samedi 22 septembre 2018 18:57:30

Grand Angle : Marché de dupes ?

La visite du chef de la diplomatie française en Iran n’a pas été de tout repos. Les griefs retenus par le pays de mollahs contre l’occident sont multiples.

PUBLIE LE : 06-03-2018 | 0:00
D.R

La visite du chef de la diplomatie française en Iran n’a pas été de tout repos. Les griefs retenus par le pays de mollahs contre l’occident sont multiples. Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a critiqué hier l'«extrémisme» dont font par, selon lui, les pays de l'Union européenne vis-à-vis de l'Iran, dans un entretien publié quelques heures avant une rencontre avec son homologue français à Téhéran. «Pour conserver les États-Unis dans l'accord sur le nucléaire iranien, les pays européens sont atteints d'extrémisme et celui-ci nuira en fin de compte à la politique de l'Europe», déclare M. Zarif dans cet entretien publié par le journal réformateur Etemad. Téhéran ne cache pas son ras-le-bol devant les demandes de l’UE concernant son programme balistique ainsi que sur ses ambitions régionales. Deux volets que les européens jugent nécessaires pour une ultime tentative de sauver l’accord sur le nucléaire conclu en 2015 mais que l’administration Trump menace de remettre en question. Mais pour les responsables iraniens, ce «marché de dupes» n’a que trop duré. Pour le ministre des AE iranien, «deux groupes ont violé l'accord nucléaire : les États-Unis et les Européens. Les Américains en raison de la politique de Washington et les Européens en raison de la politique des États-Unis». «Les Européens, en raison de la politique des États-Unis, n'ont pas pu tenir leurs engagements, en particulier dans le domaine bancaire. Par conséquent, ces deux groupes ne sont pas en situation de fixer des conditions pour le pays qui a entièrement appliqué ses engagements», ajoute M. Zarif qui trouve que toute action pour satisfaire l’un ou l’autre camp est peine perdue. Cette situation d’impasse risque en tout cas de se corser davantage surtout avec cette accusation «d’hégémonisme» iranien dans une région où les tensions fomentées servent à des desseins mercantiles. Mais pour Téhéran, l’histoire n’est qu’un eternel refrain : Les Européens «ont déjà fait des choix erronés et ils l'ont regretté. Aujourd'hui encore, ils sont en train de commettre la même erreur et très certainement ils vont le regretter». Une évidence que M. Zarif entretiendra à souhait tant que l’Iran gardera un pied bien ancré au Moyen et proche orient. 
M. T.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions