

M. Benabdelouahad a expliqué ces résultats par la mise en œuvre, en 2017, d'une nouvelle stratégie ciblant le secteur privé ayant permis à ATS d’enregistrer «une croissance appréciable et des chiffres records, comparativement aux années précédentes». ATS, qui offrait ses services essentiellement aux entreprises et institutions publiques, a décidé en 2017 de cibler le secteur économique privé, notamment les multinationales, réussissant ainsi à enregistrer de nouveaux clients. Cette démarche a permis d'«augmenter à 85% sa part de marché en 2017, contre environ 70% en 2016». Il est à relever que le marché algérien des télécommunications spatiales compte, en plus d’ATS, plusieurs autres entreprises dont 2 activant en VSAT (Very Small Aperture Terminal, qui est un système de communication fournissant notamment de l’internet et de la visioconférence) et 63 autres activant dans le domaine de la gestion des flottes (qui proposent diverses solutions de géolocalisation de véhicule) mais ATS se prévaut d'être le seul opérateur à posséder les moyens techniques d'offrir une triangulation du positionnement par satellite, mais aussi par le réseau GSM (téléphonie mobile).

Services à valeur ajoutée  de la haute technologie

Les résultats obtenus par ATS sont le fait notamment «des services à valeur ajoutée de haute technologie» sur lesquels l’entreprise a décidé de concentrer pleinement son activité. Il s'agit de la «maîtrise» de la technologie VSAT (qui constitue le cœur de métier de l’entreprise et son domaine de compétence) ayant permis d'utiliser moins de capacité spatiale pour produire le même service, «ce qui a considérablement diminué les opérations inhérentes au transfert de devises», a-t-il expliqué. Concernant le segment géolocalisation, ATS a procédé au lancement de nouvelles solutions de gestion des flottes par satellite dédiées aux entreprises leur permettant d'avoir une meilleure visibilité sur leurs véhicules, à travers des capteurs installés à bords. Chaque capteur donne des informations telles que la position géographique du véhicule, sa vitesse, son niveau du carburant, le comportement du conducteur, les heures de conduite et de repos.
Le système permet à l’entreprise d’obtenir les rapports nécessaires sur le respect du régime de la conduite et d’arrêter à distance le véhicule. Le système, lancé en 2016, qui a permis aux entreprises clientes de «réduire considérablement» le nombre d’accidents de la circulation, est installé «dans environ 7.500 véhicules». Durant l'année 2018, «quelque 8.000 véhicules seront dotés de ce système». ATS a réussi, en outre, à pénétrer en 2016 le marché maritime, en offrant des systèmes de télécommunications par satellite, qui assurent une connectivité voix et data, permettant ainsi aux utilisateurs d’avoir accès à des informations de navigation, des données météorologiques ou des images satellites, d’indiquer leur position ou de rester en contact avec leur siège ou bureau.
M. Benabdelouahad a annoncé que son entreprise compte, également, pénétrer, en 2018, le marché des télécommunications aéronautiques, ajoutant que le dossier est «en cours de maturation». Le PDG d’ATS a indiqué, en outre, que l'augmentation du chiffre d'affaires s'explique aussi par le fait que son entreprise a procédé, durant l'année 2017, au «recouvrement de ses créances impayées auprès de ses clients» et grâce à un plan de redéploiement de ses ressources humaines visant à créer notamment les conditions de travail les «plus favorables pour un rendement optimal» du personnel qui compte 395 employés. «Nous avons travaillé sur la maîtrise des charges fixes supportées par l'entreprise à l'instar de la masse salariale, sur laquelle nous avons agi en l'abaissant de 30% en 2016 à 15% en 2017», a-t-il expliqué, ajoutant que cela s'est traduit sur le volet pratique par «une vision centralisée menant à une meilleure exploitation de nos ressources humaines».
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions